13/03/2012

À L'AFFÛT, MAIS ...

 

Fumeuses, ces lois suisses, qui protègent les cigarettiers en lieu et place du citoyen trompé, qui interdisent à celui-ci d'obtenir comme ailleurs juste dédommagement pour les graves torts subis,  et qui infligent 200.- d'amende pour qui fume une plante naturelle, traditionnellement du terroir !

 

 

Prenons un exemple au hasard. Tiens, justement, celui qui vous écrit !

 

 

Depuis 42 ans pris dans l'enfer du tabac, si bénéfique à l'Etat prévaricateur, à raison d'un paquet par jour en moyenne : L'absence de correcte aide et prévention, au contraire, la publicité intensive et la mode d'alors, le courant de bienséance dominant, m'ont fait à ce jour dépenser, à une moyenne de 5.- le paquet, actuellement à 7.40, toutes punitions de malades incluses, la modique somme de 42x365x5 = CHF - 76'650.-, dont ne ferait pas de mal le remboursement par les fautifs empoisonneurs.

 

 

Pire encore : Si l'on additionne, toujours en moyenne, le joint allumé que j'ai en main en ville chaque jour depuis 42 ans, j'affabule évidemment pour l'exemple, il doit bien y avoir un ou deux jours où je n'ai pas fumé dehors, .. et si l'on considère mon permanent souci de prévention, le fait que j'ai toujours déconseillé à quiconque d'essayer de fumer, ... Si l'on tient compte des détours que je fais, cachant soigneusement le joint dès que je vois arriver des enfants ou des adolescents, afin qu'ils ne puissent pas même sentir l'odeur de l'herbe, ... Si l'on étudie l'exemple que je donne, de possibilités de parfaite intégration professionnelle pour tous les jeunes, à qui le système fait croire que puisqu'ils ont fumé un joint c'est fini, qu'ils sont perdus pour la société, drogués, qu'ils n'ont plus qu'à y aller à fond et se laisser couler ... Si l'on réalise que je ne fais aucun mal à quiconque, ne fumant jamais avant d'aller me faire exploiter professionnellement, ou à l'inverse pour assumer très honorablement ma charge présidentielle au service d'illustres associés, ... Si l'on voit les choses sous un angle un peu plus objectif, nos autorités me devraient bien un salaire de 7'000.-, soit au moins 200.- par jour depuis 42 ans, pour mes excellents conseils et ma civilité, mon exemplarité, ma discrétion et tout le tintouin. Soit : 200x365x42 = CHF -3'066'000.-

 

 

Magnanime, je m'en voudrais cependant de priver mes concitoyens (allusion à un possible séisme juridique bien concret celui-là) d'une pareille sortie de caisse de l'Etat, je pardonne et ne réclame rien en ce sens. Pourquoi ?

 

 

Car, même si légèrement enfumé, mon raisonnement est le suivant : Les trois seules fois où je n'ai pu éviter l'irruption à mes côtés d'agents de police, ceux-ci et celles-ci ont immédiatement ressenti à qui ils avaient affaire ; Un homme mûr, fumant seul, dégageant empathie et souci d'agir correctement, soit un consommateur intégré visiblement équilibré à sa manière et non-violent au possible, à éviter toutefois de provoquer pour des broutilles.

 

 

Et ces véritables champions du juste travail social ont à chaque fois paru ne rien voir et ne rien sentir. Ont évité de stupides procédures établies par des technocrates hors du terrain, s'érigeant en arbitres, là où il ne devrait pas même y avoir de compétition, entre connaisseurs et profanes !

 

 

Ainsi, je ne manifeste ici aucune provocation ou animosité, je n'ai pas 100'000.- à débourser, des fois qu'elles nous empêcheraient de briser la glace ; Je félicite aussi parfois les êtres qui savent composer, sur le terrain, entre le rappel de lois iniques et la logique la plus évidente et arrangeante pour chacun.

 

 

En vérité, en tous cas la mienne, il n'existe que deux genres de fumeurs de cannabis. Ceux à qui celui-ci procure de l'énergie positive, de l'envie de faire bien et avancer, et les autres, qui s'allongent à la première bouffée et ne feront plus rien, se laisseront aller. Ce sont eux principalement qui sont à risque.

