« 2012-09 | Page d'accueil | 2012-11 »

26/10/2012

LÀ VA TARD !

La pire chose, après déclin, deuil, que l’on puisse dire de moi :

Ah, celui-là, c’était un sacré blogueur !

Et la meilleure … à présent :

Poète ? Poète ! Mais qu’est-ce que sa claque sonne !

…………………….

Bons vivants, je nous salue. Maux, rites, tueries tant sales huant!

Le Glas dit hâte Heure. Ne plaisantons pas trop avec.

Cependant, ayons une pensée émue pour les incinérateurs du Centre funéraire de Saint-Georges, en panne durant neuf jours et fonctionnant à nouveau. Sans doute fut-ce dû à une surchauffe causée par les flashs porno-photographiques de certains employés. Mais tout est rentré dans l’ordre à présent.

Il était temps, les cadavres aiment certes être déposés dans une camionnette, que celle-ci soit volée, qu’ils se fassent larguer dans une forêt de Pologne, c’est amusant un moment, mais ensuite ils finissent dégoûtés par la bière secouée.

……………………….

Joyeux et plein de vie, lui, Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon dit avoir assisté en direct à la télévision à l’exploit de Félix Baumgartner, ayant dépassé le mur du son en chute libre.

Assez de si scandaleux privilège ! Ce très respectable Monsieur étant bien le seul à avoir eu cette opportunité !

La crédibilité de l’ONU risque de tomber en chute libre, si une telle organisation laisse apparaître pareil copinage, ou pire encore : qu’elle n’était pas au courant du fait que la retransmission de la chute était différée de 20 secondes … au cas où …

…………………………

Désolé pour ce direct. Puisse l’ONU différer tous conflits sur Terre … au cas où … Enfin, non .. Enfin si … Mais … Oh, et puis zut, je m’écrase.

………………………….

L’ouragan Sandy dévaste Cuba !

Bah,  tant que ça n’arrache pas la fausse barbe du sosie se faisant passer pour feu Fidel Castro !

…………………………

Mais non, je blague. C’était juste pour rappeler que peu de temps avant la prétendue mort de Saddam Hussein l’on nous avait montré pas moins de trois de ses parfaits sosies. Dont nous n’entendîmes plus jamais parler ...

Espérons simplement pour ce « Fidèle » que les évènements se précipitent en Syrie. Depuis le temps que le jeu de cartes est sur la table et que lui et les vrais Saddam Hussein et Ben Laden attendent que l’ « exécuté » El-Assad les rejoigne ….

………………………….

Parlant de concubins : Ayda, l’épouse de Robbie Williams voulait un enfant de lui. C’est fait, Théodora est née il y a un mois.

Robbie est enchanté. Son vrai conjoint un peu moins.

………………………….

18ème Convention annuelle des clowns à Mexico.

En l’absence de deux Augustes boxeurs genevois. Leurs 17'000.- mensuels de salaire ne suffisant pas pour assumer le déplacement, servant à peine à couvrir leurs dépenses en seaux d’eau.

…………………………...

Violences policières, Genève épinglée …

… Dans les vitrines du musée des horreurs politiques à la gloire d’un trop radical roquet paltoquet (qui, à force de coups bas ferait mieux d’apprendre rapidement à jouer aux cartes …) chapeautant (ou plutôt multi-casquettant) en même temps la Police et l’Office des Droits humains enterré sous son Secrétariat. Ce qui est plus économique et simplifie merveilleusement toutes procédures, dès qu’un justiciable totalement fracassé tente d’outrager les Forces de l’ordre en se plaignant du traitement qu’elles lui ont infligé.

Et bien entendu, aucun recours possible à une Instance supérieure, la Suisse veillant à ne surtout  pas créer d’institution nationale des droits humains.

Aussi, merci d’avance au Conseil de l’Europe d’envoyer prochainement des troupes pour mettre de l’ordre dans le potentat genevois. Et à Carla del Ponte de faire condamner ces actuelles atteintes tyranniques au plus élémentaire bon sens.

…………………………….

Genève refoule un prédicateur sectaire et raciste.

Le quota à cet effet est déjà très largement dépassé.

…………………………….

L’I-Pad 3 obsolète après sept mois !

Il y a vraiment des acheteurs idiots. Ils n’ont pas encore compris qu’il ne faut jamais acheter un appareil Apple avant que le modèle suivant ne soit sorti !

 …………………………..

Sur ce, prenez garde aux glissades et surtout évitez soigneusement les grumeaux du dernier empoisonnement de  Novartis, les incinérateurs réparés du Centre funéraire de Saint-Georges sont encore en rodage, et aucun voleur polonais de camionnette-corbillard n’est disponible ces temps.

Ali GNIOMINY

24/10/2012

PAS DE RÔLE !

Esclaves des TPG et de l’herbe à Nicot, fumez dans le tram 14 mais pas dans le bus 4

Méprisez à tour de rôle qui vous méprise, placez-vous près du conducteur et toraillez à volonté. Ou …

… Si vous êtes moins vindicatifs, à l’arrêt de Bel-Air jetez votre cigarette par-terre, ne la déposez surtout pas dans les cendriers mis à disposition aux côtés des barres jaunes soutenant les poubelles.

Pourquoi? L’expérience étant le seul livre que les imbéciles comprennent, je n’ai évidemment rien compris, mais malgré tout l’on ne m’y reprendra plus.

Ainsi, ce jour 24 octobre 2012 vers 13h30, pressé, pour ne pas changer, j’arrive à Bel-Air en même temps que le 14 en direction de Bernex. J’ai une cigarette allumée. Les passagers ne sont pas encore descendus. A l’instant où les portes s’ouvrent j’arrive à hauteur de la première poubelle. Pas de cendrier sur le côté. Je ne vais pas agir comme lorsqu’il n’y a pas d’autre possibilité, soit écraser prudemment le mégot sur le haut de la barre de soutien de la poubelle, vérifier qu’il n’y a plus de cendre incandescente et le jeter dans le sac. 

Je me dirige vers la seconde corbeille. Idem. Je sais que la troisième a, elle, incrusté sur le côté, ledit cendrier tant recherché. Je me dépêche au possible, écrase le piège au profit de l’Etat, traquenard en lequel je suis tombé il y a 43 ans. Me retourne et, incrédule, remarque que les portes du tram sont déjà fermées. Alors que généralement le véhicule reste plusieurs minutes ouvert sur place, il n’y a pas 60 secondes qui se sont écoulées.

J’appuie sur le bouton d’ouverture. Rien ne se passe. J’appuie, appuie encore et jure assez fort, sans insultes, sinon contre un hypothétique bordel de nom de peu crédible Dieu.

Et cela dure près d’une minute. Avant que l’ignare de service ne fasse démarrer son engin.

Je suis peu enclin, comme je le fis jadis par deux fois, de courir jusqu’à l’arrêt suivant pour me poster devant le véhicule et l’empêcher de partir durant une bonne minute. Et croyez bien que les hautains d’alors n’eurent le courage ni de réclamer, ni de descendre s’expliquer, ni de porter plainte. A peine s’ils tentèrent d’avancer doucement pour voir si je bougerais, ce à quoi je résistai les obligeant à rester immobilisés.

Bref, je me dirige tranquillement vers l’arrêt Stand, sachant que le D ou le 4 risquent de passer avant le prochain 14. Effectivement, le 4 me dépasse, stationne à l’arrêt au loin. Trop loin, je vais le manquer. J’abandonne l’idée d’y entrer, d’ailleurs il repart déjà, fait dix mètres et doit s’arrêter au feu rouge. Il est toujours sur place quand je parviens à ses côtés. A tout hasard j’appuie. Rien, portes fermées, c’est normal, le feu va passer au vert et le bus n’est plus tout à fait sur l’arrêt. Rien à dire. Quelques secondes passent encore. J’appuie à nouveau doucement sur le sésame, et l’adorable conducteur me fait une fleur, j’entre et le remercie vivement.

Moralité de l’histoire : Il faut vraiment que j’arrête de fumer, ce n’est pas bon pour le cœur de s’énerver comme ça, à perdre du temps et des bus de malotrus en tentant vainement de rester fumeur sympa, ou que j’arrête d’arrêter ma clope en arrivant à un arrêt, quitte à risquer les arrêts qui, comme arête, resteront à résister en travers de ma gorge. Arrêts que riches narguent.

Vous voyez bien que ça me fait débloquer des trucs comme ça ..

