19/06/2011

CO-MICKEYS MAOUSSES RAMASSENT QUI GLOUSSE

Madame Calamity-Rey s'affiche plus souriante que jamais, lors qu'il est dit qu'elle abhorre les comiques de tous bords, ne se fend que de sourire protocolaire !



Tout semble donc indiquer que sa tête est mise à prix, en l'empire des médiatiques traditions, qu'elle va quitter l'austère Conseil Fédéral dans la prochaine brouette ...



... ou plutôt: Dans le prochain brouet.

Le 26 juin sur la RSR.

........................

Puissent mes excellents si médisants confrères humoristes, dits vigousses bien que ne disposant visiblement de la satisfaction .. d'en avoir  autant que moi, .. considérer qu'il ne s'agit-ci que de simple postillon sur bien fade soupe. Que seule mon allergie à la moisissure politique ambiante m'empêche toujours de pimenter.

........................

Ainsi, je bande à part zygomatiques et muscles cérébraux, et vous invite à ludique création spontanée d'une rumeur stupide, susceptible d'accéder en mille clics à la seconde au prestigieux rang de légende urbaine.

Juste pour décortiquer les structures fondamentales permettant à une situation très improbable de passer pour vraisemblable:

.........

Genève - Champel: Trois malfrats parviennent à vivre durant deux semaines dans le six-pièces d'une retraitée, sans que celle-ci ne s'apperçoive de rien !

Trois individus recherchés, extrêmement dangereux et armés, faisant partie d'un clan organisé d'une centaine de cambrioleurs violents, entrant dans les appartements même en présence des locataires et les supprimant si nécessaire, ont été finalement arrêtés après s'être planqués durant 15 jours chez une retraitée.

Celle-ci, Madame A.B. âgée de 85 ans, souffrant de légères pertes de mémoire, d'ouïe et de vision, mais désireuse de vivre seule le plus longtemps possible, depuis le décès de son époux, occupe un six-pièces au sommet d'un immeuble donnant sur le parc Bertrand.

La configuration de l'appartement, disposant d'un balcon et de plusieurs portes-fenêtre, que Mme A.B. ne ferme jamais totalement en dehors de l'hiver, a permis aux malfrats d'occuper l'appartement en permanence, sans avoir à tuer sa locataire.

En effet, afin d'éviter de se faire repérer, les gangsters ont pris à tour de rôle, pour l'un d'eux la surveillance discrète de la retraitée, pour les autres la poudre d'escampette en direction d'une autre pièce à chaque déplacement de Mme A.B. Ou se sont planqués, qui derrière un divan, qui sous une table ou derrière une armoire.

De l'aveu même des inculpés, cette retraite au crochet d'une retraitée ne fut pas toujours facile. Effacer toute traces de parts de nourriture volée, tout nettoyer après être passés à la douche ou aux toilettes pendant que madame téléphone ou regarde la tv, accélérer les changements de pièces lors de rares visites de l'infirmière (satisfaite que la patiente mange tellement) ou de sa fille et ses quatre petits-enfants, ne cessant de prétendre avoir vu des fantômes partout chez grand-mamy. Ce qui leur vaut de recevoir quelques claques.

Finalement, les trois squatters, pensant que les recherches policières se sont estompées, profitent du départ de l'ainée chez son médecin pour faire main basse sur les valeurs dont ils ont eu quinze jours pour estimer l'importance, et se font pincer bêtement, sans avoir le temps de réagir, dans un contrôle à la sortie de l'immeuble. L'évènement fera d'ailleurs très prochainement l'objet d'un film, le premier d'un célèbre éclectique snobé humoriste genevois.

Aux dernières nouvelles, Mme A.B. va bien, dit qu'elle s'étonnait un peu de toutes ces choses qu'elle cherchait sans cesse et laissait à des endroits inhabituels, et trouvait aussi qu'elle mangeait plus que d'habitude, que sa nourriture diminuait bien vite, mais à son âge l'on ne sait plus toujours ...;

Ainsi, ces durs de durs restant muets sur le reste des membres de l'importante bande des cambrioleurs diurnes, la police recommande très vivement à la population de toujours fermer toutes les portes à clé, même celles des chambres, et de ne jamais se coucher sans avoir regardé partout et surtout sous son lit.

......................

Autre horreur bien réelle: Scandale sans nom défrayant la chronique. Non, pas de DSK ici, rien à voir avec l'accro nique:

Parce qu'elle le veut bien, Liliane Bettencourt porte une Swatch au poignet !

... Depuis qu'elle a offert à un tout petit président de pays quasi-failli, de justesse pour ses 50 ans, sa Rolex .... 
......................

Quelques balles au pied, histoire de jeu pas de chez nous!

De fait: Un trop puissant Iranien séquestre en Suisse des salaires et mendie 2,5 millions de subventions à la Ville de Genève pour triturer son nouveau jouet intime, le Servette.

Un Tchétchène, quant à lui, terrorise le Xamax, licencie l'ensemble de ses cadres, profère des menaces de mort contre ses joueurs, achetés avec des fonds dont l'innocence de la provenance est par essence sans licence ...

... ça c'est du sport !

Ne manque plus, pour attirer vraiment les foules et rentabiliser les affaires, que ces deux maquereaux, des putes vendant le foot suisse les yeux bandés, s'affrontent un jour sur un ring !

........................

Simple procédé mnémotechnique pour se souvenir de l'Essence même de toute politique:

Être   = de gauche !

Avoir = de droite !

........................

Afin de correctement m'éditer sur ce sujet ou un autre:
Sainte Dévote : Est à la Foi. Patronne de Monaco et de la Corse !
Encore une qui n'en a pas foutu lourd dans sa vie !

.......................



Soyez-en digne et gloire à l'

Amène:



Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.