« 2011-11 | Page d'accueil | 2012-01 »

25/12/2011

Ô MÈRE-GRAND BIEN-AIMÉE ...

... DES DIEUX DE L'ANTIQUITÉ COMME DES PLUS RÉCENTS : Aucun n'avait, jusqu'alors, semblé pareillement goûter à mes petits pots et galettes énormes autant que vous, ô pourfendeuse de grands méchants loups ! J'en tirerai la cheville ouvrière, chère à bobines nettes, hors de ses gonds, s'il le faut, mais continuerai à vagabonder deci-delà dans les crépusculaires bois, afin de vous apporter goûtus petits pots de leurres et succulentes authentiques tartines-maison.

De Bons Faîtes à vous, sur piédestal où vous voici sis, et de Joyeuses Perspectives aussi, jusqu'à la « fin du monde du 21.12.2012 ». Ne prenez pas froid et ménagez votre cœur.

............

Chape rondement coulée sur le moral de cette brave mère-grand, quelle bêtise pourrait encore être commise ?

Se marier à Neuchâtel : Ils se feront la belle !

Record des divorces, 6 mariages sur 10 dans le canton finissent en eau de boudin. Quand ce n'est pas l'un des conjoints !

Totalement incompréhensible ! Alors que c'est le canton où les maris devraient être les plus fidèles, les péripatéticiennes y étant les plus chères ! Ou justement, c'est cela qui ruine les ménages ?

Il est absolument exact et certain que l'époux rentrant à une heure indue ne pourra prétexter que sa montre retarde, là où la marge de fluctuation est à présent d'une seconde sur 300 millions d'années.

...............

Donc, relativisons, visons à relater plus élevés concepts et observons et philosophons :

Dans le fond, en règle générale, n'est-il pas préférable de n'avoir qu'une seule des deux parties avec soi, plutôt que de n'en avoir possiblement aucune des deux ?

Le présent Manifeste du Parti Railleur d'Extrême-Centre, à décoder assidûment entre le fouillis de désopilants traits et ruses de muses, opte pour plaîre aux deux genres de protagonistes !

En partie.

Dans le fond, au plafond de toute philosophie, n'existe-t-il de subtils fils autorisant à régner, à se nourrir d'instants saisis ? D'adversaires mis à terre pour grandir ?

..................

Et voilà, déjà, je vous ai avertis récemment, je dois vous laisser pour quelque temps.

Un excellent début d'année à vous et à bientôt.

Ali GNIOMINY

19/12/2011

PARTS DONNÉES, CE N'EST PAS DU GÂTEAU !

La Suisse va dégeler les avoirs libyens, 256 millions qui partiront dans le désert.


Pour ce qui est des 40 milliards de Kadhafi à Londres, pas de nouvelles.
L'on nous signale par ailleurs que, depuis ce matin, Buckingham palace est étrangement vide, plus aucun meuble ni habitant 

....................

Moins rigide : Coupe de Noël dans l'eau à 5,2° sur 125 mètres : Le meilleur nageur a parcouru la distance en 1,05mn.

Le meilleur ou le plus frileux ?

..................

Frilosité .. et souvenirs, souvenirs .. A la fin de la Présidence de la Genevoise Ruth Dreifuss, un après-midi de congé fut offert
.


Mais après deux fins de Présidence d'autre Genevoise ... l'heure n'est plus du tout, du tout ni aux offrandes ni à la fête !

Sachez, chère Micheline, que si vous avez besoin d'un nègre pour vos CV à l'attention de l'office du chômage ...

J'en connais un, pas si cynique que ça, qui vous prédit Présidence de bien d'autres Conseils encore, et transmet ses meilleures pensées, avec excuses malgré tout pour les « similisocialistes de la timocratie suisse » de l'autre jour.

.................

Mais bon, face à des sourds-muets aveugles, et sans comprendre toute leur gestuelle, comment tenter de les aider sans les secouer un peu ?

.................

Certes, existe bien pire sur Terre, toujours, tel de scabreuses transitions :

Chantre de l'immobilisme en lequel rien n'avance, Jacqueline de Quattro remporte le Champignac pour sa mémorable phrase : « Je pense que, dans toute réforme, il y a des choses qui changent ».

Et cette dame atteint des sommets dans le genre, affirmant sans gêne aucune qu'il faut bien plus de répression contre la drogue pour améliorer la situation, ou plus imbuvable encore, pour le même résultat : Qu'il ne faut pas légaliser les drogues sous contrôle médical ! Des stupidités du genre qui mériteraient carrément le Nobel des Champignaqueries !

....................

Chez les éminences grises de cette discipline : Secrète autocritique de l'UDC : Nul ne doit rien voir ni savoir ! Principe de base du Parti agrarien qui, ...

Non ! Stop ! Désolé ! Mes bons Principes m'interdisent d'embêter une minorité blessée ! Zut alors ! C'était tellement plus pratique quand les trucs fédéraux donnaient encore l'illusion de leur majorité ! Mon sevrage aux méchants « witz » à leur endroit risque d'être long et compliqué !

Il va falloir regarder ailleurs :

Corée du Nord : Le nouveau dictateur n'a pas tardé à devenir très impopulaire, en décrétant d'emblée le remplacement du plat traditionnel par des röstis ! Et la langue nationale par le switzerdütsch !

En souvenir de ses études en pays UDC, chez les barbares d'Outre-Sarine.