 …………………

Subsiste cependant un espoir, que la fumeuse conduite des ridicules empereurs du transport de passagers s’améliore bientôt :

Notre socialiste Michèle Künzler ayant engagé un Toulousain à la direction de la mobilité.

Et comble de l’ignorance, quantité de fâcheux se permettent de critiquer ce choix d’une logique indiscutable, incontournable.

Car qu’y a-t-il de plus normal qu’une socialiste s’attache un directeur issu de la ville rose ?

…………………

Autre amical gouvernement, se dirigeant dans le bon sens :

Iran : 300 exécutions capitales en 8 mois, déclarées officiellement. En réalité certainement beaucoup plus !

À ce rythme: Qu’est-ce que l’Amérique, la France, Israël … trop impatients, se fatiguent à préparer des frappes aériennes contre un pays ne contenant très bientôt plus aucun habitant ?

………………..

Revenons à notre Cour des Tontes bien genevoise, et ouvrons notre grande gueule pour clamer haut et fort que furent découvertes de probables insanités maintenues sous silence, provoquant vive hostilité entre deux champions d’intégrité.

Aussi, nous avons le plaisir de vous annoncer le sensationnel combat qui aura lieu entre Cassius Devaux et Jo Geiger, et vous informons que le PMU Romand s’associe pour la prise des paris.

Vous avez 100% de chance de risquer de gagner. Pour autant que vous alliez jouer sur Vaud ou ailleurs. A Genève vous perdrez très certainement de l’argent, même si votre favori est placé, voire gagnant. Les deux protagonistes ne disposant que d’une cote très basse.

Certes, l’escroquerie prendra fin tout prochainement, et la Cour des Tontes ne se préoccupera pas plus qu’auparavant de clarification de la destination de pittoresque impôt supplémentaire bien genevoisement obscur, pourtant jadis réclamée par certains députés, et de la totale illégitimité de cette ponction. Interviendra certainement subite prescription.

Il n’empêche que, voilà : En ma manie de passer par diverses addictions et de m’en débarrasser définitivement, (comportement stupéfiant les spécialistes, au point que l’on m’a proposé de témoigner de ma phénoménale volonté ou chance auprès d’étudiants de la Faculté de Médecine) je me suis mis, début 1998, durant une dizaine d’années, à faire « rouler » mon argent de poche en qualité de turfiste amateur. Très vite, dès 1994 déjà, j’appris à connaître, jockeys, écuries, propriétaires, « musique », état du terrain, corde, œillères, fers, santé du cheval … et devins très prisé en les quelques restaurants-PMU de la ville. Vu que j’ai vite remarqué que me portait chance chaque fois où un joueur me demandait de lui trouver le bon tocard et que je lui fournissais sincèrement celui que je jouais. Plusieurs mordus m’approchent encore en ce sens, quand je vais à présent miser au grand maximum dix francs. Et sont souvent estomaqués de n’avoir osé tenir compte de mon pronostic à l’égard d’un ou deux purs canassons. Comme de ma cessation définitive des mises plus importantes, et de ma facilité à me passer sans le moindre manque de tous jeux durant, pour exemple, les semaines ou mois que je passe parfois à l’étranger, ou ici, les jours où j’ai la flemme de passer au guichet, ou n'ai plus 2,80 à sacrifier pour ça, soit presque tout le temps .. et pas question de jeux sur Internet. Je suis casse-cou mais pas totalement fou. Sachant par avance que je tomberais à fond dans cette folie, avant de l’abandonner sans difficulté rencontrée par la plupart des intoxiqués au profit à nouveau .. de qui ? C’est bien vous suivez.

Par conséquent : Durant le Grand Roulement d’argent joué et systématiquement réinvesti en l’espoir vain du Conséquent Gain permettant au captif des OP d’appliquer l’obligation faite à tout prisonnier d’essayer de s’échapper : Jamais aucun gain vraiment intéressant au quinté, quarté ou tiercé. Mais un pifomètre acéré pour placer un cheval qui finira dans les trois premiers ou trouver le bon couplé placé qui multiplie quelques fois la mise.

 Ainsi, mois après mois, je disposais de ce roulement de mon argent, un jour je gagnais plus que la mise, le lendemain moins, mais dans l’ensemble au fil du temps je n’ai ni vraiment gagné ni vraiment perdu. Je réussissais à équilibrer ce budget-jeu, même si mon couplé faisait, comme souvent, CHF 50,10 bruts, et qu’après impôt anticipé je ne touchais que CHF 33,55 .. sachant que la différence pouvait être déduite de mes impôts après un travail de fou lors de la déclaration. Je laissais cette attestation d’impôt anticipé dans le PMU ou la fourrais dans un tiroir et l’oubliais. J’ai d’ailleurs pris soin d’en conserver (mais fourrées où ?) avec d’autres preuves de ce que j’affirme en la matière, mais sur papier savamment effaçant assez vite son litigieux contenu.

Or, si le roulement diminuait, je jouais la prudence, plaçant quelques centaines de francs uniquement sur un cheval favori. Je payais 226.- de mise pour le placer cent fois, avec le 13% du droit des pauvres compris … le cheval arrivait bien dans les trois premiers, j’avais gagné mon pari : Et recevais 210.- environ !!! 200.- si le cheval était non-partant, avant l’obligation pour les préposés de rembourser les 13% d’exaction sur la mise, pratique leur donnant un boulot de dingue. Demandez à Fernand, Thérèse, Jackie, Edith … le stress subi, la file des parieurs énervés …

Ainsi, le plaisir de gagner me faisait perdre entre 16.- et 26.- au très secret profit principal de l’employeur insultant mes compétences, et d’hospice spécialisé dans le rabaissement d’indigents, principalement s’ils ont l’outrecuidance de demander de l’aide tout en étant Confédérés contribuables, j’en connais plusieurs.

Donc, pour le prochain pugilat de haut vol à la Cour des Pontes, misez, mais hors des frontières d’Etat racketteur incontrôlé; Et pas sur l’honnêteté, trop outsider sous nos cieux; Jouez gagnante la révélation de malversations exigée sans délai, et fêtez la fin des combats de coqs à huis-clos.

 Ali GNIOMINY

Désolé, mais ils l’ont cherché : Pousser ainsi pépés dans les ors titille …

 

23/10/2012

MASSES TÔT DOMPTENT !

Alain Morisod se lance en politique !

Il a raison, déjà qu’il connaît la chanson, nul doute qu’il deviendra vite un poid lourd du PDC, et fera danser bien d’autres ténors.

D’ailleurs, je le répète au grand dam de mon plus fidèle lectorat : Il est déjà pratiquement parvenu à me casser les pieds, en leur marchant dessus dans un bureau de change de Rive. C’est un bon début.

Souhaitons au moins qu’il mette un point d’orgue aux querelles locales.

……………………

Car, en fait, voyez-vous, en cette ère égarée, ne pullulent plus que des milliards de « Moi-Je », dont même les pires exemples ne vont pas à ma cheville.

Non point que je culpabilise, ou si peu, mais en y pensant bien, je dois me méfier de ne finir par tomber dans le piège que je tends à tout ce qui est de plus détestable. Car vous l’aurez remarqué, la limite entre la plaisanterie et le sérieux est particulièrement ténue en les propos ici tenus.

Je m’amuse ainsi à débusquer et descendre en flèche l’égoïsme humain, en le surjouant, masturbant sans vergogne sous vos yeux mon égo, probablement aussi surdimensionné que celui de tout un chacun … égo, plongeant jusqu’aux limites de l’insupportable narcissisme, au coeur du nombrilisme, revenant et revenant encore depuis des années sur les mêmes expériences, vues sous d’autres angles, de vie dont tout le monde ou presque se fout éperdument.

Oui, je vous l’avoue, je suis effroyablement égoïste et en témoigne chaque jour, en jouissant en aparté de tous les frissons paradisiaques que provoquent mes actes égoïstes, de toute l’indescriptible satisfaction de qui est fier de lui, de qui, sans les partager, dévore les friandises intérieures qu’il s’est savamment concoctées, dès que, pour exemples : - Le remercie mille fois une caissière de super-marché de penser à son dos, en maniant lui-même le pack de 9 litres dont elle scanne le code-barres – Ou de recevoir sourire et vives congratulations d’essoufflé(e) en nage pour qui, perversement sans le moindre intérêt personnel, l’on a empêché un bus de partir sans l’attendre - - D’offrir sournoisement à tout-va tout ce que l’on a d’excellent, en services et conseils à en époustoufler récipiendaires -, juste pour se fignoler une agréable reconnaissance auprès d’autrui ! Honteux. Scandaleux.

