19/12/2011

PARTS DONNÉES, CE N'EST PAS DU GÂTEAU !

La Suisse va dégeler les avoirs libyens, 256 millions qui partiront dans le désert.


Pour ce qui est des 40 milliards de Kadhafi à Londres, pas de nouvelles.
L'on nous signale par ailleurs que, depuis ce matin, Buckingham palace est étrangement vide, plus aucun meuble ni habitant 

....................

Moins rigide : Coupe de Noël dans l'eau à 5,2° sur 125 mètres : Le meilleur nageur a parcouru la distance en 1,05mn.

Le meilleur ou le plus frileux ?

..................

Frilosité .. et souvenirs, souvenirs .. A la fin de la Présidence de la Genevoise Ruth Dreifuss, un après-midi de congé fut offert
.


Mais après deux fins de Présidence d'autre Genevoise ... l'heure n'est plus du tout, du tout ni aux offrandes ni à la fête !

Sachez, chère Micheline, que si vous avez besoin d'un nègre pour vos CV à l'attention de l'office du chômage ...

J'en connais un, pas si cynique que ça, qui vous prédit Présidence de bien d'autres Conseils encore, et transmet ses meilleures pensées, avec excuses malgré tout pour les « similisocialistes de la timocratie suisse » de l'autre jour.

.................

Mais bon, face à des sourds-muets aveugles, et sans comprendre toute leur gestuelle, comment tenter de les aider sans les secouer un peu ?

.................

Certes, existe bien pire sur Terre, toujours, tel de scabreuses transitions :

Chantre de l'immobilisme en lequel rien n'avance, Jacqueline de Quattro remporte le Champignac pour sa mémorable phrase : « Je pense que, dans toute réforme, il y a des choses qui changent ».

Et cette dame atteint des sommets dans le genre, affirmant sans gêne aucune qu'il faut bien plus de répression contre la drogue pour améliorer la situation, ou plus imbuvable encore, pour le même résultat : Qu'il ne faut pas légaliser les drogues sous contrôle médical ! Des stupidités du genre qui mériteraient carrément le Nobel des Champignaqueries !

....................

Chez les éminences grises de cette discipline : Secrète autocritique de l'UDC : Nul ne doit rien voir ni savoir ! Principe de base du Parti agrarien qui, ...

Non ! Stop ! Désolé ! Mes bons Principes m'interdisent d'embêter une minorité blessée ! Zut alors ! C'était tellement plus pratique quand les trucs fédéraux donnaient encore l'illusion de leur majorité ! Mon sevrage aux méchants « witz » à leur endroit risque d'être long et compliqué !

Il va falloir regarder ailleurs :

Corée du Nord : Le nouveau dictateur n'a pas tardé à devenir très impopulaire, en décrétant d'emblée le remplacement du plat traditionnel par des röstis ! Et la langue nationale par le switzerdütsch !

En souvenir de ses études en pays UDC, chez les barbares d'Outre-Sarine.

(Non, mais là c'était avant, ça ne compte pas..)

Pauvre peuple. Ma compassion aussi pour les éplorés présentateurs TV Nord-Coréens, qui semblaient ressentir pareillement la terrible « Saudade » succédant au décès de Cesaria Evora !

Car, la Diva aux pieds nus est encore une dernière fois parvenue à me soutirer quelques larmes !

Et pourtant, croyez bien que ses pieds sentaient bon !

Rendons à Cesaria ...


......................

Pauvre mais propre ! Disait toujours ma regrettée belle-maman indienne Caboclo ! Ou : C'est la femme qui fait l'homme !

Il est ainsi des lapalissades qui, elles, à très juste titre, ne seront jamais récompensées d'un Champignac, c'est certain, et toutefois la subtile différence tient à un rien.

Pas de ma famille, celui-là, mais le sage Xingu disait en substance, l'autre jour sur National Géographic si je ne m'abuse, l'indien vit de ses cultures, il cultive et se nourrit, le « blanc » ne cultive rien et ne survit plus, pour quelque temps, que grâce à du papier immangeable, d'où tous les conflits.

...................