(Non, mais là c'était avant, ça ne compte pas..)

Pauvre peuple. Ma compassion aussi pour les éplorés présentateurs TV Nord-Coréens, qui semblaient ressentir pareillement la terrible « Saudade » succédant au décès de Cesaria Evora !

Car, la Diva aux pieds nus est encore une dernière fois parvenue à me soutirer quelques larmes !

Et pourtant, croyez bien que ses pieds sentaient bon !

Rendons à Cesaria ...


......................

Pauvre mais propre ! Disait toujours ma regrettée belle-maman indienne Caboclo ! Ou : C'est la femme qui fait l'homme !

Il est ainsi des lapalissades qui, elles, à très juste titre, ne seront jamais récompensées d'un Champignac, c'est certain, et toutefois la subtile différence tient à un rien.

Pas de ma famille, celui-là, mais le sage Xingu disait en substance, l'autre jour sur National Géographic si je ne m'abuse, l'indien vit de ses cultures, il cultive et se nourrit, le « blanc » ne cultive rien et ne survit plus, pour quelque temps, que grâce à du papier immangeable, d'où tous les conflits.

...................

Ce n'est point sur un écran TV que votre serviteur s'en ira très bientôt, mais vers de nouvelles trépidantes aventures, sur l'autre hémisphère, qui vous seront contées dès février.

Excepté si les claviers et accès Internet ont évolué, n'ont pas fondu sous la chaleur estivale, ... auquel cas je ne manquerai de vous écrire de temps à autre auparavant.

Et à mon retour, mes chroniques risquent de mettre à nouveau un certain temps à prendre leur rythme, le vide en matière d'informations locales lors de longs déplacements est un handicap à mes traits ensuite. Qui risquent de tomber à côté. Imaginez que j'ironise sur une personne décédée sans que je ne le sache, ou que sais-je ? Et en même temps, justement, mes 5 semaines par année de retraite tropicale permettent un décalage indispensable à mes billets. Afin d'incarner l'état d'esprit, à la lecture d'un communiqué, du plus parfait ignorant vachard.

Et, je ne le répèterai jamais assez ! Inutile d'essayer de passer ici en mon absence. Quelqu'un d'averti reste de toute manière sur place et il n'y a vraiment rien que le gang des saisies n'ait déjà pris !

.....................


Bon, on est dans le sentimentalisme chialeux ces temps, alors un peu plus ou un peu moins : 

V'là t'y pas que je me surprends l'autre jour à me questionner : Si tu voulais réparer une connerie que tu as commise dans ta jeunesse, t'excuser pour quelque chose, qu'est-ce que ce serait ? Surgit un épisode inattendu :

L'huissier des poursuites doit passer évaluer mes « biens », j'ai environ vingt-cinq ans et 100'000.- de dettes en moins, ne puis supporter pareille intrusion en mon atelier-musée-logis ! Je descends une demi-bouteille de rhum, roule énorme joint et l'attend de pied ferme ! (Et fermez-là, hein, même s'il faut écrire pieds fermes, ou je mords, ça ne va pas recommencer comme l'autre jour, c'est déjà pas le pied d'être handicapé dès la naissance par un langage écrit pareillement biscornu !)

Vers 13h50, la fumée bleue de mon hall d'entrée me cache même les deux portes sur lesquelles j'essaierai de trouver la poignée bientôt pour ouvrir rageusement !

Ainsi fait, à peine sonné. Je jaillis tel un diable de sa boîte, vociférant et débraillé. Un peu comme la toute dernière fois où les témoigneuses de Jehova du dimanche matin, au moment de la douche, sont venues me déranger à la porte. Mais en version avec slip cette fois-ci. (Aïe, pourquoi ai-je parlé de ça, des fois qu'elles aient quitté la secte, je vais les avoir tous les dimanches matin ..)

Donc, face à ce pauvre huissier éberlué se présente un dingue pété à outrance, énorme cône aux doigts, qui interdit l'entrée et hurle que, puisque le représentant de l'ordre a vu l'abominable croûte que le fou vient de pondre, genre gros caca de peinture mis bien en évidence, il a, en la regardant, violé les droits sur une inestimable œuvre d'art, doit à cet effet un million au lésé, etc, etc .. Et envoie ses volutes d'herbe au visage du fonctionnaire.

Qui, ne pouvant que constater l'état de détresse du débiteur, venait en fait simplement lui notifier une décision. Reste stoïque et a la bonté de ne pas porter plainte.

Quelques mois plus tard, je voyais son nom dans la chronique funéraire ... suite à une longue maladie ...

Voici en quoi réside une erreur irréparable, en le foyer d'un perpétuel sentiment de culpabilité qu'il est bon de tenter d'éteindre ainsi. Ce joint-là me brûlera à jamais. Jamais, bien au contraire je n'ai forcé quiconque à fumer, sauf cette fois-là. Et depuis, j'ai appris à découvrir l'aspect particulièrement humain de personnes généralement détestées, contractuelles, etc ... et j'ai bien plus de respect pour ces gens du terrain difficile que pour ceux à l'abri, qui tirent leurs ficelles.

Et Pardon. Décidément, c'est contagieux cet Esprit de No Hell ! 

.................


Donc, soyez bien sages, aimez-moi les uns les autres et à demain, Noël ou à tout bientôt.


Ali GNIOMINY

16/12/2011

SANS PSY CAUSE : - Traité de Blogiâtrie Expérimentale

Parle de nouvel horaire : De TPG prêts à faire marche arrière !