Et vous parvenez encore à lire un pareil individu ? Qui, de surcroît, ose fermement croire qu’il n’existe en fait sur Terre que deux types d’individus, les philanthropes, ceux qui prennent aussi bien soin du bien-être et de la sécurité d’inconnu(e)s que d’eux-mêmes, qui prennent des risques en marchant côté route sur le trottoir où arrivent des gens en face, ne se resservent jamais, ne picorent qu’un ou deux canapés lors de banquets, pour que les autres en aient assez, ni n’abusent de qui ou quoi que ce soit de vulnérable, donnent sans espérance de retour, juste pour paraître s’amender de leur extrême égoïsme, affreux philanthropes dont je fais partie : Et les bon chic bon genre misanthropes, les autres : -Hurlant si quelqu’un les frôle par mégarde, désireux de tout désinfecter autour d’eux, refusant obstinément tout partage, ou excuses pour les fautes qu’ils parviennent à trouver chez les autres en les cherchant en permanence, s’offrant généreusement d’immenses espaces privés dépourvus d’importuns, et tous artifices leur permettant d’éviter tout contact avec de non aussi désintéressés qu’eux, misanthropes experts en l’art d’assécher les moyens d’action des égoïstes artistes, exemplaires misanthropes d’une générosité sans égale envers eux-mêmes et les leurs.

Vivez avec votre temps, nous crient ces derniers, en démultipliant leurs partis bourgeois et combines bancaires : Assez de ces égocentriques Ghandi, Fazy, Dunant, dont la grosse tête en statues nargue leurs victimes, et que crève autrui à trop bon cœur cachant infecte autosatisfaction, dans la prodigue indifférence ciblée prescrite par la majorité.

………………….

Bon, je vois que la sociologie à la noix vous fait ni chaud ni froid, pas la peine d’insister. Passons à la suite. 

………………….

Renseignons-nous plutôt sur ce qui se trame comme drame à deux pas de ma commune d’origine (info pour nos amies les bêtes, comme dirait l’UDC : En Suisse le lieu de naissance n’est pas nécessairement le lieu d’origine) … commune d’origine où je n’ai jamais mis les pieds : ce fameux lieu-dit du « Mont des hêtres » qui génétiquement a dû inscrire en moi « Monde et Être », entraînant cette fâcheuse manie de triturer les mots vous attristant tant :

Or : Le Chef des Espions Suisses spécialisés dans la fuite de documents secrets se présente aux élections communales de Spiez, sa ville natale. Aussi vrai qu’on ne peut se débarrasser de sa commune d’origine, même si ses alentours prennent mauvaise réputation.

Candidature sans doute en vue d’une proche reconversion professionnelle. Et ce, bien que les Services du Gaz et de l’Electricité Schwytzois lui aient d’emblée signifié qu’ils n’ont nul besoin d’ouvrier colmateur.

Scoop, à présent. Pour qui ne connaîtrait pas Spiez, ne serait jamais arrivé là en bateau depuis Thoune, n’aurait jamais souffert l’enfer de cette ville en pente, à gare CFF très haut-perchée : Sachez qu’il est grand temps que cette cité soit divisée en deux, par exemple entre Oberspiez pour le haut et Unterspiez en bas.

Ainsi, fort de ses années passées dans l’espionnage fédéral au service de la défense du citoyen, ce nouveau député communal prévoit d’ouvrir un bureau politique surplombant la ville, avec enseigne lumineuse indiquant :

Défense des droits du citoyen / Spiez-Dessus 

………………………

Ailleurs, pas mieux : La Corée a pris sur Songdo le Fonds Vert à cent milliards tant convoité par Genève.

Quelle horreur ! Dégueulasse, désirer ça, de quoi vomir. Un Fonds certes Vert, mais qui était au moins destiné à soutenir de grandes choses helvétiques, Fonds plein de largesses en lequel ne pourra sans cesse que balancer de gauche à droite le minuscule membre coréen de comité directionnel, sans vraiment parvenir, et tant mieux pour lui finalement,  à toucher le Fonds.

………………………..

Et pendant ce temps : Lancy installe quatorze nichoirs à chauve-souris.

Est espéré ainsi un sauvetage in-extremis des paroisses locales,  grâce aux ventes de crucifix, ail et eau bénite.

Plus près de nous, saigneurs ….

……………………….

Ailleurs, dans le véritable ciel : Des objets étranges, possiblement pouvant avoir été façonnés par l’homme, trouvés par Curiosity sous la surface de Mars.

Nous devrions en savoir plus tout prochainement. Comme pour les cartes de Piri-Reis, les dessins du plateau de Nazca ou la caméra millénaire retrouvée semble-t-il dans de très sérieuses fouilles …

Et ainsi ressortir enfin, petit-à-petit, enfouis sous quantité de planètes, les milliards de billions de tonnes de déchets industriels très polluants produits jadis par les habitants de Mû, puis d’Atlantide, … et/ou de notre futé futur, rejetant tout, comme chat, derrière lui au plus loin … après ses besoins ?!

………………………..

Plus terre-à-terre, l’amateur de randonnées, Christian Crettaz va monter le Salève à pied durant sept jours, pour soutenir un projet de formation à Haïti.

Sept jours pour monter au Salève ? On comprend mieux pourquoi le développement d’Haïti est si lent.

À sa place, d’ailleurs, j’aurais honte d’attirer l’attention sur l’Eden local à deux niveaux où, en bas, les anges déchus ont l’Adam, et ne peuvent éviter que, dès qu’ils s’élèvent au-dessus de la jeune Eve, elle soit souillée et devienne là : sale Eve.

……………….

Oui, ça vole bas, je sais, mais rassurez-vous, le pire est à venir. Car si mardi c’est déjà aussi foireux que ça, imaginez combien ce sera vaseux vendredi. Mais bon, tant qu’en dépit de tout des masochistes me lisent …

……………….

Et puis, il y a bien pire que ça, dans ce monde, voyez en Pologne : Un Evêque est arrêté au volant avec 2,5 pour mille d’alcool dans le sang. Pour vol de vin de messe caractérisé ? Parce qu’il n’atteignait pas le taux réglementaire de 3 pour mille, propre aux  gabelous et religieux polonais ? Que nenni :

Les très compétents pandores ont vite réalisé le terrible danger menaçant la population que représente pareil évêque.

Déjà qu’il bassinait son monde avec l’invention d’un Dieu, alors dès le moment où il en voit deux …

……………….

Ovins, toujours : 130 moutons volés en Isère !

Et huit millions en Suisse chaque jour.

…………………

Mais pourquoi tant de laine ?

Bah ! Regardez autour de vous : Les banquiers helvétiques financent la campagne de l’ultrasectaire républicain Mitt Romney, susceptible de devenir le nouveau premier protecteur et propagateur mondial d’exactions bourgeoises.

Vrai qu’un fructueux créneau se dessine pour le mormon, une fois usurpée la présidence. Celui du remplacement de toute littérature évolutionniste ou non chrétienne par les torchons claniques à la gloire du créationnisme. Et de la substitution de tous travaux scientifiques par de mythiques élucubrations.

Rien de nouveau, donc. Retour aux sources de la supercherie politico-religieuse ayant fait ses preuves, vu que du mythe Rome naît.

…………………..

 

En attendant, glorifions-ci en chœur le suprême Guide de l’Art- Évolution

 

DSC_2166.JPG


Ali GNIOMINY

18/10/2012

OUÏE

Toujours bouchés, les Genevois n’ont rien entendu de l’importance d’un vote, et ont ainsi laissé les balèzes trafiquants de condition de vie imposer un torchon malfoutu, pour référence protectrice des exactions timocratiques en vigueur et à venir.

 

Perpétuation et « empiration » d’une justice à la Titus, érudition en moins, nous attend; (Con, ce Titus si on y pense …) Où ce qui est censé appartenir à l’ensemble, provient de lui et doit être utilisé pour son mieux-être, recèle d’obscurs trésors dits privés, ne servant en toute impunité qu’à gratifier les proches dudit dictateur. Et autres indiscutables joyeusetés.

 

Fort heureusement, la Curie genevoise retentit déjà, des deux côtés, des remaniements à adopter.

