01/11/2011

DES MOTS GRAS, FI !

Soi-disant sept milliards d’humains à ce jour, … (promenez-vous un peu comme je le fais régulièrement, dans les campagnes du Nord-Est brésilien ou les déserts d’Afrique du Nord, et appréciez combien il est aisé de recenser les indigènes) … et dix milliards attendus en 2100.


Fort heureusement, la fin du monde de l’an prochain devrait arranger ce problème.  Et si tel n’est pas le cas, il va falloir sérieusement agir, car la planète manque cruellement de femmes. Ce qui ne va pas manquer d’engendrer des luttes bestiales entre mâles, de la polyandrie, de la prédation et du tourisme sexuel.


Ne restera alors plus qu’une seule solution pour éviter la catastrophe, sans recourir à « une bonne guerre » : remplacer, pour les garçons, les cours d’éducation religieuse par une formation intensive aux bienfaits de l’homosexualité.


Ah, bon ? C’est kif-kif et déjà le cas ? Désolé.


………………………


Mais n’exagérons pas. Il reste encore quelques femmes. Prenez Isabel Rochat, notre Conseillère policière qui, de retour d’Afrique, se dit très inspirée par les méthodes de la police du Rwanda, à peine « sorti » de l’un des pires génocides de l’Histoire.


L’on murmure que la « princesse » Isabel rapporterait dans ses bagages, pour cadeau à Don Pedro Maudet Ier, régnant sur la jungle genevoise, un lot de gorilles à payer en monnaie de singe.


Afin de compenser une part des milliards que nos simiesques autorités soutireront au peuple de oui-ouistitis dans le but d’offrir, aux criminels ayant déchiré leur passeport, un confortable pactole qui leur servira à ramener chez eux, ou chez leurs cousins en voie de barbare islamisation, de quoi passer de mirifiques vacances. Avant de revenir en douce en masse en Suisse toucher leur prochain salaire de malfrats. Sans plus avoir même à tabasser de vieilles femmes ou à vendre du shit coupé à 90% par des saloperies bien plus dangereuses que le stupéfiant lui-même.



Ainsi, nul ne pourra jamais dire que notre Isabel de caste style africaine, ayant si fin nez, descend d’aïeux nasiques.


………………………


Et puisque l’on est en pleine brousse, humons les senteurs des fleurs envoyées par décrié avoué à un certain « parfumé », chargé à tort depuis trop d’années d’exercer sa totale incompétence, entre autre, en matière de lutte contre la drogue. « Parfumé » issu de radicale clique d’alors, n’ayant jamais pris la peine de répondre à mon interpellation et offre de services recommandée du 15.10.2006 ; Affront, jamais lavé, bien au contraire, ayant motivé la création de ce blog.


Maître Poncet ! Le Parquet ! Glissade assurée vers la sortie d’un long champs embourbé.


Résumons les quelques gentillesses assénées au dit audit irritant méritant :


Dixit en substance le Canard Orangé, citant le défenseur des relatives bonnes moeurs  : « Le parfumé a tout raté dans sa vie, le journalisme, sa vie professionnelle, sa carrière politique ».


Êtes-vous ciré, cher Maître ? Alors qu’il n’avait fait que de vous traiter de traître. Magistrale maladresse, certes, mais ne méritant aucunement que vous grimpiez ainsi aux barreaux. Je n’en pense pas moins que vous, mais ce petit propulsé protégé d’un dieu le père local vaut-il vraiment la peine d’encombrer gazettes et tribunaux ? Il me fait plutôt de la peine. Placé où il n’a jamais eu sa place, il n’a visiblement aucun champ libre pour décider de remettre à leur véritable place des éléments injustement écartés sous le joug des vieux grenats d’hier et autres sectaires.


Pensez, Poncet, que ce poncif atteint un homme ayant certainement, malgré tout, fait de son mieux. En cinq ans j’appris même à apprécier quelques unes rares de ses actions, et mon blog d’attaque frontale ne s’est pas trop brutalement totalement calmé, mais a gentiment glissé hors de tous parquets, vers un humour souvent bienfaiteur, parfois rosse, voire féroce, mais à moralité généralement respectueuse de basique bienséance.


Donc, avec ce qui se prépare de tous côtés, évitons plutôt prudemment de nous déchirer entre concitoyens.


…………………………


Et prenons exemple sur Monsieur Raymond Vouillamoz, Directeur de l’ex-Suisse Idée télévisuelle, résumant magnifiquement l’actuel déclin de notre Société :


En gros : « Après mai 68 souffla un vent de liberté, permissivité, ouverture d’esprit, tolérance … et quarante ans plus tard nous sommes retombés dans les pires dérives sectaires, politiques, financières de sinistre mémoire ».


Résumons le résumé : Deux générations n’ayant pas pris les claques qu’elles méritent nous dominent à présent, et obligent la planète à rechuter dans les diverses formes de l’obscurantisme.


Je vous le prédis : Si rien n’est tenté par les plus vieux et les plus jeunes pour enrayer mondialement la progression du fascisme galopant, issu des traîtres au Flower-Power et autres pas babas bobos de jadis ou de leurs rejetons, si ça continue ainsi, la Tribune qui titrait le 26.10.2011 -- La crise fait apparaître de nouvelles « mules » -- titrera, dans deux ans : -- La crise fait apparaître de nouveaux mulâtres --


………………………


Espoir en demi-teinte, cependant, avec ce laboratoire français rajeunissant déjà les cellules de qui pourra se payer retour à la jeunesse. Courageux, à une époque où l’on ne peut la longe éviter  …


Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.