Déjà que ce n’est vraiment pas terrible en marche avant ….



Enfin, dis-toi qu’il y a bien pire dans ce monde, et laisse-moi le démontrer.



Ne serait-ce que par la carte multiparcours TPG de 30.-, que je fus contraint et forcé d’acheter, attendu que celle à 20.-, en ce 9 décembre 2011, a disparu de la circulation … de même, ensuite, que la presque totalité des distributeurs l’acceptant encore.



Je sors donc de chez moi à 06h, ai bien 6 minutes de marche à accomplir jusqu’au premier distributeur d’ancienne génération, obtiens mon titre de racket officiel, marche 6 minutes sous la pluie battante jusqu’à l’arrêt du 14 où j’attends évidemment 6 minutes ; 14 qui doit bien arriver à Bel-Air dans les … temps. Je sors, marche 60 secondes jusqu’à l’abri où apparaîtra la correspondance, 12 minutes plus tard. Pour rouler exactement … deux arrêts avant que je ne descende ! Et si par hasard cette foutue de tournure est fausse et qu’il faudrait dire .. que je descende .. je ne sais jamais .. eh bien ce n’est pas grave, c’est juste que ce matin-là je suis trop fatigué). Je traverse deux sombres coupe-gorges (et pourquoi pas des coupent-gorge ?) toujours impressionnants, … et parviens à mon stupide emploi d’Etat.



Environ trente minutes plus tard que si j’étais venu à pied. (Beau, le français ? Vraiment bancal ! Mettons ces académiciens à pied et sautons à pieds joints sur la suite, sans trop fouler aux pieds les convenances) … Venu, disais-je, sur un pied.



Ainsi, merci le Progrès. Je revis depuis que le Tout-Puissant Tépégé m’oblige à tant marcher par tous les temps. A faire de l’exercice en affrontant à Plainpalais les « Zizous » de l’aube.



Vous l’ai-je déjà contée, celle-là ? Le flot continu de mes multiples créations ne me permet plus de recherches sur compositions passées. Tant pis si, pour les habitué(e)s de mes palpitantes aventures, je me répète un peu. C’est Ch-



… aque fois, je le sais, une preuve de plus de la véracité de mes affirmations. Rien n’est plus redoutable pour qui affirmerait des bobards, que deux-trois de ses articles ressortis, parlant du même sujet, comparés sur 4-5 ans. Il se peut que la mémoire me joue quelques farces, que des détails soient involontairement erronés, mais les très grandes lignes restent fixes et fidèles à la réalité. Faites le test à ma place qui n’en ai pas le temps (vous non plus ?) et dites-moi si vous dénichez de petites incohérences entre une version et les suivantes. Pas de faux souvenirs, en tous cas, preuves et témoins attestent presque toujours de l’authenticité de mes dires … cohérents. Car vous l’aurez remarqué je pratique souvent l’humour par effet inverse, ironisant en glorifiant de détestables choses. Mais n’importe quel imbécile est alors capable de rester à mon niveau … et de différencier sérieuse critique ou simple effet hilarant.



Pure réalité que tout ce que je vous dévoile, aussi étrange et difficilement crédible fut-elle en certaines circonstances. Ou dangereuse. Au point que, décidément, l’on devient parfois ce que l’on admirait enfant, l’aventurier à perroquet sur l’épaule, souvent en proie à de terribles épreuves, mais paradoxalement stable bon employé, plein de travaux en tous sens, qui débrouille tout pour tout le monde, charmeur, empathique, serviable, généreux, courageux, doué, farceur, sûr de sa force en dernière extrêmité … et surtout d’une modestie tout sauf agaçante. Miroir de ce Bob Morane d’Henri Vernes dont je complétai plusieurs fois la collection d’une centaine de livres jaunes, comme cette Ombre qui hantait mon imaginaire dirigé de gosse de douze ans. Alors qu’il n’y avait encore que deux-trois postes de TV par quartier, et que même à douze ans ça devient gênant d’aller en ribambelle chaque soir supplier les cossus « antélespectateurs » de nous laisser assister aux terribles épisodes de Belle et Sébastien ou des Compagnons de Jehu.



Juste encore : Axant ma démarche, à l’attention d’un public doué de divers degrés de compréhension et culture générale, sur l’humour et une philosophie pacifiste avant tout, je pousse les bornes un peu loin certaines fois, en matière de politique et religion, ne suis pas toujours du même avis que ce que je compose en trouvant des tournures et jeux tels qu’il m’arrive parfois de m’autocensurer, je le jure aussi. Et regrette sincèrement si je blesse d’aventure certaines sensibilités, en secouant exagérément d’insupportables de leurs tabous. Mon intention artistique étant d’exposer même crûment mais sincèrement une manière d’être hors-normes, qui personnellement me réussit de mieux en mieux.



Flash Information - Evènement symptomatique - Flash Information - Evènement symptomatique - Flash Information - Evènement symptomatique – Flash Informati



A l’instant : Pizza au four ; Promesse faite à doulce moitié de lui en laisser ... la moitié. La tête en la présente tartine, je passe à la cuisine, me saisis machinalement du nécessaire, reviens au PC, mange en écrivant, ainsi qu’il ne faut jamais le faire, parole de clavier. Ne reste que minuscule morceau de la croustillante ! Horreur ! La moitié de ma moitié !!! J’ai oublié ! Panique et culpabilité maximale ! Gros porc que suis, même mince, à bâfrer tout ce qui passe, et je vous en …



Retour à la cuisine, en conservant religieusement le morceau restant, emballage en l’alu, tête creusée à se dire qu’il faut ressortir, racheter une pizza, … Et dépôt, rouge de honte face à tel égoïsme, de la relique sur sa plaque …



… à côté d’une demi-pizza attendant sagement d’être par moitié croquée !