 

 

Qui domine ces effets depuis des décennies et s'en sert sans jamais en être esclave, l'herbe ne créant pas d'accoutumance physique, sait opérer cette alchimie entre ce qui se voit généralement et le petit plus optionnel à manier avec goût et prudence. Mais nous sommes relativement peu dans ce cas. De grands actifs, avec ou sans chanvre pareillement. Donc je déconseille vivement à l'ensemble la prise de cette substance.

 

 

Bref, ou l'herbe vous « booste » un brin, et vous vous mettez tout naturellement à servir, à composer, créer, aimer, aider autrui, ou il vous faut arrêter immédiatement de fumer, vous écrouler, ne plus rien accomplir de bon.

 

 

Visiblement, le pétard ne fait que de révéler le caractère profond de l'individu, il ne parvient pas à en modifier le fonctionnement de base. Fumeur ou pas, si vous vous préparez depuis des années à réagir d'une certaine manière, rien ne vous en empêchera ou ne vous y obligera, les circonstances vous y inviteront ou non, c'est tout. Si vous êtes fait pour devenir génial vous le prouverez, mais si votre destin est de devenir cannibale ne comptez pas sur l'herbe pour vous servir de condiment, ce que vous êtes et faites est très difficilement inclus dans la manière de voir et ressentir de quiconque a fumé, vous ne pourriez le supporter, abandonneriez, vous écrouleriez.

 

 

Assez d'idées reçues et de tabous à bout de souffle ! Assez d'hypocrisie ! Sus aux trafiquants d'amendes et merci à ceux qui refusent parfois d'infliger celles-ci, qui s'élèvent contre l'imbécile répression malfaisante qu'ils sont censés incarner.

 

 

Dommage qu'ils soient privés de manifester leurs joies et leurs douleurs, au risque de devoir sortir 500 billets de 200.-, ce qui fait lourd dans la cagnotte.

 

 

....................

 

 

Bah. Parlons plutôt gros sous, toujours, aux alentours :

 

 

Campagne bling-bling d'un minuscule chef d'Etat financée par Kadhafi ?

 

 

La rumeur court selon laquelle des séances de bunga-bunga furent bien plus perverses qu'imaginé !

 

 

......................

 

 

Autre type de perversion, pour ne jamais revenir à celle de notre justice :

 

 

Me R. Assaël, victime d'une fausse loterie va alerter le Procureur général.

 

 

Ne vous fatiguez pas, cher Maître, vous vous précipitez en un sens duquel je suis depuis longtemps revenu.

 

 

J'ai donc jadis aimablement posé la question à M. le Procureur Bertossa, si mes souvenirs sont bons, qui me répondit en substance : qu'en l'état il n'y avait rien à faire, qu'une plainte n'aboutirait pas, du fait que l'arnaque est trop grosse, trop évidente pour entrer dans le cadre du vol par astuce ou de l'escroquerie.

 

 

Et permettez-moi de vous confesser qu'il existe malheureusement tellement de supercheries sociales si évidentes, qui n'entrent pas dans le cadre du vol par astuce ou de l'escroquerie ...

 

 

Enfin, les temps ont peut-être changé. Si tel est le cas, je vous prierai de réclamer pour moi auprès du Nigeria que ses ressortissants coupables me versent les 500'000 euros gagnés.

 

 

Donc, résumons : 76'650.- + 3'066'000.- +  602'830 (500'000 euros à 1,21), soit 3'745'480.- auquels je renonce, ça fait cher la journée, je ne vais plus pouvoir m'acheter de manifestations ...

 

 

........................

 

 

Et sinon, rien d'autre d'horrible pour finir ?

 

 

Un Vaudois recycle les vieilles poules en saucisses !

 

 

C'est ignoble. Chacun a droit à une retraite honorable, même après une vie à faire du bien à des saucisses !

 

 

Ali GNIOMINY

 

 


 

Commentaires

Vous m'avez pratiquement convaincu, mais comme je n'ai jamais réussi à fumer du tabac ordinaire, malgré plusieurs essais dans ma jeunesse, je ne pourrai pas passer à l'acte.

