CHASSE À COURRE : DÉCOMPTE

Enveloppes discrétionnaires, attributions arbitraires, secrets arrangements entre complices, la Cour des Comptes genevoise confirme les trahisons que je dénonce depuis un quart de siècle, traîtrises aussi efficaces pour n’enrichir qu’une élite incompétente que pour pratiquer une implacable omerta, dont je suis l’une des principales victimes.

 

Mais, de là à ce que les coupables démasqués, leurs semblables et leurs sbires, me concèdent enfin réhabilitation tellement méritée … bien du liquide s’écoulera encore sous les tables.

 

…………................

 

Du coup, des tas d’espoirs se profilent, on ne compte plus les élus qui seront encore démasqués, depuis que la chasse aux loups a repris.

 

…………................

 

Alzheimer collectif ?

 

Frappant simultanément les membres d’un « calviniste » Conseil d’Etat ? Conseil invoquant l’erreur et l’oubli de se rendre, à huit personnes selon le protocole en la matière, aux obsèques de Mgr Genoud.

 

Vous savez ? Feu l’un de ces cathos devant lesquels certains irascibles refusent toujours de s’agenouiller.

 

Saint-Barthélémy puisse nous débarrasser de ces gueux!

 

…………................

 

Eugénisme genevois, toujours

 

Un architecte cantonal est recherché !

 

Pas étonnant qu’il soit difficile à trouver. À voir le sort réservé aux grands architectes après quelques décennies …

 

…………................

 

J’ai dit courre.

 

 

Ali GNIOMINY


Commentaires

  • Merci J-M pour ton blog véritablement génial que je lis régulièrement

  • Encouragements toujours bienvenus, merci très cher (ou plutôt très chère?) Cramia, mais pas de salades entre nous, j'ai la dent de Lion dure et suis parfois amer, qui monte en mayonnaise faits divers et fait monter moutarde à bien des nez bien-nés. Donc, simplement -génial- me semble peu dire. Sinon ça va; ça va ? Et mille pardon encore pour mon silence passager, je me promets chaque jour d'écrire à chaque très proche délaissé(e) dont tu fais certainement partie et la liste m'en décourage, je me réfugie sur les présentes facéties ... Pardon, et merci pour ta/votre compréhension.

    Affectueusement

Les commentaires sont fermés.