Dites, c’est grave, Docteur ? De trop faire toujours passer autrui avant soi ? Et d’oublier qu’on est dans le fond si bon ?




Fin de Flash Information – Fin d’Evènement symptomatique – Fin de Flash Information – Fin d’Evènements fins symptomatiques – Fin de Flash Information – Fin d’Evènement symptomatique – Fin de Flash Information - fi




Foin d’apartés : J’en reviens à nos criminels TPG forçant les usagés usagers à affronter les Zizous du petit matin.



Et c’est là qu’hypothétiquement j’ai déjà jadis conté tout ça, mais on s’en fout comme de lentes …



… Six minutes magiques, à l’époque du cirque Knie, de plaisir que je prends chaque matin à longer l’univers de la ménagerie aux aurores, à saluer doucement les placides poneys, lamas, zèbres, chameaux, éléphants, lions, suivant les années. Rien de tel pour n’avoir plus à rugir de toute votre journée.



Et c’est au long de cette clôture que je me fais aborder, cet automne, par un « Zizou » à énormes lunettes, très maladroit et bourré de -mon frère mon frère-, me plaçant d’emblée sa main gauche sur mon épaule gauche et me montrant de la droite son dribble des pieds.



Fort instruit sur l’astuce, comme sur celle de la grosse bague ressemblant à de l’or trouvée par pauvrette et vous la laissant pour quelques billets .. et autres « intelligents » trucs qui malheureusement piègent encore du monde, je n’hésite plus une seconde à lui bloquer la main gauche, déjà plongée dans mon petit sac à dos, mais n’ayant rien pu saisir. Il crie. Je hurle « Laisse-moi » le repousse violemment, vois ses complices au loin s’approchant, traverse sur le versant GHI sans courir, et pensant AUSSI à faire gaffe aux voitures!! (avez-vous vu la vidéo de cette femme qui rentre chez elle pleine de bagages, où l’attendent cachés sa sœur débile farceuse et un très con copain cagoulé et armé ? Elle lâche ses paquets, court sur la route et est projetée à des mètres de hauteur…) … Je continue à pas rapides, contourne une poubelle en feu vers l’église et parviens entier et soulagé à mon offensant poste.



Par deux fois ensuite il me semble revoir cette équipe sur la Plaine vers 06h15, en l’espace de quelques semaines. Bref : à quand une prime de risques pour trajet dangereux domicile-servitude ? Payée par les TPG en dédommagement, avec la gratuité définitive, des torts causés !



Eh bien oui, quoi, une fois leur abus de monopole et de détresse et tout le reste dénoncés. Mais moi, ce que j’en dis ...



… C’est que par principe je me fais un honneur de ne dénoncer quiconque pour les actes délictueux auxquels j’ai assisté, restant, à mes yeux, sans trop grande gravité. Excepté pour la visite du 27.02.2003 à 20h que nous reçûmes, de quatre cagoulés armés de navajas et d’un froid revolver (enfoncé dans ma bouche et plaqué des dizaines de fois sur ma tempe, navaja sous la carotide) qui nous dévalisèrent, enfermèrent et laissèrent des heures sans savoir qu’ils étaient partis. Que je ne dénonçai pas non plus pour d’autres raisons déjà citées.



Je ne me suis aucunement plaint non plus du boxeur fou de Berne qui, me prenant sans doute pour un dealer, m’arracha une sacoche et tenta de m’envoyer un direct. Des gens venant à mon aide, il fit claquer la lame d’un cran-d’arrêt et se mit à me tracer après à travers les rues de Berne. Une porte d’arrière-pharmacie s’ouvrit, je m’y engouffrai, ressortis sur une autre rue, courus longtemps avant de raser les murs jusqu’à la gare où mon ami le neveu (ou fils ? Ah, trois décennies et demi d’usure de télomères..) de l’un des très grands hommes du Jura, salut Daniel, œil au beurre noir, me ramenait mes affaires. Qu’il était parvenu au prix de sa vie à voler au fou, revenu au bar du départ, d’autant plus furieux qu’il n’avait trouvé qu’un peu d’argent dans ce bagage. Des amis perdus de vue comme ça on en aurait presque le Béguelin.



Point de formelle déclaration non plus contre le taré et son esclave en camionnette blanche, revenant de chez un dealer flic d’Annecy avec des dizaines de kilos de shit et un gros revolver, qui me prennent en stop à la sortie de la ville et détournent une nuit entière dans le Puy-de-Dôme.



Le pété conducteur détestant les Suisses, s’étant promis d’en descendre un, n’ayant plus rien à perdre … tout ça en promenant ce flingue sous mon nez au lieu de regarder la route en conduisant … Un malade mental que parvient parfois à calmer son jeune esclave, qui finira, terrorisé, par permettre mon évasion très risquée mais refusera de me suivre, pour protéger des proches. J’entre dans le premier train du matin pour n’importe où et, évidemment, en nage à l’aube, traumatisé et balbutiant après tellement d’heures de tension, j’explique tout en vrac au contrôleur, localise l’immeuble commercial en question (même après trente ans, sait-on jamais..) lui demande d’avertir la police, laisse mes coordonnées de jeune flippé … demeure durant des mois caché dans le maquis Varois, .. et plus jamais de nouvelles. Là, certes, j’ai favorisé au possible l’arrestation d’un forcené, mais sans l’avoir formellement dénoncé.