Ce n'est point sur un écran TV que votre serviteur s'en ira très bientôt, mais vers de nouvelles trépidantes aventures, sur l'autre hémisphère, qui vous seront contées dès février.

Excepté si les claviers et accès Internet ont évolué, n'ont pas fondu sous la chaleur estivale, ... auquel cas je ne manquerai de vous écrire de temps à autre auparavant.

Et à mon retour, mes chroniques risquent de mettre à nouveau un certain temps à prendre leur rythme, le vide en matière d'informations locales lors de longs déplacements est un handicap à mes traits ensuite. Qui risquent de tomber à côté. Imaginez que j'ironise sur une personne décédée sans que je ne le sache, ou que sais-je ? Et en même temps, justement, mes 5 semaines par année de retraite tropicale permettent un décalage indispensable à mes billets. Afin d'incarner l'état d'esprit, à la lecture d'un communiqué, du plus parfait ignorant vachard.

Et, je ne le répèterai jamais assez ! Inutile d'essayer de passer ici en mon absence. Quelqu'un d'averti reste de toute manière sur place et il n'y a vraiment rien que le gang des saisies n'ait déjà pris !

.....................


Bon, on est dans le sentimentalisme chialeux ces temps, alors un peu plus ou un peu moins : 

V'là t'y pas que je me surprends l'autre jour à me questionner : Si tu voulais réparer une connerie que tu as commise dans ta jeunesse, t'excuser pour quelque chose, qu'est-ce que ce serait ? Surgit un épisode inattendu :

L'huissier des poursuites doit passer évaluer mes « biens », j'ai environ vingt-cinq ans et 100'000.- de dettes en moins, ne puis supporter pareille intrusion en mon atelier-musée-logis ! Je descends une demi-bouteille de rhum, roule énorme joint et l'attend de pied ferme ! (Et fermez-là, hein, même s'il faut écrire pieds fermes, ou je mords, ça ne va pas recommencer comme l'autre jour, c'est déjà pas le pied d'être handicapé dès la naissance par un langage écrit pareillement biscornu !)

Vers 13h50, la fumée bleue de mon hall d'entrée me cache même les deux portes sur lesquelles j'essaierai de trouver la poignée bientôt pour ouvrir rageusement !

Ainsi fait, à peine sonné. Je jaillis tel un diable de sa boîte, vociférant et débraillé. Un peu comme la toute dernière fois où les témoigneuses de Jehova du dimanche matin, au moment de la douche, sont venues me déranger à la porte. Mais en version avec slip cette fois-ci. (Aïe, pourquoi ai-je parlé de ça, des fois qu'elles aient quitté la secte, je vais les avoir tous les dimanches matin ..)

Donc, face à ce pauvre huissier éberlué se présente un dingue pété à outrance, énorme cône aux doigts, qui interdit l'entrée et hurle que, puisque le représentant de l'ordre a vu l'abominable croûte que le fou vient de pondre, genre gros caca de peinture mis bien en évidence, il a, en la regardant, violé les droits sur une inestimable œuvre d'art, doit à cet effet un million au lésé, etc, etc .. Et envoie ses volutes d'herbe au visage du fonctionnaire.

Qui, ne pouvant que constater l'état de détresse du débiteur, venait en fait simplement lui notifier une décision. Reste stoïque et a la bonté de ne pas porter plainte.

Quelques mois plus tard, je voyais son nom dans la chronique funéraire ... suite à une longue maladie ...

Voici en quoi réside une erreur irréparable, en le foyer d'un perpétuel sentiment de culpabilité qu'il est bon de tenter d'éteindre ainsi. Ce joint-là me brûlera à jamais. Jamais, bien au contraire je n'ai forcé quiconque à fumer, sauf cette fois-là. Et depuis, j'ai appris à découvrir l'aspect particulièrement humain de personnes généralement détestées, contractuelles, etc ... et j'ai bien plus de respect pour ces gens du terrain difficile que pour ceux à l'abri, qui tirent leurs ficelles.

Et Pardon. Décidément, c'est contagieux cet Esprit de No Hell ! 

.................


Donc, soyez bien sages, aimez-moi les uns les autres et à demain, Noël ou à tout bientôt.


Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.