01/05/2012

1er MAI PRIS

Faux-frères humains qui, ce jour, goûtez à une perte supplémentaire d'acquis, au profit de lobbies charognards parasitant votre minimum, en le but unique de s'autoriser par ruse et menace à se pavaner à Dubaï, ou ailleurs si plus cher encore, et persister à perdre vos revenus extorqués : Appréciez, pour exemple récurrent, un aspect écoeurant de l'actuelle timocratie helvétique :

 

 

LAMAL a dit : Progresse ! Améliore ta santé ! Et voici qu'elle la détruit sciemment, permet qu'assurés demeurent privés de remèdes, et empêchés de consulter des spécialistes par manque de moyens, esclaves sans droit de résiliation de l'une des plus chères et douteuses compagnies d'assurance obligatoire, à primes frauduleuses dénoncées, parmi les indélicates prestataires de mauvais services, prétendument condamnées à remboursement du trop-perçu.

 

 

Analysons plus avant ces principes d'esclavage moderne suisse, qui resteront dans l'Histoire comme l'une des plus ravageuses supercheries sociales dénoncées:

 

 

Prenez le plus emblématique des « travailleurs pauvres », oeuvrant correctement depuis 26 ans, insulté à la même classe d'insipide fonction à 75% de taux d'activité interdisant toute compensation financière, alors que les charges de cet avéré surdoué sont à 100% impossible à honorer.

 

Assuré dès la naissance pour la maladie en 1ère classe, la plus chère, chez .. ? (manque de magnésium pour la mémoire) .. devenue Visana, ... n'ayant jamais eu de maladie sérieuse ou coûteuse ni de retard de paiement de prime, c'est vers l'âge de 24 ans que, suite à un accident, la perte d'un emploi et l'absence soudaine et litigieuse de tout soutien bancaire ou juridique, le jeune homme se met à l'alcool (qu'il cessera définitivement d'ingérer le 16.09.1998) et entre en l'enfer des poursuites boule-de-neige tout-puissantes. Qui l'obligent à résilier la 1ère classe pour la maladie, son assurance-vie aussi, et le forcent à ne plus disposer que de la couverture minimale.

 

 

Et débute la saga des retards de paiements, le spolié à divers titres fait l'impossible, subit les contraintes de débuts de désendettement par spécialistes s'enlisant en fort ardu dossier, regorgeant de flagrante discrimination politico-économique les dépassant de loin, touchant des trop puissants pour risquer de s'y attaquer.

 

 

La victime d'arbitraire évident demande même que des montants ne lui laissant plus le minimum vital soient directement débités de son salaire, en plus de la saisie l'étranglant, pour un jour en finir, mais la loi l'interdit. Il doit recevoir en main de quoi croire qu'il aura assez pour le plus strict et infamant minimum mensuel, et aller verser cet argent vital sur le compte de Caritas ou du CSP pour arrangement avec la loi du plus fort. Ce qui est supplice absolument insupportable, le chemin étant alors humainement trop long de la banque à la poste. Il abandonne tout espoir de désendettement et voit s'accumuler les actes de défaut de biens liés aux frais de rappel scandaleusement exagérés, et autres monceaux de primes d'assurance-maladie en retard. Interdisant tout changement de Caisse.

 

 

Visana vire ainsi le pestiféré contre son gré au Groupe Mutuel, qui le balançe chez Hermès qui le propulse vers Auxilia qui l'envoye chez CSS qui le vomit depuis le 01.01.2012 chez Intras, avec obligation de payer à l'avance les médicaments, et déduction probable, habituelle, par l'assureur de son dû pour prestations, sur le total de la « dette » de l'assuré, payant en primes annuelles environ 1'200.- de plus que dans une assurance concurrente. Soit impossibilité pour celui-ci d'accéder à des soins indispensables à sa santé.

 

 

Environ 20 ans après ces épisodes de désendettement avortés, notre assidu fonctionnaire, sur le salaire duquel sont saisis annuellement environ 14'000.- pour « remboursements », voit pourtant le total totalement hermétique et douteux des poursuites éternelles grossir d'année en année; Imposé à outrance qu'est cet actif sans enfants, ni allocations ni avantages ni aide quelconque depuis des décennies.