Cependant, à l’aube, mal réveillé, il est assez singulier de trouver sous une banquette dans le premier train un jeune complètement paniqué, hagard, racontant des histoires de tueur le poursuivant depuis des heures, en camionnelle blanche à feux jaunes, de fuite rocambolesque alors qu’un vieux notable à barbe blanche est peut-être aussi en danger, avec une fille pris en otage mi-figue mi-raisin autour d’une table immensément garnie, entre autre d’un revolver à essayer de saisir ou mourir ; forcené ayant, dans une course éperdue, obligé à se planquer ce voyageur sous des escaliers puis entre des poubelles, raisons de son état débraillé. Fuyard ayant couru dans cette ville inconnue et fini par repérer la gare, que le malade sait n’être qu’une des deux seules possibilités de quitter cet enfer. Jeune de surcroît sortant tout son argent pour prendre un billet pour le plus loin possible avec ça… et devoir lui répondre : St-Etienne, d’après la somme. Pas facile, mais c’est le règlement. Alors qu’il était parti pour si loin, Brignoles et l’Argens qu’il aime tant et lui manque tant … De quoi se dire que le gamin est excellent comédien, un peu dingo, fauché, et continuer paisiblement sa journée de contrôleur.



Donc non, à part pour les vols de mes boguets et autres effractions fort frustrantes, et également effectivement traumatisantes, assurées je n’ai rien dégonflé. L’humain doit se préoccuper de ses affaires, soigner ses plaies et veiller à ce qu’autrui en fasse de même, tout en veillant comme lui que quiconque ne nuise à son prochain de manière par trop inconvenante et préjudiciable, tout en n’étant ni payé pour ça ni trop laxiste ni rigoriste, mais conscient des limites de ce qui peut ou doit être formellement dénoncé. Et éviter un zèle qui, généralement n’apporte qu’ennuis au plaignant.



Ni pour les agressions sexuelles, j’ai laissé, me semble-t-il, mais j’avais été trop drogué pour me souvenir des jours suivants, le viol que trois individus m’ont fait subir aux Eaux-Vives alors que j’étais à peine adulte, sans suite policière. Malgré le fait que ces messieurs m’avaient en plus détroussé, et que j’avais l’image en tête du bloc d’immeubles où ils m’avaient séquestré, rien de précis de plus, ambiance de bar-musique, une bière à goût bizarre, tout tourne, des gens qui se disent mes amis et veulent me ramener …



Sans parler évidemment des inombrables mains baladeuses d’automobilistes, durant mes dizaines de milliers de kilomètres parcourus en stop, toujours propre et alors mignon, que je repoussai sans peine ni vexations. Sauf une fois ou l’insistance fut telle … que la personne au volant finit par se laisser faire …. -c.f. Inédit : « Massé(e)s que sue alité(e) »  – Environ 2005 – Epuisé, va de soi -



Donc, pour le secteur de ces traumas-là, tout va bien, merci, ce sont les risques et joies du métier de Bogoss, comme le disent mes imitateurs.



Finir par piétiner ses narcisses en public. Penser qu’un blog puisse faire office de déversoir thérapeutique où se ressassent les mêmes épreuves vécues, à chaque fois plus détaillées, au milieu de mille plaisanteries nées d’autodéfense antidépressive. Diantre. Quel programme !



Alors ça y est, vous me plaignez ? Me voyez encore tel un vilain procédurier, dur yéyé et tout ça, que les hautes sphères me craignant m’ont collé ? C’est que vous me lisez mal entre deux spots tv ? Si vous saviez ! Je puis à moi seul, depuis plus de dix ans, provoquer pour exemple un véritable séisme juridique, par inévitable jurisprudence qui priverait illico certain Etat de vraisemblablement plus d’argent que le budget 2012 qu’il a voté. Faille juridico-économique dont je souffre énormément des conséquences, qui cesserait si je dénonçais ne serait-ce qu’une partie des vices en question. Mais à quoi bon.



Priver encore plus autrui, en grande majorité victime également. Pour cause d’une gestion catastrophique des responsables, généralement passés, de finances publiques ? Il n’y a que dans mes tous derniers retranchements, le cas échéant, que j’y serai contraint. S’il m’arrivait plus d’ennuis que ceux déjà subis. Mais dans l’ensemble je préfère supporter l’absurde condition de vie en laquelle suis maintenu, et faire trembler à juste titre et sans méchanceté aucune, au contraire, de maladroits roitelets que de nuire, en jetant un menhir dans la mare,  à la condition de vie généralement trop précaire également de mon prochain. Au profit d’une progression fulgurante de la mienne et de quelques milliers de lésés de mon genre uniquement, à qui l’Etat reste pour les mêmes motifs devoir au minimum un demi-million de nos francs.