 

Bien évidemment, les récents vainqueurs se garderont prudemment, en leurs durcissements politiques exponentiels, de proposer les amendements suivants, pour modifications du texte qui représenterait enfin la Véritable Volonté Populaire :

 

- Egalité des sommes engagées et moyens de soutien mis en œuvre lors de campagnes électorales –

 

- Amende de 100'000.- bien dans l’air du temps, pour vous faire plaisir, pour tout citoyen n’ayant pas voté ! La pendaison en cas de récidive d’abstention ! –

 

Et l’on va bien voir si la droite du capital continue à nous imposer systématiquement ses scénarii fachiiiii … Je m’emporte, mes excuses. Plutôt le peloton d’exécution, ça laisse plus de traces et fait plus de bruit.  Qu’ils paient pour laisser ainsi par absence de vigilance citoyenne, systématiquement proliférer les radicaux emprisonnés en leur traditionnelle culture « copinatrice », et autres cyniques élus des sésames excluant âmes philanthropiques.

 

……………….

 

Pauvre, pauvre petit bout de lac, n’ayant pas fini de se faire tirer les oreilles. Surtout si devait de surcroît se concrétiser le monstrueux projet de local freluquet roitelet, aux principes ne valant point un fifrelin, mais lui en rapportant foison :

 

Voyez : Ne vous l’avais-je ci prédit, il y a quelques années? Que Genève imitant généralement toutes imbécillités américaines, finirait pas suggérer la plus criminelle des politiques sécuritaristes, consistant à inciter le justiciable au délit, dans le but de tenir un quota imposé de répression à appliquer.

 

Nous y sommes. Grâce à ce marchand de prisons, et de balais neufs bien balayant, le suivant exemple deviendra certainement chose courante bientôt :

 

Un étudiant peu fortuné (presqu’euphémisme), sans histoires et de bonne famille, comme l’on dit, s’est acheté lors d’une soirée en ville son bout de shit qu’il fumera durant le mois. Il n’a jamais eu même l’idée d’en vendre. Est abordé alors par un indicateur bien délabré, provocateur : « Allez, toi, je suis sûr que tu as de quoi me faire fumer ou à me vendre ; … Des jours que je n’ai rien fumé, je suis prêt à payer cher le gramme, juste un petit bout … etc etc ». L’étudiant pense alors à son budget mensuel, entamé par l’achat effectué avec quelques verres dans le nez … se dit que, pour une seule et unique fois, histoire de récupérer un peu de sa lourde dépense pour sa propre consommation …

 

Et dans l’autre sens, l’acheteur aura à peine en main le produit remis que le vendeur lui passera les menottes …

 

Bref, rien à craindre, n’est-ce pas? A ce rythme refleuriront bientôt les vieux jeux de « L’attrape-Arabe » ou du « Trouvez le Juif », et ceux qui les dirigent ou y jouent aveuglément nous persuaderont du bien-fondé de tels divertissements respectant des normes auxquelles il convient d’obéir, sous force et menace.

 

Stop ! Assez ! Je m’insurge et en appelle aux Droits humains !

 

Inciter dealers, casseurs, pédophiles, tueurs … au crime est pire que le crime en question, les motifs d’ordre exclusivement pécuniaire (salaires de flopées de flics, magistrats, miliciens, etc) sont également impardonnables et irréparables, surtout en cas d’erreurs incontournables, l’occasion faisant le larron !

 

Non, en travaillant autrement qu’en courant après les petits fumeurs, en affectant la Police à une surveillance plus globale des lobbies décideurs et volontés gouvernementales prévaricatrices, visant pour exemple à étrangler volontairement la circulation genevoise à certaines heures et certains endroits, en vue de freiner le mouvement par chaos artificiel, comme appliqué en tant d’autres domaines, en vue de provoquer une réaction populaire en un sens bien déterminé, … alors là notre police fera vraiment du bon travail, agissant sur les causes et non plus sur leurs effets.

 

Sur ce, changeons-nous un peu les idées noires avec un brin de gaité:

 

…………………

 

ça se fritte sec présentement, dans le clan des roitelets, vu qu’un Belge est pressenti pour succéder à un Belge une fois au sommet des Hôpitaux Universitaires de Genève. Afin de savoir affirmer que pour les améliorations ou augmentations c’est tintin.

 

L’essentiel est que ne sont plus à démontrer les compétences belges en matière de gouvernance-fantôme des masses et saine camaraderie, cohésion communautaire.

 

Aussi, pourquoi tergiverser et passer par Knokke-Le-Zoute pour aller à Cologny ? Il en va de la persistance de la guerre hospitalière ! Les HUG n’auraient pas trop de deux Belges en même temps à leur tête, pour apprendre à leurs sbires à fonctionner correctement. Surtout si par chance l’un des deux est Flamand et l’autre Wallon.

 

………………….

 

Mi-lourd, je sais. Transitionnons au plus vite :

 

Prochain sommet de la germanophonie : Je demande à être le représentant Suisse ! Je parle presque aussi bien l’allemand qu’Ueli Maurer le français, presque plus rien, mais ce genre de détails n’a aucune importance dans un monde voué à générale  germanisation des masses …

 

……………….

 

En attendant : (N’ayez crainte, ça n’arrivera jamais avant la fin du monde du 21.12.2012) : En attendant :

 

Un Suisse sur huit est pauvre !

 

En résulte que sept Suisses sur huit s’en foutent éperdument et en profitent à fond !

 

Tirant avantage quelque part à le rendre plus pauvre encore, dès qu’il persiste à pouvoir rembourser petit à petit, sous d’extrêmes privations, généralement ad vitam, partie de la pitance lui ayant été jetée dans les pires moments, additionnée des plus farfelus frais, ne visant somme toute qu’à perpétuer la fructueuse insolvabilité dudit pauvre !

 

Ainsi : Un Suisse sur huit étant indigent implique que sept sur huit sont riches ; ça devrait laisser un petit espoir de partage, finalement un peu plus équilibré, des biens publics et charges sociales ! Ah, si les défenseurs des opprimés étaient un peu moins gauches, légèrement plus adroits et décidés …

 

……………..

 

Sidérant, d’autre part, à l’inverse : Il en a fallu du temps pour qu’Hérémence fasse enfin barrage et éjecte un dangereux déviant politique !

 

Comme quoi ça ne paie pas toujours de parvenir à tromper le Tribunal fédéral au point qu’il se ridiculise mondialement et perde toute crédibilité, en accordant récemment gain de cause à ce sinistre individu, pour avoir affirmé que l’homosexualité est un comportement déviant.

 

Ce type-là de déviant s’est bien viandé.

 

…………….

 

Oublions un instant les frasques honteuses de décalés perpétuant les traditions du berceau mondial du crétinisme:

 

……………..

 

Entre deux averses, l’autre jour, alors qu’il faisait moins de dix degrés, je me diminuais l’excès de QI sur mon petit balcon à très grandes considérations, en attendant la visite sur nos fleurs de mon ami le colibri.

 

Pas plus grand qu’un frelon, difficilement effarouché même par mon azurée fumée, que je prends pourtant grand soin d’éloigner totalement de tout autre être vivant. Habitude ancrée depuis bien vingt-quatre ans, l’âge de mon perroquet.

 

Comme quoi les animaux peuvent nous apprendre le respect de la vie d’autrui mieux et plus vite que toutes campagnes anti-ceci-cela et mesures répressives y associées.

 

Ceci dit, l’ami colibri stationne parfois en plein vol mordoré à trente centimètres de mon nez, revient chaque jour et brille par son exceptionnel ballet, toujours le même, du printemps à l’automne, depuis deux ans. Les fleurs blanches en premier, les roses, les violettes, les rouges puis les jaunes et les bleues, et reprend la tournée. Après bref sur-place à paraître saliver pour les splendides, inaccessibles orchidées le narguant derrière les vitres insuffisamment immaculées ..

 

J’ai, certes, à moult reprises ouvert les deux porte-fenêtres et me suis éloigné, afin de le laisser entrer en le but de butiner le fin nectar à sa portée, et ressortir à volonté, mais il n’y a rien à faire. Libre comme l’air, le peu peureux, fluet oiselet, ce sublime gringalet ailé demeure résolument dehors. Et ça le rend plus fort, plus admirable et mystérieux encore.

 

Croyez-moi, tel petit être à sa fenêtre fait naître en vous, je vous l’avoue, innocence et intense, vivante tendresse sans cesse croissantes.

 

……………….

 

Au demeurant : Rien de bien hallucinant à signaler, tout de réel, l’herbe est légère et je la gère, m’en sers pour vous communiquer comment, par le rire, parvenir en cette ère à ne vous faire niquer, et comment observer liberté méritée.

 

……………….

