18/05/2011

MESSAGE DE M. J.-F. MABUT, CONFIRMANT MA THESE DE L'USURPATION D'IDENTITE

Bonjour, Je  constate que Corto intervient sur votre blog. Sachez que depuis une quinzaine de jours, cet internaute masqué usurpe mon identité, celle d'Hani Ramadan et celle de Sébastien Lamunière et publie sous nos noms des commentaires insensés. Je vous prie donc sans délai de bien vouloir effacer tous les commentaires portant les noms  de ces trois personnes ainsi que ceux de Corto. J'ai mis les commentaires en mode gestion a priori, ce qui vous oblige à valider ceux que vous souhaiter publier. Merci de nous aider à lutter contre ce harcèlement qui enfreint la loi  Bien à vous JFM


.............................................


Ma réponse:


Avec vous pleinement dans la lutte contre ces vicieux semeurs de zizanie sous pseudonyme.


Vous le savez, j'ai expliqué assez souvent pour quelles raisons ma franchise d'expression littéraire et ma position sociale m'obligent malheureusement encore à écrire sous pseudonyme. Bien que vous sachiez, comme bonne part de mon lectorat, qui je suis, et que mes photos et descriptions sur le blog révèlent très facilement mon identité. Je ne me protège encore théoriquement un peu sous pseudonymes que contre quelques improbables fous et quelques rudes et vindicatives menues directions d'énormités locales.



Mais en aucun cas je ne porte atteinte aux autres, si ce n'est (plus ou moins légèrement et mérités) par des traits d'esprit à leur détriment. Ali Gniominy, Aimé Prisé, Wallace-Horace Kilmérit, Bernard Hyvist, Annie Dekrab et nombre d'autres facettes du même fameux bas rond de cuir, n'ont jamais émis propos qui ne pourraient être répétés devant un Tribunal.



Par conséquent, regrettant que soit ainsi détournée et salie l'image même du héros tortueux d'Hugo Pratt, j'efface les commentaires déplacés figurant sur mon billet du 3 mai "ça sert d'os" mais ne change rien dans "Faux dans les pitres" du 10 courant, à titre de témoignage des débuts de la blogosphère et de l'incidence de ses pénibles faussaires.



Mine de rien, croyez bien que mon ouvrage sur le serveur de la TG, au fil des années, relate quantité de faits d'actualité, plus ou moins savamment déformés, mais dont les sources peuvent être retrouvées, offrant intéressante étendue chronologique d'évènements, à l'accès facile, ludique et instructif.


Il convient donc, en cas de nécessaire censure concertée de commentaires crapuleux que ceux-ci disparaissent, mais non les propos s'y référant.



Les trois victimes de Corto sont citées dans ma description de la fraude, le 10 mai, cependant tout à leur avantage, excepté, va de soi, ce qu'aura pu croquer mon traditionnel humour vachard. Toujours respectueux, à sa manière.



Je pense ainsi avoir correctement analysé la situation et réagi.



Amicalement



Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.