29/07/2010

VOS LEURRES

Sachent à nouveau les matriarches et tous membres de clans spécialisés dans la découpe en masse de cadenas de deux-roues, l’enfournement en camionnette, le désossage et la revente de pièces détachées, que châtiment surnaturel fut invoqué et appliqué le 21.07.2010 à 12h01 à 7'949 kilomètres d’ici, qui frappera l’auteur du vol d’un précis Peugeot rouge et maudira également jusqu’à la septième génération, et ce dès le 01.08.2010 dans un rayon de 200km de Genève, les familles incriminées dans tout type de pratiques nuisibles aux honnêtes citoyens.

 

À noter qu’il est possible, sinon probable, que vous, gitans, n’ayez strictement rien à voir avec le crime de lèse-boguet ayant déchaîné les foudres d’un réel pouvoir, dépassant de loin ceux chargés de bienveillance de votre Dame de la Mer. Auquel cas vous n’avez rien à craindre ! Je compte, d’ailleurs, deux grandes amies issues de lignées tziganes, et sais qu’en période de crise vous êtes facilement accusés de tous les maux. Je m’abstiendrai donc de stigmatiser votre communauté, et serai clément : ne me contenterai, si elle est coupable aux yeux de mes alliées foudres astrales ancestrales, que de lui provoquer des crises de stigmates. En lieu et place de la tétraplégie avec cancer des yeux programmée.

 

Pardon si je me trompe, qu’il ne s’agit que de simple racaille bien de chez nous, me subtilisant mon 4ème pauvre outil de transport et mettant ainsi fatalement son clan en péril.

 

Et dire qu’il eût suffi de remettre le véhicule volé où il fut dérobé. Certes, pareille malédiction peut encore s’annuler avant la prochaine lune noire. A voir …

 

Pour le reste, la fort courtoise, sympathique et serviable Police genevoise, incarnée en l’accueil aux plaignants, a l’honneur insigne dorénavant de faire partie de la dizaine d’interlocuteurs au monde, autorisés à m’appeler sur mon portable. Comme quoi tout arrive. Sauf les boguets retrouvés.

 

En résumé, à l’instar d’un certain Florent pas nais, je l’affirme et répète : Non, vous n’aurez pas ma liberté de confiance !

 

……………………………..

 

Ainsi fûtes-vous lors privé(e)s de cette chronique pour une semaine? Je compatis à vos douleurs. Qui folâtrais en sublime Sarkozye du Sud; Mea culpa. Et Papy Twitter nous l’a si dûment enseigné: Gare aux avis de vacances ! Ainsi, ne vous étonnez pas si, de temps à autre et sans avertissement j’

 

…………………………….

 

Revenons à nos bêlants :

 

ça se crashe pour toi

 

Dommage que le Plastik en toc soit si peu biodégradable !

 

Une monstrueuse crétinerie musicale ne pouvait qu’engendrer des absurdités retardées. Et si, miraculeusement, il y avait quelque malice là-dessous, ce ne pourrait qu’être complice discorde visant à faire parler de produit mis et promis aux oubliettes. Y a des zazous.

 

Ce clin d’œil à limpide Fontaine, juste pour revenir sur ma phobie du plagiat. Jamais ô grand jamais, cherchez, fouillez, retournez tant que le voulez, ne trouverez en les dizaines de milliers de mes pages composées la plus petite copie de phrase, passage, style, issus d’X ou Y et que je ferais passer pour l’une de mes inventions. J’ai toujours évité même de me laisser influencer par tel ou tel courant. Il m’est arrivé, dans des constructions de phrases à jeux de mots mathématiques, d’aboutir à une incontournable tournure ou conclusion logique que d’autres chercheurs ont déjà dû assembler ; Au point d’abandonner, dans le doute, cette construction littéraire s’approchant trop de celle de feu l’immense maître en la matière, Raymond Devos. Ou de renoncer à des néologismes évoquant par trop le langage de Frédéric Dard. Ce génial personnage qui nous accueillit en sa propriété de Cologny, lors du tournage de José Giovanni avec Rufus, Georges Wod .. ou de celui du Caviar Rouge avec Robert Hossein ? … Le doute m’assaille. Même les plus exceptionnels souvenirs finissent en vingt-cinq ans par se chevaucher, pour enfanter mémoire plus générale, des faits essentiels ancrés mais des détails et époques plus instables.

 

Voilà de véritables créateurs, que j’ai eu la chance de côtoyer et dont j’ai la chance de faire partie, qui n’en veulent pas trop à qui les plagie (c’est mon cas) ((non, mais vous le faites exprès : Je ne dis pas que c’est mon cas, que je les plagie, je dis exactement le contraire, que mon style et bien de mes mots sont plagiés, à ne pas confondre, un peu d’attention je vous prie)) !

 

Donc, soyez nul et/ou génial, mais ne copiez jamais, n’imitez aucune influence, ne sortez que ce dont vous recelez, l’inventivité ou la débrouille, fuyez tout prosélytisme et ne croyez que ce que vous savez intuitivement et éclectiquement être juste et réellement moral, même contraire à l’usage.

 

Trouver procure l’œuvre, son plaisir, son immortalité, faire pareil n’émerveille.

 

………………………………….

 

Et sinon, quelles vacheries à tirer de l’actualité :

 

La Catalogne interdit les corridas

 

Les parlementaires ayant voté ça ont vivement intérêt à s’acheter des protège-oreilles et une coquille !

 

Le prosélytisme évangélique chrétien vide l’innocence des petits musulmans

 

Bien dit, Hafid Ouardiri, les innocents enfants musulmans n’ont pas à souffrir de bourrage de crâne religieux.

 

Sur ces paroles d’homme de bonne volonté je vous laisse m éditer.

 

 

Ali GNIOMINY

Commentaires

Petite précision nécessaire. Le pseudonyme Baron Decuir fut découvert, enfoui en sa tête, par l'auteur à une époque où les moteurs de recherche ne fournissaient pas encore la preuve immédiate de l'existence antérieure d'une utilisation de nom. Ledit Ali Gniominy ignorait, bien que s'en doutait et s'en foutait, que le pseudonyme jeu de mots avait déjà été utilisé par Alphonse Allais puis Goscinny, il lui correspondait si parfaitement que l'ajouta à sa kyrielle de pseudos. Il n'y eut point intention de copier, mais aboutissement logique d'appellation circonstanciée. Nuance.

Écrit par : Denis VAUSSUR | 02/08/2010

Les commentaires sont fermés.