 

Mais avant tout soyez un peu plus attentifs/tives; Que diantre! L’auteur vous balance plein de jolies images de nature mignonnette et vlan : Du coup vous en oubliez qu’autre chose se préparait au début du texte : … entre deux averses, l’autre jour au balcon sur le Rhône : … alors qu’observateur ne parvient toujours pas, malgré 43 ans d’efforts, à réduire drastiquement son potentiel de réflexion, dans le but de se cadrer sur le commun niveau de ceux qui le jalousent et sabotent ses recherches : … alors que lévite hardi colibri …

 

Vous mériteriez que j’en reste là ! DONC, JE DISAIS :

 

Froid de canard à ne pas voir la tête rouge du pivert d’en face dépasser de son nid, ni le couple de cygnes entraînant leurs quatre descendants, le cinquième ayant disparu … (vrai qu’il paraissait plus frêle que ses frères, ce qui par ailleurs devrait l’avoir protégé des faméliques campeurs hantant les rives nocturnes, … s’étant rabattus sur la famille hérons cendrés disparue ? Ah, non, entre migrateurs partiels impossible de se dévorer … !? … ) … Bref bref : Froid, presque pluie, stop, QI, spatz divers, stop … courant du Rhône assez fort, stop … badauds vaquant à leurs bavardages sans y prêter la moindre attention, du début à la fin … et sous mes « spots » yeux d’un bleu vif et profond : - dixit élogieux article d’une jeune et jolie journaliste GHI/1986, ça vous pose un Adonis, ça.. Quoi qu’à la réflexion (ou quoiqu’à.. ?? ou couac à.. ??) … se serait-elle froidement trompée de chaude chronique? - … sous mes yeux écarquillés, stop, brrrrr, aglagla, stop : Elle est là :

The Hallucination ! La plus absurde qui soit : Je vois remonter le courant à bonne vitesse, à la force de sa seule rame, un solide gaillard en costume de bain, aucunement  frigorifié, perché sur ce que je prends d’abord pour un canoë, mais qui est en fait une planche de surf. Tout simplement. Qui finit par disparaître à mes bluettes mirettes, par trop frottées, sous le Pont Sous-Terre !

 

Il redescend enfin de quelques centaines de mètres, toujours perché sans souci, pour remonter à nouveau le courant. Côté température, rien d’étonnant, je connais de vue indigo-émeraude-clair tous les nageurs hivernaux. Tel ce retraité totalement chauve qui, tranquillement, pose un linge sur la barrière gelée, au lever du jour sur nos rives enneigées ou verglassées, se dévêt, plonge et nage contre le courant durant quelques minutes, puis tout aussi lentement ressort, s’ébroue, se sèche … et rentre … à l’EMS ? Mais, pour la première fois : Voir un athlète accomplir ce que je considère comme un exploit extraordinaire, (alors que moi, tenir debout sur un petit bateau … je gigote assez pour faire basculer un porte-avion …), regarder ce type défier la force et les déséquilibres du courant me paraît irréel. Au point que j’en oublie de le filmer ; Le petit oiseau ne jaillit de mon appareil que lorsque le gondolier redescend. Photos à transmettre d’aventure à M. Pierre Ruetschi ; (Ah non, c’est vrai il est aux lointaines Amériques … j’avais oublié …) Entre autres nouveautés à étudier dans les semaines à venir …

 

Par conséquent, ce que ce sportif accomplit d’incroyable n’attire visiblement pas la moindre attention, aucune tête de quidam n’est tournée vers lui, aucun encouragement ne lui parvient. Chacun alentour est si stupéfait qu’il se gêne sans doute de montrer qu’il assiste de biais à un événement hors du commun.

 

Puis je réalise qu’il doit simplement s’agir d’un musclé gondolier vénitien. Ou du précurseur d’un sport moins difficile que je ne l’imagine ; Auquel cas, l’été prochain à Jonction Beach, le boulevard Michèle Künzler ci-dessous sera empli de gradins, pour de sensationnelles et très juteuses compétitions de remontée du courant en position verticale sur de festifs esquifs.

 

Encore bien du plaisir en perspective. Sûr qu’avec un pareil tapage, mon colibri ne pourra qu’entrer se réfugier au sein des orchidées.

 

En résumé, je le répète : À bouchés bouchés doubles … Et Cuit .. le calme d’antan .. Prenez-en de la graine : Cuit Cuit …

 

… à vous pareillement.

 

Ali GNIOMINY

IMG_0002.JPG


11/10/2012

Offre de serf vise à ça :

Franchir ! Franchir enfin la barrière que très fiers aigrefins recruteurs décideurs d’hier ont érigée, pour me figer sans compassion en une fonction minimale, qui fait mal, inadaptée à mes aimées capacités si mal captées, phénoménales compétences fondamentales en silence admirées, que pourrez, éveillé(e)s, sans nul doute coûte que coûte vous payer.

 

Je ne mens, ne vends du vent, mais charrie, et par lots, au kilo, de la drôlerie. Vous en balance, plein d’élégance et en beauté à volonté; Dès les matines plein la tartine.

 

………………..

 

Ainsi, ou autrement, Monsieur le Rédacteur en Chef Pierre Ruetschi, je me permets de relancer mon offre du millénaire passé, en vue de l’hypothétique octroi d’une fonction de moqueur chroniqueur, voire en vue d’autres peu tristes tâches, palliant au manque dans la Tribune de Genève d’un souffle équilibrateur, entre les articles habituels parfois teintés d’esprit néocalviniste de circonstance, et un lâcher-prise frisant l’outrance, l'outrecuidance; Un humour décapant de concepteur de l’ère des Freak’s Brothers, des débuts de Fluide Glacial et d’Hara-kiri, en moins crade et bête provoc … pour un poste à taux d’activité au choix entre 10 et 25%, équivalant au moins à ma classe 9 annuités 22 à l’Etat, au sein de votre rédaction.

 

Comprenez qu’à mon avis faire perdre son temps à un grand inventeur est, je le répète, un crime contre l’humanité. Raison pour laquelle je m’abstiendrai de réunir les traditionnelles pièces à fournir en vue d’embauche, ni ne suivrai aucunement l’administrative tant que coercitive procédure imposée en la matière. Veuillez m’en gracier.

 

En fait, qui mérite de bénéficier de ma si humble contribution doit être à même de tirer le substrat, étalé-ci sur cinq ans, de ma lettre de motivation, de mon C.V., de mes prétentions et convictions et objectifs d’utilité publique, de mes compétences pluridisciplinaires et autres crises de nerfs.

 

Aussi, Siouplé, Msieur Ruetschi, demandez à mon méchant Maître Etatique, m’employant toujours à 75% à la même lamentable classe, comme sous-fifre d’adjoint de subordonné de sous-sbire des sous-chefs du sous-secrétariat sans sous …  Il a tout ça, toute la paperasse poussiéreuse depuis 26 ans, tout mon parcours de diplômé aux fins fonds d’un kardex, à l’exception d’attestations de tous les campus assidument squattés en qualité d’accompagnateur aide-étudiants, des certificats de bonne expérience de la vie mérités à travers la planète, en des conditions parfois excessivement dangereuses ou rocambolesques … tout ce qu’il faut pour satisfaire le sous-comptable du valet de la sous-responsable de l’aide des opératrices RH … de la susdite Tribune de Genève.

 

Si vous ne l’aviez les mains jointes compris, (je ne sais qui prie et ce qui passe à l’esprit) je fus fort croyant, larguai tout pour cela et partis en quête des hiérarchies célestes, vis, connus, et en revins à jamais bien plus éveillé, plus charismatique et empathique encore, généreux à l’excès, mais également marqué à vie par tant de détestables supercheries en force et vigueur, autour de Véritable Grand Mystère d’une Conscience supérieure.

 

Ainsi, paradoxe s’il en est, je ne puis éviter de pleurer de bonheur et chante comme un dieu, lors de messes catholiques en cathédrales du Brésil, moins chez les spirites d’Allan Kardec, parfois en terreiros de Macumba, et voilà que l’évidence, chaque jour plus visible de l’ensemble, veut que je sois en vérité devenu fondamentalement athée et révolté.

 

Croyant cependant fermement en une continuité librement autogérée après la mort, si bien préparée, fondée sur les actes présents et passés. Raison de prendre bien soin de soi, et tout autant de n’importe quel être vivant. De tenter de le comprendre jusqu’à l’absurde s’il le faut, de le respecter, même en restant totalement opposé à ce qu’il fait ou pense. De lui laisser sa petite plage de liberté.

