L'ADIEU AU ROI GEORGES DE CAROUGE

Vous l’aurez constaté, l’esprit de Georges Wod vint me visiter hier. Je vous contai tout à trac épique épisode de mon époustouflante existence, relatif au tournage chez San-An du « Tueur du dimanche » avec José Giovanni, Rufus, Sophie Admiral et Georges Wod. Souhaitais même évoquer, mais n’en eus le temps, notre interminable poursuite sur les toits du Seujet (mais étais-ce plutôt-là sous les ordres de Robert Hossein? Peu importe) : Eût bien lieu en présence de Georges, ce repas où je posai képi factice pour me voir convié à la table de José, son épouse et seuls les principaux rôles, … sauf le mien. Merci aussi, Georges, pour ces moments-là. Je fus à moult reprises rappelé vers d’autres rôles en 1986 … mais l’ingrat Etat employeur venait de mettre le grappin sur ma disponibilité. Grand préjudice en sus au détriment certain de l’Art cinématographique.

 

Je vous parlais ainsi de Georges Wod pour la première fois hier, ignorant tout de son décès survenu samedi à Paris. S’il est (sera ?) inhumé au Père-Lachaise, au cimetière des Rois ou … à Saint-Georges ?


J’associerai pour hommage tel adage à son image : Maître ou ne pas naître !


Dommage qu’il ne puisse assister, prochainement, au coup de théâtre d’une ultime proposition d’arrangement extrajudiciaire à certain argentier cantonal, afin de découvrir si oui ou non le vert porte malheur aux acteurs des finances publiques. J’y planche.


En l'occurrence: Ma sympathie aux proches de Monsieur Wod, endeuillés à qui je conseille pour la circonstance de boire un petit verre d’excellent « Vin de merde ». Cette nouvelle appellation œnologique d’un crû … Bien qu’il était inévitable pour la France d’inventer une ivresse à la hauteur de ses récentes prestations politiques et sportives.


Servi avec un plat d’écureuil? Gouleyant à souhait, paraît-il !


En fait, il faut bien qu’ils servent à quelque chose, à l’heure où plus personne ne parvient à faire d’économies.


And what else ? Oui, pour le café, évitez une certaine marque, la copine de Clooney sniffant de la coke laisse supposer que ce petit noir est bien faiblard.


Rideau bas. Respect témoigné côté cour et jardin.



Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.