06/10/2011

PISTES - STYLE AUX VERTS :

Le tarmac de Cointrin, aussi étroit et sombre que l'esprit d'un Calvin laissant agoniser Servet une demi-heure dans les flammes, devrait, dans les deux ans, finir par être correctement balisé !



Encore de l'argent brûlé sans raison !



En fait, qu'importe l'état des pistes ? En cas de dérapage, les investigations seront vite bouclées :



Il y aura toujours, juste à côté, pour arrêter l'avion les citernes de benzine de Vernier !


.......


Eclairage nouveau, donc, sur cette affaire ; à LED !


.......



Et ça ne vous fait ni chaud ni froid ? Attendez un peu qu'un drame soit arrivé ! Ce n'est point que Genève, c'est la Suisse entière qui va se retrouver médiatiquement dans un état pire que celui de l'Ibère nation !



....................



Tout ça pour ça ? Non non, je vous rajoute un petit morceau d'autre chose de moins chaud. Pour remercier les 8022 visiteurs de septembre 2011, ayant parcouru 39'276 de mes pages sur ce support, et pire encore, j'en suis sûr : toujours en train de me lire. C'est vous dire s'il y a des masos. Mais pas un à ce jour qui le soit suffisamment pour, sur mon sort, m'éditer.



Et pourtant ce n'est pas faute de ma part de surprendre par diverses qualités ou défauts, mêlant acerbe critique politique aux gentils poèmes pour enfants, agnosticisme intensif et paranormales expériences personnelles, plaisanteries et hurlements de colère, en même prose et pareils vers en éveil. Qui ne paient. M'émerveillent. Aimées mémés réveille. Et ne passent à la Corbeille !?



Que double-sens crient ! Cas ballotés parient sur le prix de mes écrits !



Ainsi, pourrai-je enfin reprendre ma véritable vocation de compositeur, aux orgues et synthés, harmonium et si possible clavecin, claviers multiples sur lesquels je visitai et communiquai en ma jeunesse les plus exceptionnelles vibrations universelles qu'il soit offert à un être de savoir partager. Balades de plusieurs heures d'affilée entre rythmes divers et phénoménaux effets, en lesquelles compositeur comme auditoire s'élèvent étage par étage, loin, haut, en l'harmonieux endroit duquel ne vous délogera jamais totalement une clameur impromptue. Vous ne retomberez en douceur que sur l'étage précédent, culminant sur tant d'autres, qui finiront au comble du songe par se dissoudre en fondus-enchaînés de mélodieux canons, sur une vague s'étendant jusqu'à l'inaudible.



Ainsi, mes instruments sont ailleurs, faute de place. En cinq fois maximum où je me suis mis à un clavier, depuis douze ans, j'ai pu remarquer combien ces excursions au cœur des musiques seraient toujours possibles, même sans alcool. Rien n'est perdu, il suffirait de réactiver l'occasion de jouer. Mais je dois témoigner d'une difficulté de plus, pour un musicien, d'apprendre à rejouer avec plaisir sans dépendance, après une cure de sevrage. Il m'a fallu plus de six mois, pour m'y remettre, début 1999. Je suis parvenu à faire planer le voisinage, certes, mais je n'ai plus voulu imposer régulièrement mes thèmes, même fort honorables. Car si l'alcool ne permet pas de jouer mieux, il est vrai qu'il a l'avantage (ou l'inconvénient) de déshiniber le musicien. Six mois plus tard je remisais tout ça, réactivais la peinture, puis plus que l'écriture.



Absence de moyens réels, de place et de temps. Et pourtant, ça donne de sérieux regrets quand, le 4 mai de cette année, accidenté dans une permanence médicale, j'entends un Professeur sans doute orthophoniste s'exclamer à mon sujet : « Oh, mais quelle magnifique voix de baryton que voilà ! ».



Confirmation de ce que toute l'Amérique du Sud à présent doit savoir, depuis mes très remarquées prestations vocales lors de mémorables cultes à Saint-Antoine. Eh oui, l'athée que suis. Bien plus chrétiennement proche d'autrui, généreux, ouvert d'esprit et serviable que la plupart des bons croyants. Ebaubis témoins à l'appui.



Et pourquoi je vous raconte ça, au fait? Ah oui, (ça en jette mais désolé, qu'y faire si la vérité manque un peu de modestie?) pour aller au plus court :



Un peu de tintamarre général ne serait pas de trop, au sujet du bas rond-de-cuir leader du Parti Railleur d'Extrême-Centre, Ali Gniominy. Pour vous servir vos doses de fou rire et prose, envers et contre tout.



Mais gare, gare aux chuchoteurs.


......



Bien : Ce style-ci devrait être à présent suffisamment surréaliste pour l'un de leurs classements à la con. Et je me dis en mon très très for intérieur : Tu ne vas tout de même pas continuer sans arrêt à sauter pareillement du toc à l'âme, en vue d'un hypothétique Nobel ?!



Termine plutôt ce clownesque fourre-tout de manière à ce que ça paraisse un peu mieux mis en boîte.



Soit.



Les boîtes de nuit engagent des chuchoteurs pas chochottes ! Pour faire baisser le ton à de tonitruants vociférateurs fêtards du petit matin :



Joie. Une milice de plus.



Cependant, ce n'est pas la solution! Il y a beaucoup plus simple pour le confort du voisinage!



Voyez : L'alcool est néfaste, tout est fait pour dissuader les gens de tomber dans son piège, la musique patine depuis deux décennies, la drague s'exécute à présent sur Internet, les baisers sont douteux, susceptibles de transmettre X ou Y grippe méconnue, les bagarres commencent toutes par des insultes, il est interdit de fumer dans les discothèques ...



Alors, franchement, qu'est-ce qui retarde encore, pour aller en boîte ou au match, le port obligatoire de la muselière ?



Personne ne s'en plaindra, aucun risque de ce côté-là. Preuve en sont les violations de la sphère privée qui fleurissent sous la protection du néofacisme helvétique : Obligation pour les médecins de fournir le diagnostic complet de leurs patients aux truands assureurs. Ou Intellitent, de l'entreprise genevoise RedLine Security, une caméra thermique permettant de déceler dans le cerveau des cobayes d'aéroport, de gares ou de banques, l'intention de commettre un délit, système violant le réseau d'association personnel dans le cerveau qui permet d'accéder aux souvenirs et émotions.



Sans doute bientôt à disposition des spécialistes du recrutement de petits copains, dans le but d'engager en dehors de ces derniers des employé(e)s dépourvu(e)s de la moindre mauvaise pensée. Et appareil au service des autorités, qui permettra que des couples exclusivement épurés se forment et donnent naissance à un très fiable eugénisme.



En revanche, aucun détecteur d'édiles débiles congénitaux n'est prévu. Il serait inconvenant de remettre en question leur croyance en le fait que l'éthique peut provoquer l'encéphalite.



............



Deux gentilles singeries, pour terminer ?



Un singe capucin échappé d'un zoo s'ébat depuis un mois dans les bois tessinois !



Le fuyard ne représente aucun danger pour la population.



Excepté bien entendu si ce capucin se met à tourner autour des enfants.



Sans avoir été testé par le détecteur de pédophiles.



............



Un genevois filme son compteur à 325 km/h sur l'A1 :


Quoi de plus normal que des amateurs se lancent dans la compétition, pour rabattre le caquet des petits cons de neutrinos qui se permettent de dépasser la vitesse de la lumière ?



Il faut bien que jeunesse se dépasse !



Ali GNIOMINY


 

Les commentaires sont fermés.