 

Gratifié de mémoire visuelle jadis fort performante, j’ai énormément lu et retenu, classé, préparé à l’usage, de 12 ans où je me suis aussi mis à écrire, à 25 ans, où j’ai commencé vraiment à écrire; Puis plus rien en lecture ou presque, pour éviter de déformer mon éclectisme original au contact de formatés contemporains. Que les médias traditionnels, sources de mes pamphlets, et de rares ouvrages plus fiables. Généralement de génies des siècles passés. Notre époque restant si dépourvue de leurs découvreurs.

 

En résumé, la croissance de mes activités éditoriales et autres m’oblige à ralentir la fréquence de mes billets sur barondecuir.blog.tdg.ch, et je mets en eux à chaque fois toute l’énergie que je propulserais autrement en nouvelles ou romans, poèmes, essais & Cie qui me sont réclamés. Je fais les choses bien, ou pas du tout. Que ça me rapporte ou non. Mais parviendrai-je encore longtemps à concilier le besoin de rire de vos lecteurs, ou de gueuler contre ce vachard de chroniqueur les ayant épinglés, avec le seul plaisir que j’ai à le leur offrir et sans plus d’honneurs?

 

Bref, à la souris l’autre soir, M. J.-F. Mabut et moi-même avons chatté à ce sujet, et je vous invite, si vous le voulez bien, à me contacter pour un entretien d’appréciation en vue de plus formel engagement.

 

En l’occurrence, cher Monsieur Ruetschi, vous remerciant pour l’attention portée à la présente candidature, sachez encore que contrairement aux apparences littéraires, je ne suis de loin pas si mégalo que mes clowneries pourraient le laisser penser, je parodie juste tout un chacun, et suis médicalement garanti pas schizo. Quand au reste …. Je me porte aussi bien que n’importe quel idiot savant.

 

…………………

 

Bon, je ne vais donc gâcher un si joli petit coin de toile gracieusement offert par la « Tribune de Genève, le quotidien préféré des poètes atterrés qui ne se la pètent », que pour une bête formalité administrative. Déjà que les Ressources Humaines de la T.G. ne vont possiblement pas « pouvoir, vu la forme », considérer cette exceptionnelle offre avec tout le sérieux qui lui sied, voire n’y donner suite. Mais allons savoir …

 

Raison pour laquelle je me dois de rajouter urgemment un chouia de rab. Tiré des dizaines de brouillons de ces derniers jours, billets que n’ai aucunement le temps de vous infliger tous.

 

…………………...

 

Devinette mignonette :

 

À peine qu’un client proposait à la péripatéticienne d’utiliser un préservatif, celle-ci lui tranchait la gorge en hurlant … ???

 

Restez cou ouvert !

…………………….

 

C’est retenu ou ça capote ? Très bientôt inutiles, vers 2186 si tout va bien, mais pour l’heure personne ne peut affirmer que les capotes sont cuites. Et je m’en fous, d’ailleurs, je n’en ai jamais utilisé. Mais sinon, vous, vous ne m’avez pas l’air très en forme ces temps …

 

…………………….

 

Ce doit être l’effet d’

 

Une chanson bête

Qui tient dans la tête,

Une mélodie

Comme bigoudi,

Qui s’enroule

Et vous saoûle,

Une phrase bête

Qui rase et entête,

 

Péage ! Veuillez préparer votre monnaie et nous excuser pour ce petit incident technique indépendant de la volonté de tout le monde. Simple échappée incontrôlée.

 

………………………

 

En la stricte continuité du présent écrit fort compréhensible, portons à présent notre ruminant regard vers ce qui devait devenir une 3ème voie CFF, reportée aux calandes par d’immaculé(e)s …

 

Alors que l’idée de génie était si simple qu’il suffisait d’y penser : Le rallongement des trains et des gares ! Eurêka ! Oui : Tous problèmes de circulation sont réglés :

Allongeons les gares de Lausanne et Genève jusqu’à les rappondre !

 

………………………

 

Sinon : Des chercheurs Australiens enregistrent 20'000 émissions de baleines.

 

Et ce n’est vraiment pas sympa pour les célébrités Australiennes.

 

………………………

 

Pardon. Il s’agit plus précisément du chant des basses fréquences. Quand Madame Baleine se plaint du peu de la fréquence de son époux à s’en occuper, qui pour rappel, au cas où seriez encore adéquatement horrifié(e)s par mon article précédent, mesure entre 18 et 27 mètres. Sachons cependant relativiser et ne voir de monstrueux ce qui n’est qu’à peine plus avantagé que le menu fretin.

 

………………………

 

Cent transitions : Super ! Tamoil est à nouveau autorisée à empoisonner notre Rhône, mais un peu moins qu’auparavant !

 

Voilà qui, après tant de malheurs, va donner bien du baume au cœur de ses propriétaires, la famille Kadhafi.

 

……. Enfin …. Qui sait … plutôt à l’Etat Libyen laissant les milices assouvir leurs vengeances et folies, qui assiégent actuellement des villes ? … Allez savoir …

 

Enfin, ici tout est au mieux, ça fait des pompes en plus, la Suisse en manque tellement pour relever et réinitialiser son économie si salie, comme ses individuels efforts ignorés et trahis …

 

………………………

 

Efforts toujours, à faire cette fois pour notre jeunesse, face au grave constat : Un jeune sur cinq se saoûle chaque semaine !

 

Il est inadmissible, en particulier, que quatre jeunes sur cinq ne puissent répondre aux questionnaires. Bien trop bourrés pour ça !

 

………………………

 

Et je vous laisse le plus sobrement du monde boire à la santé de la probable fructueuse et durable collaboration de mes bons services avec ceux, dès lors enrichis, de la rédaction d’une Tribune sans lacunes, qui illustre les lacustres et leurs rêves à Genève.

 

Ali GNIOMINY

Encore un zeste de cirage ? J’en ai aussi à très bon prix. Mais refuse de travailler ou de laisser autrui dedans.

05/10/2012

HÉROS TIQUE

Un chercheur Irlandais mesure la taille des pénis en érection dans 113 pays.

Mesures à l’évidence minimisées d’emblée : Le mâle en général y gagnant en taille si l’étude est menée par une chercheuse !

………….

Ainsi apprend-t-on que le Congaulé  Congolais se pavane avec 17,93 cm pointés, alors que mes pauvres compatriotes, eux, se ridiculisent avec 14,35 cm en moyenne.

…………

Je ne comprends vraiment pas l’intérêt de n’avoir visiblement mené cette étude que sur des mâles prépubères. Mais passons.

………..

Lot de consolation : Les Coréens se contentent de 9,66 cm, ce qui est susceptible d’engendrer une légère frustration parfois doublée d’agressivité pouvant leur faire perdre le Nord. À l’instar de leur nouveau leader, qui doit bien soupeser dans les 10 cm, ils atteindraient cette performance s’ils avaient pu pareillement grandir en mangeant bien leur Zwiebelsuppe et leurs Röstis.

…………

Le Français, lui, avec ses 13,53 cm, s’introduit en douceur en des cercles helvétiques très fermés, et bénéficie ainsi de Conseils lui permettant d’allonger ensuite tous les membres.

…………

Je ne m’étendrais pas pour l’instant sur le sujet.

…………

Et vous prie de bien vouloir me reprendre la prochaine fois où j’expose ma position sur le grave sujet vous angoissant tant, de la longueur de votre zizi.

En vérité, je fonde les présents écrits sur des faits d’actualité, et ça ne manque jamais : Tous les six mois, dès qu’il s’agit de conforter le déprimé macho suisse, en lui rappelant qu’il n’est pas le plus mal loti, ou à peine que surgit le besoin vital pour une rédaction d’assurer des ventes record, hop : On ressuscite l’éternel article sur la longueur de la chose, intéressant toujours au plus haut point aussi bien les dames que ces messieurs. Excepté l’une ou l’autre fille à marier contre 60 millions. (Voir billet antérieur). Par un mari de préférence Coréen plutôt que Congolais. Surtout pas Suisse d’exception (on le saura) et réputé pamphlétaire.

…………

En l’occurrence, certains font rire ou rougir avec de l’autodérision, peu y parviennent à l’aide d’autoglorification.

Analysons plus avant la prétendue rumeur voulant que votre auteur à escamoté succès préféré soit particulièrement gâté par la nature.

Je vous relatai ici, il y a bien des lunes déjà, ainsi qu’en l’inédit « Massé(e) que sue alité(e) », introuvable en toutes les bonnes librairies, les fort innocents jeux de nos 13 ans, en cette classe du vendredi matin où les filles étaient pour deux heures à la gym, et nous les garçons livrés à nous-mêmes, sans surveillance aucune ni classe attenante en études.