Tout ça pour dire que sous l’aspect d’un adversaire redoutable, révolté emmerdeur public de renom, pourfendeur d’injustices, téméraire meneur d’expressions, se cache aussi un citoyen réfléchi, modéré, soucieux du mieux-être de la communauté et particulièrement expérimenté. Sauf dès qu’il parle de TPG, où ça part en tous sens. Nous y travaillons, c’est ça, c’est ça .. oui …



Et puis, c’en est où, dans ce fouillis, concernant le service public de transport de citoyens en ville, qui est à présent un besoin vital fondamental ; à inscrire constitutionnellement ?!



Est-il bien évidemment indiqué : Qu’il est criminel de bafouer l’usager par l’obligation d’avoir les moyens de se déplacer ? Ou faudra-t-il encore briser cet inique monopole par des arrangements de covoiturage et taxis de groupe très bon marché, comme dans la plupart des pays ?



Luttons, jusqu’à ce que tout assujetti soit confortablement et gratuitement installé à l’abri des Zizous de Plainpalais et autres, dans des trams pas encore trop attaqués.



……………….



Ouhlà, déjà que je n’ai vraiment plus le temps de vous écrire, c’est là que tout se précipite et que je n’arrête plus. Et j’hésite à publier ceci comme ça, à froid, dans le dos de tous traditionnels éditeurs de philo-psycho & Cie, ici, et à créer pourquoi pas la mode de la Blogothérapie par le rire.



Justement, v’la la défense du circuit de la récompense qui revient, désolé, faut que j’y aille.



…………….



Politique : Comment ? Baer ? C’est … ? Ah non ? Ah, c’est un autre romand à succès ?



Eh bien, qu’il ne perde pas de temps.



Allez, The Best, c’est l’heure !



…………….



Vive la Faculté de Blogiâtrie Expérimentale ! Et vive le Parti Railleur d’Extrême-Centre !



……………



Le Doyen des sans moyens:  Ali GNIOMINY



P.S. Nous espérons que votre voyage fut agréable et nous réjouissons de vous retrouver sur nos lignes

14/12/2011

UNE NOUVELLE ÈRE QUI NOUS LIBÈRE, C'EST :

. ... Que ne rime plus à rien d'assister au TJ de mi-journée à si vile, pitoyable engueulée avec si semblable élu cher ...



Une nouvelle ère fédérale supposée plus sociale va bercer notre sommeil. De citoyens sans moyens.



Gare à l'imPrudence !



Demeurez honoré, sous ris et vœux allants, à l'abri des cheveux blancs.




Ali GNIOMINY

11/12/2011

Ô, BAS MATÉRIALISTES

Listes des fraudeurs US du fisc en Suisse, entraînant mise à mort du secret bancaire, et banques de données des polices suisses exigées à présent, par l'Oncle ! Sa Magouille n'a plus de limites !

Bien que ... : Serait-il si terrible que ça que les polices américaines aient accès aux fichiers de celles d'ici .. ?


(qu'une collaboration nous amène à une justice à l'américaine, où certains dédommagements atteignent vite des millions, la justice étant de toute manière histoire de fric avant tout et la Suisse exagérant en matière de non-remboursement ou octroi de minimum de réparation pour torts causés) ...


... SI RÉCIPROCITÉ ?!

Réelle ou feinte des deux côtés, par accès extrêmement tronqué donné aux données ... Et ça ne ferait sans doute qu'officialiser ce qui existe dans les secteurs Hackers des polices de tous bords.

Une solution à ce type d'agressions, (mise devant le fait accompli ou visa et difficultés douanières) à mon humble avis d'averti :

Dans la crise Suisse-Libye, d'éminents spécialistes ont dénoncé l'absence de résistance et fermeté dont fait preuve la diplomatie helvétique, même en cas d'abus et de provocation flagrants ! Il est des adversaires qui nécessitent résistance, ou ils écrasent sans scrupule le faible acceptant tout; Faux amis  qui ne jouent qu'au donnant-donnant, difficilement accessible.

Donc, soit ! Vous aurez, chers amis US, nos données de police, de consommateurs, de santé, biométriques, cervicales et que sais-je encore, très bientôt. Rien de neuf.

Mais en contrepartie d'accès complet à vos banques de données. Et par ailleurs, en votre qualité de pire pollueur planétaire, responsable premier d'effet de serre nuisant conséquemment à la santé de chaque Helvète, nous vous signalons au passage que chaque Helvète précisément porte plainte contre votre Administration, et exige pour le moins 10 millions de dollars par Suisse, à titre de dommages et intérêts pour le Droit à la Santé bafoué par votre irresponsabilité, entrave à la plénitude d'une  carrière plus active, soit aux finances, mise en danger de la vie d'autrui à multiples titres, ....

En vous priant de convenir d'un arrangement en vue du paiement à titre de réparation par Suisse de 15 millions, que votre Administration reste lui devoir, dans les 30 jours. Glaciales salutations.

Ça c'est un langage que comprennent même les tyrans qui en ont le moins l'air !

Des années de polémiques et de tensions en vue, pour pas grand-chose, en fait, à l'époque où l'on vit !

Où les camps ne sont plus vraiment définis : Où la Suisse est plutôt pour le Nord et l'Occident, côté confort et raison, et côté cœur plutôt à l'Est et au Sud ...

où elle se retrouve dépouillée de partout, pour motifs de gestion discutable des « biens » des puissants de la planète ... Pays en proie à l'intérêt suscité dans le monde entier par l'image d'Epinal de la nation pavée d'or et de chocolat, qui ne peut qu'attirer le quidam.

