RAPPAZ CITÉ … À DISPARAÎTRE

 

Action en responsabilité contre l’Etat du Valais ? Plainte pour complicité d’assassinat politique ? refus d’assistance à personne en danger ? Incitation au suicide ? Le chanvrier porte-drapeau doit-il exiger l’asile politique à Genève ? Inutile ce serait sauter de peste en choléra, d’ailleurs les EdG & HUG sont actuellement complices de sa mise à mort pour futiles prétextes.

Car Bernard Rappaz a tous les symptômes d’une anorexie refoulée, se traduisant par des épisodes de grève de la faim à outrance lorsqu’il est mis dans des conditions dégradantes, après avoir été trahi déjà par le laxisme d’ autorités laissant sciemment croire à imminente légalisation du produit cultivé. Il est visiblement malade, à nouveau à son centième jour de grève de la faim demain, et le vulgus populum s’amuse des jeux du nouveau cirque, en leur année de gloire.

Stop ! Son état nécessite sans nul doute que des médecins disposent de toute autorité, pour prescrire au patient le cadre convenant le mieux à sa santé: son domicile et environs. Même si, à ma grande surprise, il soit possible que sa condamnation ne concerne pas que la vente de chanvre. Tant qu’il n’a ni violé ni tué pourquoi coûte-t-il à l’Etat, au lieu de se recycler dans les haricots avec un bracelet électronique ? Et s’il faut en arriver-là, pour éviter l’effet boule de neige chez les autres détenus, croyant que cette grève va les libérer, décrétons à 50 jours de grève de la faim la phase où, si un détenu a tenu jusque là il doit être nourri, s’il est impossible de revoir sa peine, ou celle-ci doit être aménagée. Il n’y en aura pas tant que ça, qui auront la force de conviction et la rage suffisantes pour telle épreuve.

Et puis, qu’attendent donc les proches de Rappaz, sa famille et ses amis pour porter plainte contre le spectacle dégradant des pleins pouvoirs de vie et de mort d’une ministre capricieuse, écervelée au point de ne se soucier des retombées sur son cercle d’influences si SON condamné meurt. Alors que Zurich s’apprête en toute logique à légaliser à nouveau le chanvre, comme durant des millénaires. Magnifique exemple supplémentaire de justice Suisse.

Ironie du sort, cher Bernard, j’ai bien dû consumer 300 clopes, depuis ton transfert au quartier carcéral, juste de l’autre côté du mur de ta chambre, à l’extérieur, où parquent les voitures colorées et le panier à salade. Je pense à toi à chaque fois et, ayant mes entrées à des niveaux insoupçonnés, il n’est point dit que l’on me refuserait de venir un moment t’encourager à manger.

Mais sans Spacecake en main à partager, à quoi bon la visite d’un inconnu pour toi, qui ne ferait qu’avouer l’impuissance générale à lutter contre l’obscurantisme politique contemporain qui nous détruit. Courage, ça changera. Même le crétinisme le plus profond finit un jour par être vaincu. J’en suis la preuve vivante .. ou presque. Prends sur toi, encore une fois, mais vis et continue le combat ! Que soit sauvé le soldat Rappaz !

……………………………………..

Et réflexions en vrac sur les pratiques diverses, voulues par un employeur ingrat ou inconscientes de tiers, m’ayant empêché d’écrire ces derniers jours :

Calme d’avant tempête ? Accroc ! Camouflet de roitelets de trop, m’a atteint, hier matin : Confus refus ! Raffut ? Certes ! Perte sera par ces rats réparée, seront parés de goudron ces larrons, du bitume de ma plume ces tricheurs spoliateurs ! Par rare, prochainement, déferlement d’accusations à sensation, et production en liesse de pièces à conviction.

Mais avant tout, zen et épuration de toute haine et frustration. Accuser les chocs et insultes sans broncher. Réagir en lieu et temps voulu. Se libérer des tracasseries programmées en méditant profondément sur soi. Ainsi :

C’est, en fait, afin de ne dévier de ma ligne éditoriale que je sacrifie quotidiennement la communication avec mes proches. Un téléphone « mal placé », même si provenant d’immensément chère personne, équivaut souvent en mon humilité au meurtre d’une création, voire à l’extermination d’un intemporel chef-d’œuvre. Plus fréquemment certes, à l’avortement d’infâmes conneries qui eussent fini de toute manière dans l’oubli de la poubelle PC. (De laquelle l’on ne sait toujours rien, quant à la destruction de nos rejets …)

Mais signifie souvent aussi l’interruption, finalement fort opportune permettant, ainsi que l’on retrouve un objet dès que l’on a renoncé à le chercher, une reprise de composition plus habile qu’auparavant.

Il n’empêche qu’un coup de fil m’est difficile. J’en rame tant que des araignées doivent bien loger dans ma webcam.