 

 

Ainsi atteint dans sa santé par l'édiction crapuleuse, (formulée sous le joug desdits lobbies bourgeois déséquilibrant et dénaturant les fondements de la volonté populaire) d'articles de la LAMAL portant atteinte de manière irréparable au droit constitutionnel du citoyen de préserver sa santé et ses finances, paragraphes tendancieux ayant instauré l'actuelle présumée criminelle impunité des assureurs en matière de recel de biens publics, violation des clauses contractuelles fondamentales de l'assurance, abus de monopole et de pouvoir, contrainte, prévarication, discrimination, enrichissement illicite, atteinte à la santé et aux finances de l'assuré, ...

 

 

Ruiné physiquement et financièrement par la supercherie LAMAL, notre endetté modèle se décide à nouveau à consulter l'un des deux uniques services juridiques gratuits spécialisés : Caritas et le CSP. Lundi 23 courant ... Il sort en catimini et pause de l'emploi stupidement nourricier qu'il occupe, alors qu'il toucherait tout autant, et c'est prouvé parfois plus, depuis un quart de siècle, en parasitant la communauté. Et se rend à la réception de Caritas au seul moment de la semaine où il est possible de demander un rendez-vous avec le service juridique. On lui rit gentiment au nez : « Mais mon bon monsieur, il vous faut venir à 08h, plus aucun rendez-vous n'est possible avant lundi prochain ». De retour à son poste, il découvre le créneau horaire des demandes de rendez-vous au CSP, tout aussi ridiculement restreint et, durant les quelques heures prescrites, il appelle, appelle, appelle, et tous les 3 dring ça coupe la liaison ; Impossible, il abandonne et sera le lundi suivant à 07h45 chez Caritas. Dont acte :

 

 

Un code en bas de l'immeuble. Il ne veut pas « déranger », pas sonner avant l'heure, en bon Helvète-né. Heureux d'être seul à attendre là. Dix minutes passent, une locataire entre et le laisse entrer. Il monte au premier, cinq minutes avant l'heure d'ouverture .. et ne peut passser le seuil du vestibule. Une bonne vingtaine de personnes sont entassées en attente d'ouverture des inscriptions au droit de recevoir des  conseils juridiques. Aucune ne paraît être née sous nos cieux, mais notre grugé de souche ne prend le temps de les dévisager, il retourne travailler, tant que l'absence de chères gouttes oculaires lui permet encore, plus ou moins, de voir.

 

 

Méditant sur l'actuelle discrimination suisse à l'envers. Tous les Services liés à l'Etat faisant bien la distinction entre confédérés, permis B,C,D .. requérants en attente, requérants déboutés, ... Sauf à l'unique endroit à fondements religieux chargé de s'occuper d'abus laïcs, d'offrir le seul accès gratuit existant aux victimes d'inique système, demandant aide juridique.

 

 

Renonçant à attendre la conclusion de dizaines de recours de requérants en attente d'expulsion, avant de pouvoir hypothétiquement obtenir un entretien juridique auprès de Services inadaptés, débordés, que finance en partie la saisie de ses impôts, notre moderne Spartacus se débrouillera seul, avec les maigres connaissances qu'il pourra glâner ci ou là, de la caballe législative et juridique, bénéfiquement ésotérique au profit de ses seuls initiés, censée rendre Justice à l'esclave affilié de force, lui obtenir exemplaire réparation des torts causés, au détriment des vrais patrons de la gangrène politique suisse, ne risquant paraît-il tout au plus que 30'000.- d'amende, quelles que soient les malhonnêtetés commises par ces trompeurs assureurs.

 

 

Les pistes sont variées : Plainte au Tribunal cantonal des assurances directement ? Et si c'est rejeté d'entrée et qu'il n'y a plus de possibilité de faire valoir légitime plainte ? C'est si savamment tordu ce prétendu accès à la défense. Plutôt directement au Chef de la brigade financière ? Au Procureur .. Genevois ? De la Confédération ? D'emblée au Tribunal fédéral des assurances ? Aux Droits de l'Homme ? Aux juges d'Infrarouge ou Temps Présent ? À tous ? Même à nouveau passant par l'Etude de si silencieux spécialiste ?