Pays en réel danger de démantèlement. Les rois écoutant toujours les bouffons. Pays qui doit impérativement resserrer ses rangs et cesser avant tout ses internes querelles obsolètes, axées sur du gauche-droite manichéen n'ayant plus raison d'être.

Et au pire : Tant pis si disparaît l'attrait bancaire et policier de papa !

Mais que la/le Suisse conserve sa dignité, défende correctement ses acquis et sa forme restreinte d'indépendance appelée liberté d'action, et prenne garde avant tout de ne ni trop vendre ni trop se faire voler, son horlogerie, ses produits du terroir, son image et tourisme, sa technologie et recherche, ses soins et surtout son eau !

Qu'il sache enfin, ce pays que je ne cesse de dégommer pour tout ce qu'il comprend d'incohérences, pour tout ce qu'il comporte d'infamies, puisque j'y suis né, ... pays que j'aime évidemment, sais glorifier plus que défier, pays qui encore est le nôtre ... qu'il sache : S'imposer, se respecter autant qu'il porte de respect, même à qui ne le mérite pas obligatoirement.

Et ses confédéré(e)s n'ont aucunement à se gêner, qui peuvent même en faire plus, s'il le faut, qu'il ne faut : jouer aux génies par déni d'idiotie, pourquoi pas, omettre carrément la moindre touche de modestie, sans mentir y aller à la Dali, par gestuelle épistolaire des plus fantasques. Y fourrer du culot à la pelle, y balancer plein de semences d'Evidence et c'est gagné ! Les méninges de tout singe sont saignées, aucun néonéandertalien n'y résiste. Seuls nous, gens du savoir ... Voyez, c'est facile, lorsqu'il le faut, de montrer aussi les dents et jouer au cow-boy !

Qu'un jour, surtout, l'humanité puisse reconnaître qu'ayant correctement géré le trésor de ses montagnes, alors que le déluge est partout, que les nations voient se former en leur sein des piscines, et étangs, et lacs : La Suisse, elle, a des gouilles !


Ali GNIOMINY

07/12/2011

LÀ FORT EST ? LA RUE SCIE !

Qui a bu abusera ! Avant même le début des opérations, à l'image de la population des votants, les urnes étaient déjà complètement bourrées !

Mais n'ayez crainte, il existe bien pire encore sur terre :

GUÉANT QU'EUT L'ENA À SUPPORTER:

Espoir de toute une génération de hardis xénophobes, plus dangereux qu'un tas de Le Pen perdus ou qu'une langue d'Hortefeux de bois : Guéant, aux sévices des fachos : Du néant au chaos : Une politique qui éradique tout sauf sa clique!

En voilà un joli slogan qu'il est pas faux, eût dit un certain ex-candidat à la présidentielle française. Quand on riait encore !

...................


Elevons à présent nos yeux vers les cieux et offrons le fruit de nos réflexions aux petits Verts, petit Monsieur Hulot évincé, rongeant son frein, petite Madame Joly, dépassée, ... et goûtons au magnifique paradoxe interplanétaire que voici :

Si j'ai tout bien compris. Mais il vous suffit de vous renseigner et vous remarquerez que c'est (presque) entièrement exact :

La terre étouffe sous l'effet de serre provoqué par les CFC principalement, qui réchauffent l'atmosphère 10'000 fois plus que le CO2.

Mars a une température moyenne de -60°C, qu'il est prévu de réchauffer d'au moins 20°C, afin qu'à certains endroits de la planète la température moyenne se situe à 5°C et permette le (re)développement d'une atmosphère viable. Soit.

Le sol martien contient par ailleurs à l'état naturel d'énormes quantités de deux éléments qui, libérés, forment des CFC.

Il s'agit donc très simplement, pour faire d'une pierre deux coups, de découvrir comment, pour éviter l'extraction martienne, par effet-tunnel ... ou grâce à un tuyau, long de 56 millions à 400 millions de kilomètres (ça dépend de l'opposition périhélique), ... comment envoyer nos cochonneries atmosphériques sur Mars.

Il faudrait savoir. Vous les voulez ou non voir ces petits hommes verts ? Alors polluons-les un max !

................

Beaucoup, beaucoup, beaucoup plus bas encore, que découvre-t-on ?

Le tueur de Gruyère est un récidiviste !

Il était temps que nous sachions enfin qui faisait les trous !

..............

Et une gentille pensée pour les handicapés :

Blocher : Je suis étonné de voir les socialistes si bien habillés !

Eh, oui, Monsieur Blocher, vous n'êtes pas seul à prendre de jolies vestes !

..............

Et ne me dites pas qu'aucun de mes confrères ne l'avait pressentie celle-là ? Ah, féroce concurrence de qui fera rire ou rager en premier ...

Et c'est ce con d'indépendant bénévole sans pactole qui remporte toujours la sympathique mise honorifique ; Rageant n'est-ce pas ? Pour le moins surprenant, révélateur d'abyssale malaise de la gestion culturelle genevoise ... entre autres.

..............


Consolons-nous : L'anti-poète Johnny reste à Gstaad !

Reste à savoir qui est la fille qu'il a sûrement violée il y a trente ans. Et s'il risque d'être extradé en l'hexagone barbare !

.............

De là-haut sur la montagne, peut-être pourra-t-il admirer, au loin, très loin, la carte genevoise de la pauvreté.

Cette infamante carte qui a dû inspirer les nantis des TPG, pour éviter justement au possible de desservir correctement les régions « pauvres » du canton, en concoctant le plus débile de tous les nouveaux itinéraires de l'univers.