Écrit par : Mère-Grand | 13/03/2012

Bienheureuse non-fumeuse Mère-Grand, ne changez surtout rien à votre bonne habitude, vous êtes visiblement suffisamment cool pour n'avoir à prendre le risque d'y toucher. Car je le répète, excepté quelques artistes ou chercheurs bien inspirés avec ou sans herbe, mais pour qui celle-ci facilite la production, ou de grands malades qu'elle soulage, la majorité des fumeurs n'en fera rien ou pire: Rien de bien, en plus de polluer leurs poumons, car ce qui brûle et s'aspire est automatiquement néfaste, ne serait-ce qu'à cause du papier entourant un joint d'herbe pure.

Je compare en fait la marijuana à un médicament très spécifique, qui ne serait efficace que pour de très rares symptômes, et que des centaines de millions de bobets masochistes achèteraient très cher, alors qu'il ne leur apporte aucun bénéfice si ce n'est un effet relaxant bien moindre que celui de l'aspirine. Mais quand on est jeune écervelé ou pas encore trop vieux con et qu'on veut emmerder ces derniers pour le principe on goûte exprès au fruit défendu, d'emblée détesté et jamais plus ... ou assez plaisant et à étudier, activement ou passivement.

Donc, conseiller en la matière? Difficile. Pardonnez-moi de rallier les vieux cons les plus expérimentés, et de dire aux jeunes qu'il existe déjà bien assez de périls en ce monde pour prendre des risques supplémentaires, qu'il n'est pas nécessaire d'expérimenter ce dont on sent d'emblée que ça ne conviendra pas à notre comportement, notre organisme ou entourage.

Mais si l'on a passé le pas et s'est habitué ce n'est pas toujours un drame, vous pourrez en tous temps prendre de très longues vacances sans fumer ni en être plus mal, vous y penserez de temps à autre et c'est tout. Le problème viendra du regard de la société sur votre dit vice, du fait que le cannabis vous éloignera presque toujours des traditionnelles ambiances de buveurs ... ce qui conséquemment vous privera de la plupart des affaires, d'une communication d'égal à égal, etc ... Là sont les véritables vices du cannabis.

Bien Mère-Grand, je pense que vous vous êtes endormie au long de ce "bref" commentaire, je vous laisse humer à pleines narines les prémices printaniers, goûter en votre palais dégagé les plus fines saveurs nées de l'absence de fumée, et vous laisse à vos jolis songes naturels et tricots. Bises

Écrit par : Ali Gniominy | 14/03/2012

Bonjour Ali,

Les seules choses fumées que je consomme sont les succulentes saucisses d'Ajoie. Accompagnées d'une bonne salade de cramias, c'est de saison et irrésistible...

Écrit par : JMC | 16/03/2012

Ah, cher JMC, ne m'en parlez pas, tôt matin de printemps à quêter le cramia au long des champs des Franch', de la bonne boue jurassienne plein les bottes, dûment armés de cervelas, pain fromage et chaude boisson, quel régal avant l'heure, remplaçant alors les interminables balades automnales à courir la chanterelle et débusquer le bolet, ou les torrides soirées d'été à pêcher dans la Birse ou le Doubs... Je suis parfois un brin cruel en mes évocations mais là vous êtes le Champion. Me reviennent tant de senteurs de narcisses par milliers sur ce champs en pente alors désert et dépourvu de restrictions de cueillettes, du côté de Cornol,et effluves de jonquilles tapissant les vallons ... et je survis à Genève ... viens de voir mes projets d'avenir outre-atlantique s'écrouler par attaques brutales ... Où pensez-vous qu'il soit préférable pour moi, à mon avis, de couler finalement mes vieux jours ... ? Sinon vers si puissantes, irrésistibles racines. Bien vu, cher lointain futur voisin. A bientôt

Écrit par : Ali GNIOMINY | 20/03/2012

Cher Ali, je vous inviterai volontiers chez moi lorsque mon gîte sera terminé. Il se situe sous le ciel équatorien d'un superbe pays d'Afrique. Végétation luxuriante, calme, réveil aux chants d'oiseaux le matin, apéro aux sons des grillons à la tombée de la nuit.

Écrit par : JMC | 20/03/2012

Les commentaires sont fermés.