Alors que de nos jours de tels faits occuperaient médias et tribunaux à tel point que rédacteurs ne trouveraient plus, durant des mois, où caser de la longueur de zizi : En cette année érotique, (né en 56, déterminez la valeur de X), si des adultes avaient appris ce qui s’était passé ils en auraient ri, et fini.

Donc, pas de profs, deux heures à perdre, je rentre dans la classe. Tous les garçons me tombent dessus, me couchent sur un banc d’école et déshabillent à grand-peine totalement. Bien décidés à mesurer la vaillance réelle de l’un de leurs meneurs.

Je me débats comme un trop beau diable, sans pouvoir hurler, au risque d’alerter des adultes. Et mes douze ou treize camarades me sussurent des choses douces, caressent de partout, couvrent de bisous mouillés alors que l’un d’eux me triture le bidule en lançant les paris sur le temps que je mettrai à me trouver en grande forme.

Ce qui ne tarde plus à se produire. Sous les yeux écarquillés de mes douze salauds pardonnés, pleins d’admiration et de jalousie. Et les voici de s’exclamer avec retenue « Yeuh, le pédé, y bande » et un autre « ça ne va pas, j’étais avec lui et la super Nicole dans la cabane, je sais de quoi je parle » « Yeuh, les pédés, etc » …

Dans un effort surhumain je me redresse par surprise et les éjecte tous d’un coup, la plupart tombe. Admiration renforcée, même si le centre de leur intérêt est déjà retombé à son plus bas niveau, 14,35cm environ.

…………….

Deux heures plus tard, les meilleurs copains du monde s’étant promis de rester fort discrets sur l’épisode, les filles arrivent, puis la prof. Légère gêne dans l’air chez les garçons, qu’elle ressent. Qu’y a-t-il, vous êtes bizarres ? Manque d’énergie, il vous faut une interrogation-surprise ? Non, vous semblez manquer de punch, de force, le sujet d’aujourd’hui sera la force. Les différentes formes de force. Force morale, physique, armée, électrique… Qui veut me citer des exemples de force ?

L’ange Daniel lève le doigt. Et je crois halluciner en l’entendant dire, me désignant : « Lui, Madame, il en a une grosse, mais alors une grosse … ». Explosion générale de rire, sauf pour la pauvre jeunette enseignante toute rouge, ne sachant plus que faire ni où se mettre … Et Daniel d’insister très lourdement … « Je vous assure, demandez aux autres si vous ne me croyez pas …une gigantesque, une immense, une énorme … force.

D’un coup la maîtresse relâche une minute de souffle retenu, essaie de tenter de biaiser, et réussit à calmer sa marmaille.

………………

Ainsi naquît la légende d’une taille faisant rêver, bien qu’étant très très très légèrement exagérée.

……………..

Décidément, tout, tout, tout, vous saurez tout … Mais une chose est certaine. J’ai une grosse, très grosse impression d’avoir vécu sur deux planètes différentes, entre les 30 premières années de ma vie et les suivantes.

Me paraît chimérique cette époque proche où, si nous étions turbulents en classe nous devions nous coucher sous une banquette, corbeille à papier en fer posée contre la tête. Et au moindre bruit produit, le ou la prof donnait un joli coup de pied contre la corbeille. Et si nous en parlions à la maison c’était bien fait pour nous et voilà.

Irréelle, cette époque où les tournantes entre ados étaient monnaie courante et le silence sacré. Et tant d’autre faits, aujourd’hui inconcevables, à se remémorer : Ces narguilés bourrés de shit, fumés en bandes dans les jardins du Tribunal. Objets alors trop exotiques pour éveiller le moindre soupçon sur l’improbable présence de drogue en nos vallées.

Puis ensuite, en 83, les joints fumés dans le boeing entre Casablanca et Rio, alors qu’en la semi-obscurité ça baisait de partout .. S’il n’y avait, en tous cas, deux de mes sympas « violeurs » parmi mes plus fidèles lecteurs, ou d’autres proches pour confirmer la véracité de ces joies et libertés perdues de l’époque post-flower-power, avant le retour de la timocratie fascisante, s’ils n’étaient là pour en attester, je serais persuadé que des êtres supérieurs m’ont extirpé d’un paradis pour me faire évoluer depuis un quart de siècles en sa plus pitoyable réplique.

Un enfer pavé de connes intentions, devenu l’inverse de ce pourquoi mon brave père et le sien … ont sacrifié leur jeunesse, pour ces libertés à présent capitalisées, n’ayant pas résisté à l’attrait charognard des profits que génère l’extrême sécuritaire, le zéro toléré, et délétère judiciaire au service de milices financières ; Dirigées par pudibonds sectaires répandant graines de guerre sur terre ; Qui sèment, là : Zizi nient !

(Subtile maîtrise de la chute à relever, pour parvenir ainsi à vous faire retomber dessus).

 ………………

Alors, salace ? À l’évidence aucunement ! Je ne fais qu’appliquer les excellents conseils de mon très vénérable ami, ayant passé 60 ans au sommet d’Editions parmi les plus prestigieuses, et qui ne cesse de me dire qu’à notre époque il n’y a plus le choix. Le seul moyen d’obtenir un franc succès, de sortir du lot, est de parvenir au résultat le plus difficile qui soit : faire bander le lecteur. Et avec vous tout semble indiquer que ça a fonctionné.

………………

Les dames sont par ailleurs aimablement invitées par l’auteur à exiger des médias que paraissent, par souci d’égalité, trois fois par an, à titre de bouche-trous attractifs, d’exhaustifs articles traitant de la largeur et profondeur moyenne des lèvres de chatte amie à outrance … ouvertes à toutes dimensions, habituées …

Ali GNIOMINY

01/10/2012

CAR EN BŒUFS JE NE VAIS PAS PAR ASIE …

… AFRIQUE (AMÉRIQUE), OCÉANIE, vautré, sautant .. 

 

Oh, pardon, défaut professionnel …

 

…………………

 

Karembeu, je ne vais, paparazzi à fric, (amer hic), haussé à niveau tressautant …

 

… vous dire qu’étais assis, dimanche, deux sièges devant vous dans l’avion. Et pourtant.

 

Vous m’impressionnâtes, non par la chevelure dont ma grand-mère eut prétendu qu’elle estoit par trop abondante, ni par votre simplicité, mais par l’effectivement athlétique rondeur de vos muscles des bras démontrant que, contrairement à ce que j’ai toujours pensé, un footballeur n’a pas automatiquement les mollets de Popeye et les biceps d’Olive.

 

…………………...

 

Je plains, par ailleurs, le vestiaire de l’Alcazar, à qui je n’ai rien laissé jeudi (clin d’œil à France de Belgique et des Marquises, qui jadis m’écrivit, et dont il est certifié que la maman n’a jamais promené son cul sur les remparts de Varsovie), … vestiaire de l’Alcazar risquant de s’écrouler au cas, cher Christian, où vous y laisseriez votre veste.

 

……………………

 

Samedi, en revanche, à Dauville, aucune célébrité n’avait décidé de nous admirer ; ça arrive.

 

……………………

 

Et vous, les autres, les pas VIP hères, ça va ?

 

Désolé de vous avoir un brin délaissé(e)s par surprise, mais je vaquais à mes tâches habituelles, présidentielles et domestiques, voyageant puis recevant en toute simplicité des amis de longue date, l’un des pontes de la plus importante industrie pétrolifère d’Amérique du Sud, trois personnalités moins réputées et l’une des têtes les plus connues dudit continent, bras droit de l’un des trois dinosaures (style feu Jacques Martin) des émissions les plus populaires. Généralement, il faut le dire, plus grotesques que burlesques. Raison pour laquelle notre invité semble avoir pris un peu de recul après des décennies, mais en parle peu.

Bref : Rien de bien intéressant à relater, donc; La routine de tout un chacun; De tout esclave fonctionnaire hors pair baroudeur sous omerta timocratique genevoise, en tous cas.

 

……………………

 

Et pas même moyen d’essayer d’oublier tant d’ingratitude et de saloperies en général, en allant voir l’exposition « Les jouets d’antan », à Carouge. Vraisemblablement une intolérable provocation de plus, car :

 

Si l’on souhaite disposer de la moindre crédibilité en matière d’exposition de jouets : il convient en tous cas de rassembler dans une seule salle tous les orphelins recueillis entre 1930 et 1970, ne serait-ce que dans les Instituts catholiques Lucernois !