Un rien peut tout chambouler. Votre esprit voltige en fin de couplets d’alexandrins, tout est acquis, tout en bloc qui frétille d’être écrit, ne manque qu’hypothétique élément plus encore marrant et vlan : - Dis … aïe, extinction définitive, … qu’est-ce que t’as fait … de génial truc savamment en tête élaboré … des ciseaux … se souvenir, conserver … et des sacs à poubelle … aux oubliettes pareils trésors des muses ? … remue-toi un peu bordel, si au moins ça payait de passer son temps à faire rire ou rager ! … abominable carnage que celui de tant des bons mots, d’un coup de fil ou de main demandé assassinés, par moult futilités …oh pis zut j’abandonne … merci, moi aussi ne me reste plus que cette solution : R.I.P. l’inestimable poétique foetus!

En toute simplicité : Crime balaise de lèse-inventivité = crime inique à l’utilité publique.

Mais ne les pendons surtout pas, au téléphone ou ailleurs, ces rares interlocuteurs. Qui sont passés au portillon. Nous n’en avons des millions … que d’ici quelque temps, si n’y prenons garde. Admettons le dérangement ambiant en tant qu’élément en toc chaotique, tactiquement OK & taclant en sourdine la routine.

Ainsi, avec l’extrême concision qui me caractérise, je cautérise, chaque jour que fait le grand échange d’ondes chimiques et plus dès qu’entente : la plaie de la révélation, acquise pour les fidèles au long des années de ce blog, de l’inexistence aussi évidente d’un Dieu, bon ou non, que d’une véritable Justice. A peine si ces deux derniers concepts peuvent d’aventure s’imaginer plus humainement modifiés, sinon à jeter. Mieux valant à chacun sa justice qu’une justice faussée, à chacun sa croyance qu’une foi lucrative obligée.

De surcroît, le rire étant ce que l’Homme a de moins sale, généralement, ses propres gags finissent même par le divertir, c’est vous dire.

Tout décousu perturbé, donc, mais ayant l’avantage de servir d’un coup pour nouvelles à l’attention de psys, famille, ami(e)s, juges, quidam .. deux fonctions pour la gratuité d’une seule.

………………………

Sinon, côté actualité voyons ce qu’il en est :

Nos ancêtres sacrifiaient des hommes !

Ah bon, parce que depuis l’époque de ce Sanctuaire du Mormont qui révolutionne l’archéologie, (sauvé de justesse à Eclépens, dans le nord vaudois et non pas à Salt Lake City) quelque chose a donc changé ? Les sacrifices à la gloire d’une folie ont tellement disparu ?

Eclépens, j’ai connu en ma jeunesse, ai failli y rester quelques temps, à une époque où je voyageais avec un ami, fils de célébrité médicale, qui y séjournais souvent, dans une communauté. Je suis finalement resté dans le train, ai renoncé à connaître ses amis, dont un genre de gourou vivant totalement naturellement avec sa famille agrandie qui, me disait-il, m’aurait accueilli à bras ouverts.

C’est plus tard, en Grèce, que l’ami en question m’avoua un jour les terribles penchants qu’il avait pour sa petite sœur de 12 ans. Et me conta la vie dans cette famille où, du plus vieux au plus jeune et invité(e)s, faisaient rituellement l’amour ensemble, selon les préceptes du maître, qui fut arrêté bien plus tard, en grandes pompes médiatiques, et salit ainsi à jamais le nom d’Eclépens.

Comment aurais-je réagi alors, à l’âge de vingt ans, si j’étais entré dans cette communauté et m’étais laissé influencer par un personnage paraissant sage, à une époque où tout suintait de totale liberté des mœurs? Je n’aurais évidemment pas touché aux enfants, mais aurais-je eu le courage de dénoncer ces pratiques à la justice? Cette question de nos jours paraît monstrueuse, mais les pédophiles bénéficiaient à l’époque d’une sorte de condescendance silencieuse, face à ces « pauvres » êtres malades, à guérir ou sauver, connus de tous et souvent très fortunés. Et les influences mystiques servaient déjà à tout embrouiller et faire passer les pires monstruosités pour de sains actes. Il suffisait pour les parents d’interdire aux enfants de s’approcher des pédérastes ou de se rendre seuls dans leur commerce.

J’ai donc, de Delphes à Délos et retour, tout mis en œuvre pour aider cet ami déviant à oublier petite sœur et autres enfants. En vain. Fort heureusement pour moi j’ai également découvert son caractère cynique et roublard plus tard, en France, ai cessé de prendre pitié de lui, et la Xième fois où il se servait dans mon porte-monnaie fut la dernière. Largué par 40 ° à pied sur les hauts de Saint-Trop, dans ce maudit coin où il est inutile d’essayer de faire du stop et où rôdent d’acariâtres rombières veillant à ce que n’écrasiez le dernier escargot. Bien fait, brûlante promenade cadeau de ma part à sa petite sœur et aux gamines d’Eclépens. Qu'elles bénéficient, si elles habitent toujours là, d'une part des trésors archéologiques trouvés sur les terres où elles furent abusées.