...............

Mais, mieux vaut vivre ça que de lire (pardon) :

Convois funéraires : Fribourg : 14h30, église du Christ-Roi : M. Jean Gross

Paix à l'âme de qui eut certainement une vie fort joyeuse. Si ce n'est, sans doute, un léger différent avec ses parents au sujet de son prénom ...

...............

Et à bientôt ...Car : La géothermie menace l'accélérateur du CERN !

Combien de fois vous l'ai-je prédit ici ? CQFD !

A défaut de percer le mystère du boson de Higgs, les avides ignares géothermites déclencheurs de séismes, ne manqueront pas, tôt ou tard, de provoquer à travers le cyclotron ... un vilain trou noir.

................

Quelle vie de ...

Chiens : Cette fois-ci c'en est taxés !

Les animaux domestiques n'étant plus considérés par la loi comme des choses, il y a de quoi hurler à la discrimination !

Pourquoi payer pour son compagnon : Taxe, médaille, puce, collier ... et rien encore de cela à débourser au sujet de l'humain ?! Pour son droit de vivre en laisse et pisser droit sous le joug de son maîmaître, de montrer papatte blanche et de vivre plein de pupuces, permettant d'être retrouvé partout et piqué, suivant les contrées où il a aboyé ou erré !

Une injustice flagrante que nos bâtardes autorités, flairant la bonne affaire, ne manqueront pas de réparer dans les meilleurs délais !

..............


Mais réjouissons-nous : L'élève genevois a fait des progrès en lecture !

.............

Celui qui parle le français ?



Bravo. S'il en est déjà à ne plus croire un seul mot de ce qu'il lit !



Ali GNIOMINY

01/12/2011

FORT CE N'EST

Un tireur masqué fait deux blessés au Mc Donald's de Bienne !

Sans le masque il en tirait bien quatre. C'est toujours le risque !

N'oubliez pas ce bon conseil de votre dévoué, qui fut pris plusieurs fois en otage, baissez les yeux, ne dévisagez pas vos agresseurs, n'en déplaise au machisme hollywoodien. Demeurez dans cet étrange calme andomorphique précédant hypothétique déclic de mort, prêt à bondir en un dernier réflexe de survie si aucun autre moyen n'est à disposition, faussement soumis mais jamais ni lâche ni arrogant. Simplement attentif philosophe détaché ... de ses possibles derniers instants se déroulant au vif.

C'est facile, ça vient tout seul, mais gare à la tentation de pouvoir donner un signalement, car même la tête basse vous aurez toujours un instant ou l'autre un aspect général à décrire. Et selon le pays, ne portez surtout pas plainte, sous peine de mort à peine différée ou de « bricoles » à vos proches. Désolé si c'est contraire aux consignes généralement passées, mais ce n'est qu'à ce prix que je suis encore à vous écrire ceci. J'ai jadis reconnu l'un de mes agresseurs, n'en ai rien dit durant des années, sachant combien brève est la vie là de ce genre d'individu, bizarrement disparu depuis. Qui tellement a nui indirectement à notre voisinage nous « vénérant » ... Nul besoin de balancer ces « ordures », elles se recyclent entre elles. 

Bref, concernant le masqué qui a attaqué et quasi-tué deux victimes avant l'ouverture du Fast-Food, il s'agit d'un ancien employé de l'entreprise. Que, vraisemblablement, son patron forçait à manger sur place ?

Voilà qui sent furieusement l'acquittement !

Sinon, il ne lui manque encore que 75 cartons humains, selon les critères du Nord, ou un loup, chez nous, pour être déclaré fou et échapper easy au pénitencier. Vivre quelques temps tous frais payés en compagnie de secoués balançant le bébé dans le lave-linge et autres joyeux intouchables forcenés. Et finir par ressortir sage comme un carnage.

........................

Et pas facile de suivre un autre type de dingue qui mélange du très sérieux et du comique, hein ? Je vous plains. Bon, donc, revenus à nos moutons :

Les élèves sans confession sont meilleurs à la gym !

Evidemment, ils sont bien moins chargés en préjugés !

Il est cependant étonnant que les petits catholiques n'aient développé plus d'aptitudes à la course de type fuite en avant ...

..........................

Et pendant ce temps-là, à Genève, les boutiques de luxe fleurissent !

Floraison pleine d'avenir, à la veille de l'hiver !

..........................

Et un petit glaçon ... pour le « Coup de Gueule » du genevois Alain Marti, qui se plaint du dérangement occasionné au maximum d'honnêtes gens motorisés par les (sous entendu malhonnêtes) grévistes du bâtiment.

Monsieur Marti oublie un détail. Ces revendications n'auraient pas lieu d'être si les « honnêtes » décideurs conducteurs de grosses bagnoles avaient l'honnêteté d'accorder aux gens du pénible Bâtiment au minimum de quoi prendre un leasing pour le tacot le moins cher du marché ! Et manger de surcroît !

Ayez, Monsieur Marti, l'honnêteté de reconnaître que les malhonnêtes ne sont pas nécessairement ceux que les plus puissants actuellement présentent comme tels !

....................

Ceci mis au net : Bonsoir Mesdames et Messieurs, et une heureuse et durable continuation à vous en ce berceau de forcenés qu'est devenu votre monde. 

Ali GNIOMINY, pour vous sourire

All the posts