10/07/2012

BAIE BÉNIE

Une heure, cette fois-ci au clocher (observez bien le temps passé) ... lors que l'on surplombe de bien haut ce Saint-Trop où galopent tant d'attelés à la course au succès.

DSC_1255.JPG


Une heure de Grasse (Ah non, ça c'était un autre jour.. ; Que vous soyez au parfum..) ... heure de grâce, ... transpirant la torpeur des alentours du fief de celle qui, à jamais en tous les esprits, restera la belle les bêtes protégeant.

 

T'y dis donc : Longue vie ! Vice sait que si on y croit : nid banni erre, tombant des branches de vertu !

 

DSC_1235.JPG

 

Ayant ainsi contribué à l'occuper pour le restant de ses vieux jours, je laisse la magnifique baie béotienne, ... et vous soumets exercice un peu plus compliqué, quant aux motifs poussant écrivain sous pseudonyme à dévoiler sa face de grand canyon ? C'est bon, vous pouvez rendre votre copie !

 

Et, à votre tour, je l'espère:

DSC_0803.JPG

.....................


Sinon? AÏE ! HEURTS :

 

Argovie : Violent accident de deux camions dont l'un transportait des barres de fer !

 

Dramatique : Une plainte pour retard préjudiciable de livraison sera déposée par les hooligans argoviens !

.......

Qui s'apprêtaient sans doute à venir châtier les criminels genevois ayant conçu l'actuelle configuration du nouveau carrefour de la Jonction. Où je pensais que venait de se produire un terrifiant accident. M'apprêtant à vous dire que  nous sommes plusieurs à l'avoir prédit, sur de nombreux supports : ça devait/devra arriver et surviendra encore souvent si, pour de vulgaires raisons financières, nos trop fières autorités persistent en leur posture des trois singes autistes ! ... Alors que je découvre que scooters, voiture et rond-point complètement démolis, dizaines de policiers et tout ça où je suis passé, fuyant toute morbide curiosité, n'étaient tout simplement que l'œuvre banale d'un braqueur et preneur d'otages.

Rien que ça ! Pire : Braqueur de « ma » Pharmacie depuis 34 ans, de surcroît. Je suis effondré pour l'effroyable choc, que je connais malheureusement que trop bien, qu'ont subi Monsieur Boujon et ses sympathiques collaboratrices face à un agresseur masqué et armé, et compatis bien sûr tout autant pour les gens expulsés de leur véhicule dans de pareilles circonstances.

Désolé, mais hier encore, comme chaque jour, traînait assise sur le muret allant de cette pharmacie à l'entrée du secteur Jonction de l'Hospice Général ... une faune locale visiblement très peu recommandable. Dont certains à qui nous avons eu le malheur une fois de concéder une pièce ou une cigarette, et qui nous abordent systématiquement avec insistance, nous interpellent de l'autre côté de la rue, à tel point qu'il nous arrive de faire un détour à cause d'eux.

Rien n'indique pour l'heure que ce braqueur fou fut l'un d'eux, mais à voir l'air junkie de certains, le manque n'est pas loin, qui à mon avis seul peut pousser un malade à attaquer une pharmacie en plein boum de 13h à cet endroit là ...

Il n'y a donc plus que partout sauf ici qu'à certains points urbains cruciaux des gardes sont postés 24h/24 ?

 

Mots déplacés, dira-t-on ...

 

.........................

 

Mais pour l'heure, j'atterris encore .. et terminerai ce 502ème billet avec un coup de gueule, pour changer, face à l'inacceptable machisme linguistique que j'abhorre, celui du : « Quelle heure est-il ? »

Non, non et non ! Mes proches vous le diront, je demande toujours « Quelle heure est-elle? » et pourrais au besoin en découdre avec l'Académie, si l'un de mes savants prédécesseurs dont j'ignore presque tout n'avait, sans doute depuis bien longtemps, ainsi raisonné :

« As-tu remarqué la pierre dont je te parlais, là, au milieu des autres ? » ... « Non : Quelle pierre est-elle ? »

Certes, le vulgaire se contenters de « Quelle pierre est-ce ? ». Mais, qui dira « Quelle pierre est-il ? » ... Sinon celui que le boson de Higgs vient de mettre au chômage définitif !

Ainsi, autre exemple : L'heure du crime doit être déterminée : Alors : Quelle heure est-il ??? Ou quelle heure est-elle ??? : l'heure en question ; Celle de vous dire qu'il est moins deux que je vous laisse pour aujourd'hui.

Légère fatigue, le terrible jet-lag entre Nice et Genève, sans doute, 35 interminables minutes de Pepsi chaud au lieu de 50 car, gare, l'on n'atterrit-ci plus tard que minuit. Juste avant les 55 minutes passées dans l'ascenseur du sweet hôme, arrêté entre deux étages en l'attente des secours à 1h du matin ; Tradition oblige, souvenez-vous, en début d'année, au retour du Brésil, l'immense incendie dans la rue. Aujourd'hui c'est braquage et prise d'otages, suffocation en ascenseur ...

Allez, il vaut mieux que vous vous cotisiez pour que j'évite de revenir à chaque fois de vacances pour porter la poisse au quartier. Merci d'avance.


Ali GNIOMINY

Commentaires

Effectivement, Ali, il semblerait que tu portes quelque peu la poisse.
Alors donnes-moi vite 5 chiffres et 2 étoiles, je vais jouer à l'euro million, peut-être que j'aurai la poisse de gagner quelques billets violets...

Écrit par : JMC | 12/07/2012

Les commentaires sont fermés.