 

…………………….

 

Mais sinon, tout va bien : Des hordes de pékins, déjà poneys, très à cheval sur les principes, ruent dans les brancards, au risque de se retrouver les quatre fers en l’air, et galopent, crinière aux vents, en direction d’îlots prétextes.

 

Lors qu’alentours, ci, entre Pontarlier et Travers, se déroule plus terrible guerre encore, celle de l’absinthe. Prouvant une fois de plus à quel point la fée des fous rend belliqueux.

 

……………………...

 

Malhonnêtetés parmi d’autres, d’Etats empoisonneurs en lesquels rester honnête, sous le joug de cossues crapules sans scrupules, ne paie jamais.

 

Ainsi, un couple d’Allemands ayant trouvé en 2009 au Tessin une valise contenant 53'000.- ne touchera pas un seul centime. Sera presque amendé pour avoir été aussi débile, de rendre ce magot au lieu d’en profiter ni vu ni connu.

 

Alors qu’il leur suffisait de planquer en douce ce pactole dans une banque suisse, pour que celle-ci trahisse ses clients et envoie illico l’argent en Allemagne. Suite à quoi le couple porte plainte, avec faramineuse demande de dommages et intérêts. Que ne tardera pas à devoir lui régler le contribuable helvétique, esclave de l’ordurière obligation qui lui est signifiée de réparer toutes les saloperies que quelques intouchables nantis provoquent en dilapidant ou engrangeant impunément les contributions et économies des éternels spoliés, dirigés par ces fous à lier.

 

…………………..

  

Liaison, toujours : Un promoteur offre 60 millions pour le mâle qui parviendra à séduire sa fille lesbienne.

 

A quoi bon tenter ma chance. Je suis persuadé d’y parvenir, avec mon irrésistible beauté, mon incommensurable intelligence, mes superbes mensurations et ma légendaire modestie.

 

Cependant, j’ai un terrible défaut, je ne sais pas décevoir ou voir une fille pleurer. Donc, même pour 60 millions, je renonce à me passer ensuite, ainsi que le fera inévitablement tôt ou tard l’époux de la belle qui, elle, ne changera pas, … à me passer d’un membre fort influent et respectable de mon anatomie.

 

En revanche, pour 30 millions, avec dispense de la susmentionnée formalité … la jeune fille, de surcroît, étant fort jolie … et la seule robe qu’ai enfilée une fois dans ma vie tombant si bien …

 

…………………….

 

Assez, là tu dragues ! Couines ! Minaudes, au lieu de t’entraîner à devenir l’égal de l’Australien moyen.

 

Ah, Sydney, sa baie, ses jardins, perroquets batifolant comme moineaux ici, son atmosphère si spéciale, ses badauds nuit et jour déambulant sous les fenêtres de notre logis des Rocks, … Fassent les Cieux que s’ouvrent les yeux des vieux dieux haut perchés sur nichées de pleurnicheurs aguicheurs dénicheurs de rare Valeur d’Art … et que je puisse y retourner un jour. Jouir à nouveau de ce climat si différent et sauvage, forgeant des hommes exceptionnels.

 

L’Université de Sydney vient d’ailleurs de démontrer l’une des performances majeures de l’Australien moyen.

 

Qui passe cinq heures – 5h. – par jour, 7j./7 … oui oui c’est bien ça, prouvé par étude … cinq heures à regarder du porno sur écran!

 

Absolument admirable! Exemple à suivre toutes affaires cessantes! Afin d’apprendre à réussir, au sommet de telle pratique, à se retenir durant cinq heures.

 

Avant de passer aux choses sérieuses pour les six heures supplémentaires habituelles …

 

…………………..

 

En y songeant : Une nuit de noces dans le genre à Sydney, avec la belle lesbienne? Elle en défaille et défunte! Feinte atteint ainsi son but, et j’encaisse comme pute les millions?  Non. Pas mon style non plus.

 

Que lesbienne bien plus riche que ce père ingrat pose cent millions sur la table pour dot, et emmène enfin sa fille vers une vie exemptée de préjugés, comme de moyenâgeuses croyances en l’illusion que la tendance homosexuelle peut être erradiquée d’un individu, qu’il peut changer le taux d’acide glutamique reçu à sa naissance et déterminant les attirances hormonales entre individus.

 

En l’occurrence : Vive les futures mariées. Qu’elles privent grand-papa de la présence des enfants, ce sera bien fait.

 

……………………..

 

Et ils renonceront ensuite à le placer dans un bon EMS martien. Le laisseront s’éteindre dans un infâme bouge à vieux débris terriens, comme il en existera tant.

 

En attendant, le prospecteur promoteur Curiosity découvre le lit d’un ancien ruisseau sur Mars.

 

Liesse intense des scientifiques et déduction formelle publiée : Il y a eu de l’eau sur Mars!

 

Absolument sérieux, soit probablement abstinents, ces savants peuvent fêter leurs conclusions devant un bon verre de méthane, d’azote ou d’amoniac … liquide.

 

………………….

 

Sentez-vous, à part ça, le vent d’injustice provenant de l’ONU, Conseil des droits de l’homme, ayant voté une résolution qui exhorte les Etats à protéger les journalistes ? Bravo, et vraiment dommage.

 

Je m’explique. Avec le nombre de publications de mes réactions et témoignages dans différents journaux depuis des décennies, en mon nom ou non mais jamais néfastes ou condamnables, j’aurais pu, à l’instar de plusieurs de mes connaissances, m’affubler du pompeux titre de Journaliste, dans les années 80. Cette profession comme tant d’autres n’étant qu’ensuite récupérée par la traditionnelle clique profitophile des formateurs de formateurs de formateurs d’experts formateurs en journalisme … dont nous apprécions années après années le résultat des compétences …. Mais là n’est pas le sujet.

 

Je n’eus ainsi l’outrecuidance de me coller à vie l’étiquette indélébile « Journaliste » me revenant de droit et mérites, en vertu de mon sens inné de la déontologie à respecter en la matière, et de l’intérêt suscité par chacun de mes questionnements d’utilité publique.

 

À noter, conséquemment,  par le Conseil des droits de l’homme, présentement prié de définir exactement ce qu’englobe à notre époque l’appellation « Journaliste », à noter que pour ma part je suis plutôt du genre reporter, comme Tintin, tout racisme en moins. Mais là n’est toujours pas la question.

 

(Redondances offertes afin qu’il soit bien démontré que je n’ai surtout pas suivi l’irréfragable cursus de remplisseur de pages blanches).

 

J’en appelle ainsi aux Vrais de Vrais qui, ci, hébergent mes propos, pour en appeler à leurs Conseils qui, à la pelle, en appelleront à plus de Justice et moins de discrimination, en matière de protection des Etats, sécurité à donner aussi aux « Webalistes », aux bloggeurs dérangeant(s) … tout autant sinon plus qu’aux traditionnels journalistes !!! L’actualité en prouve le besoin.

 

Et si cette résolution n’est pas de suite modifiée : Faites Appel !

 

……………….

 

En un langage correct, va de soi. À cet effet :

 

La francophonie est l’alliée (diplomatique et politique) « naturelle » de la Suisse.

 

Vrai que ça désarçonne tout potentiel ennemi, que de lui balancer au moment opportun : « Si vos chiées de nières se ramènent, on va tout droit te les schlaguer comme des catz qu’auraient bouffé nos rôstis ».

 

………………..

 

Ah, le râpeux, le rugueux chewing-gum linguistique que m’offrit à mastiquer pour mes premières années de vie l’envahisseur bernois. L’abominable switzertutsho-francosuisso-patois dont je ne conserve heureusement plus qu’un léger accent germanique. Mais vous n’imaginez les efforts déployés pour me débarrasser du plus châtié français, très certainement, de la francophonie.

 

Et pourtant, recueillant chaque terme régional romand, il y aurait de quoi composer un chantant et fleuri  langage bien de chez nous.

 

Allez, soyons fous : Que vive la Romandophonie !

 

Oups, la gaffe. Avant demain soir trois médias au moins auront inventé la Romandophonie.

 

………………….

 

Bon, j’en étais où, moi ? Ah oui : Dribble de mots et vestiaire de l’Alcazar. Tout de concis, précis, bien à sa place. Foin d’interminables ou biscornues phrases, nulle allusion surtout au trop tabou … un But en soi !

 

Ali GNIOMINY

P.S. Vestiaire au fond à gauche. Suivre la fantôme.

 

DSC_1802.jpg


All the posts