 

 

Non, le lésé, que de hautes sphères jadis surnommèrent « Jupiter », ce Spartacus de l'arène moderne, pense plutôt adresser son courrier recommandé à la Cour internationale de La Haye, attendu que défaut d'accès d'une catégorie de malades assurés arbitrairement, (et démunis, car prétendûment dépassant, puisque bêtement travaillant, les barêmes de la pitance sociale), défaut d'accès aux remèdes dont ils ont besoin pour un confort sanitaire minimal est une forme de crime contre l'humanité. À faire cesser immédiatement.

 

 

Si d'aventure, ô stoïque lectorat parvenu à surmonter ta déception de ne trouver ici habituels désopilants constats, s'il y avait en toi bienveillant avoué, ou simple bénévole conseiller, enfin prêt à se mouiller, qui se saigne et sans rire daigne offrir élémentaire commentaire ... ?

 

 

...............

 

 

Suffit : Passons à encore plus lamentable actualité :

 

 

Le ventre de son fils sert de valise à coke !

 

 

C'est toujours mieux que de réceptacle à gènes religieux !

 

 

.................

 

 

Non, vraiment, inutile, pas la pêche aujourd'hui pour sortir des conneries. Et voir les autres sortir pour entendre d'autres conneries.

 

 

Pas la joie non plus, d'apprendre que Morges va installer des bornes interactives au cimetière, afin de valoriser le parc cinéraire.

 

 

C'est bien la moindre des choses, en effet, que cet objet de culte qu'est le portable accompagne le défunt dans l'au-delà, soit enterré avec lui et permette accessoirement aux proches de prendre de temps à autre des nouvelles. Du disparu ayant préenregistré un lot de ses traditionnels messages : -« T'es jamais là quand j'appelle ! » - « Tu manges correctement au moins ? » - Tu me déranges, là, je te rappelle sous peu ... » ...

 

 

Bref : Restons donc zen cet après-midi, révoltés, indignés mais toujours non violents, réfléchissant plus attentivement sur les manières de détourner l'attention des foules en colère, de canalyser leurs revendications sur fantôche crise locale, pour éviter d'aborder les véritables problèmes sociaux.

 

 

Peut-être en faisant appel aux farceurs amis allemands de Merck, histoire de faire croire à fin avril à de crapuleux licenciements et se raviser le 2 mai ? Pourquoi pas ?

 

 

........................

 

 

 

Fin de ce chapitre IV alinea 2 du Manifeste du Parti Railleur d'Extrême-Centre.

 

 

Le Roi-Député

 

 

qui crie : Ali GNIOMINY

 

 

Commentaires

... et malheureusement tout cela sonne vrai, comme l'on dit.
P.S. Impossible de vous promettre cependant, qu'en cas de quelques dizaines de millions au loto, je ne fasse pas suivre à un adresse e-mail de Dubai. Désolé!

Écrit par : Mère-Grand | 01/05/2012

Alors, chers socio-potes, une fois fini de manifester vainement, allez-vous enfin réagir concrètement et aider l'auteur à faire cesser les abus ci-dénoncés ?

Écrit par : Bernard Hyvist | 01/05/2012

... Dubaï ou plus cher encore ... Mais moi aussi, chère Mère-Grand, vous savez bien qu'avec des millions proprement gagnés j'y séjourne sans états d'âme (ce qui serait déjà le cas, sans l'ostracisme me frappant). Ce n'est point cette bourgeoisie-là que je dénonce formellement, ni le droit d'être hautement rémunéré pour d'exceptionnelles compétences utiles à la communauté, au contraire, telle bourgeoisie est bienfaisante et indispensable, mais j'accuse celle qui, pour des intérêts égoïstes portant atteinte à autrui, inonde de moyens déséquilibrés: campagnes politiques faussées et soutiens à des lois criminelles, faites pour n'épargner que les rusés les faisant passer et appliquer.

Bien cordialement.

Écrit par : Ali Gniominy | 01/05/2012

Vous avez tout mon soutien bien que plus jeune que vous je reconnais une partie de mon parcours de vie.
C'est en connaissant le goût de la "merde" que l'on connait le goût du miel. Mes pensées sont avec vous et si mon projet futur qui débarquera à la rentrée fonctionne je ne vous oublierai pas tenez-le pour dit!

Meilleures pensée

Écrit par : plume noire | 02/05/2012

Les commentaires sont fermés.