21/05/2012

COMCO NE RIT !

Triste mine, pour cette Commission de la concurrence, censée protéger le citoyen des abus d'aumône aux pools de nantis mendiants, parasitant les finances et la santé de bonne part d'assujettis.

Comco pille, nage en les eaux troubles d'iniques cloaques financiers ? Dépouille impunément de leurs droits ceux qu'elle prétend défendre ? Ou cette Commission est-elle vraiment honnête, impartiale et fiable, et peut en ce cas justifier que le monopole de la Poste ait, entre autre, fait passer par secrète magie (coup d'éclat, ça hurle et plus rien), les recommandés de 5.- à 6.- ?

Augmentation de 20% du jour au lendemain, pour le simple monopole méprisant des envois d'actes officiels ; De surcroît essentiels à la préservation des intérêts des spoliés, contraints de trouver à tout prix au moins de quoi envoyer certains indispensables et obligatoires recommandés dans les délais impartis.

Et je ne reviendrai surtout pas ici, (par égard pour mon pauvre tensiomètre), sur les préjudices causés par abus manifestes du monopole Lamal, dernièrement ci dénoncés.

Non, en vérité, je tiens simplement à redonner le sourire aux gentils et respectables membres de la Comco, si malmenée en son Siège sis entre tant de trônes : En les invitant à réfléchir sur le métaphorique scénario suivant :

Un propriétaire sans scrupules, dans les années 80, sachant déjà que la substance est dangereuse, mais n'ayant pas encore été averti de sa réelle toxicité, remplit des matelas mal cousus d'amiante, et loue pas trop cher son studio ainsi meublé.

Un jeune en pleine santé saute sur l'occasion. Le loyer augmente au fil des années, ainsi que les connaissances au sujet de la réelle dangerosité de l'amiante. Le propriétaire agit pourtant par pressions régulières auprès du locataire pour qu'il n'essaie pas de changer de mobilier. Trente ans plus tard, ce locataire est toujours là, évidemment très malade. Il faut dire qu'à chaque fois qu'il s'absente pour quelque temps, le propriétaire passe rembourrer les matelas de fibres et poisons plus violents, pressé de voir s'en aller ce personnage encombrant, pour tout refaire à neuf, acheter les allergènes dernier cri et louer bien plus cher encore à de nouvelles victimes.

Le malade se rend bien compte que les matelas ont à nouveau été truffés de saloperies, mais il n'a plus les moyens ni la force de déménager, ruiné en bonne partie en sa santé et ses finances par les insupportables augmentations successives de loyer, à verser par habitude (indécrottable habitude aidant à essayer de supporter même le pire) et fatalité à son tueur. Et il sait que son organisme réclamera son amiante coutumière s'il essaie d'échapper à cet enfer locatif, et l'on dit ces souffrances très pénibles ...

La victime finit par faire appel aux défenseurs de ses droits. Qui condamnent certes le propriétaire indélicat pour l'exemple. Et le laissent continuer ses crimes tout en applaudissant une Xième nouvelle augmentation du loyer, à supporter par le rendu sciemment malade (à qui, jeunôt, toute la publicité en complicité avec l'Etat faisaient miroiter un appart digne d'imbus russes ... dans le vent ... ).

Pas de moralité.

C'est tout. Qu'attendiez-vous de plus ? Que je vous dise que le paquet de cigarettes va bientôt passer à 8.- et moi un avis de ralliement à plainte collective ?

......................

Au fait, tout alcool a bien sûr augmenté ces dernières années dans la même proportion que le tabac, va de soi ?

........................

Un peu plus de sérieux s'impose : Transition :

Liesse populaire en Serbie : Nos félicitations !

Le croque-mort Nikolic au pouvoir.

Nous formulons tous nos espoirs pour que, pour une fois, un Chef-d'Etat, en l'occurrence Monsieur Nikolic, renonce à faire fructifier son commerce personnel !

Ali GNIOMINY

 

 

Commentaires

Heuuu Ali, le gars qui dort sur un matelas bourré d'amiante, c'est pas toi quand même ???

Écrit par : JMC | 23/05/2012

Que nenni, gens marris, .. Aussi .. Point trop de souci à se faire du côté amiante, si ce n’est que professionnelement, jadis, en d’étatiques bas-fonds .. Mais passons … ce n’était-là que métaphorique dénonciation des méfaits augmentant … de la culpabilisation organisée des malades par leurs empoisonneurs et alliés législateurs, profitant d’eux sans le moindre scrupule. J’ai heureusement un bon matelas, ni financier ni amianté, mais sur lequel je tousse sans cesse, et devrais payer de plus en plus cher pour si bête dépendance, pour telle absence éhontée de volonté ? Ce n’est glorieux, certes, mais les punitions sociales pour qui de pris par cette drogue dure tabagique à dépendance physique et psychologique en deviennent démesurées ! Qu’aient pour le moins, les responsables autorités, la pudeur de faire rembourser les cures et tous moyens anti-tabac. Raison pour moi d’en faire tout un tabac. Amitiés.

Écrit par : Ali Gniominy | 27/05/2012

Les commentaires sont fermés.