Le Kremlin prépare le retour du KGB

Il fallait s’y attendre, le traditionnel modèle suisse de fichage et autres méthodes d’atteintes à l’intégrité font des émules !

Genèvegate :

Un nain pas franc aurait touché des pots-de-vin, pour devenir chef du jardin magicopolitique, s’enrichir, arroser ses amis et paresser au pied des Rollexiers.

Rien de grave, si ces pots-de-vin sont à la hauteur du personnage, sa petitesse ne vaut pas cher, mais les lois du monde enchanté promettent d’annuler bientôt toute élection magouillée. Gageons ensuite que pareil lutin sera transféré au fond de la remise pour servir de tuteur au balai de chiottes, s’il est toujours si chanceux.

Et rien à dire, ne connaissant pas les intéressés, sur la féerique attribution de Légion d’Honneur à ses richissimes amis Paul Desmarais et Antoine Bernheim, entre autres. Devront-ils après annulation d’élection repasser l’examen ?

Et après l’on s’étonne qu’un Parc Aventures pète un câble !

Ouh, là je m’égare trop. Fatigue de bien pénible semaine. Joyeux orages à vous itou et bonne lacustre parade binaire.

Zen, zen, fleurs et nature ...


Ali GNIOMINY

 

IMG_1477.jpg

 

 

Commentaires

  • Les procureurs suisses entre les affaires de la mafias genevoise avec zappelli le forcené, le valais avec rappaz et le ministère fédéral contre Polanski, c'est comme en 39, ah l'irrésistible ascension des fashos, qu'ils ne s'en fasse pas, ça va leur retomber sur le coin de la gueule, ça va être d'un risible !

  • "Et puis, qu’attendent donc les proches de Rappaz, sa famille et ses amis pour porter plainte contre le spectacle dégradant des pleins pouvoirs de vie et de mort d’une ministre capricieuse"...j'ai porté plainte contre Esther pr non assistance a personne en danger...le procureur a transmis la plainte au juge...qui l'a classée sans suite :-(
    Concernant les autres chefs d'acusation contre Bernard, ils sont fallacieux, voire abusifs...il suffit de se rendre sur son blog pour comprendre...
    Police partout, justice nulle part!!!
    Tiens bon Bernard...nous on ne lâchera pas ;-)

  • Dans un pays tenu par les mafias criminelles comme la Suisse, dans lequel les procureurs et les ministres servent de larbins zappelli/kopp et bien d'autres, comment ne pas s'attendre à de telle bavures ?
    Alors que dans ce pays coule à flot le fric ensanglanté de toutes les dictature, comment fonctionner sans avoir une parodie de justice !
    Rappaz avait reçu des subvention fédérales pour cultiver du chanvre et ensuite ils l'enferment pour avoir cultiver du chanvre, ce sont des malades et en plus ils sont cons, comme tous les mafieux qui n'ont pas été capable de gagner de l'argent honnêtement !

  • Merci Raphael! Je me joins à toi!

    Tiens le coup Bernard NOUS ON NE LACHERA PAS!!!

    Pour ce qui est des "condamnations"... C'est tout à fait digne du Valais... Une giffle à une sale gosse? on fait feu de tout bois pour faire passer Bernard pour un "criminel violent"
    Et pour le reste... Tous les chefs d'accusation découlent du premier... Il n'est pas resté un pou sur la tête de Bernard... vraiment tout a été exploité pour le faire taire une bonne fois pour toute...
    Je ne connaissais pas le Valais aussi vengeur... Beau pays très mal habité

  • A la décharge de la procureur, vu le nombre d'alcoolos dans le parti socialiste, si en plus ils se mettaient a fumer des joints !

  • Esther machinchose là, elle a un problème cette créature, non ?
    pourquoi tant d'acharnement ?

    parce que les dirigeants préfèrent que l'on boive de l'alcool,
    un truc bien nocif et qui rend bien con !

    COURAGE BERNARD RAPPAZ !!! NOUS SOMMES DES MILLIONS AVEC TOI !

  • Des millions dans ce pays où la lâcheté est imposée aux enfants dés le plus jeune âge ! Bonne chance !
    Il devrait y avoir des milliers de fumeurs devant la prison et ce n'est pas très difficile à casser de l'extérieur, une prison !
    Quand est-ce que cette masse-mole d'helvètes reprendra ses droits et écrasera le joug des petits roitelets ?
    Enfin ne sommes-nous pas les descendants de Guillaume Tell, de Winkelrid, du Major Davel, de tous ces héros délavés par cette blanchisserie nauséabonde !

  • Dans un pays compromit avec les pires dictatures sanguinaires comme l'est la Suisse, le pouvoir a besoin de lâches et nous sommes devenus des lâches, comme ils le souhaitaient !
    kadhafi le sait bien, il en a eu la preuve !

  • A la fin je dirais " le Valais beaux pays très mal dirigé " Beaucoups de monde sont avec toi Bernard reprend gout à la vie...

  • Guillaume Tell? Je suis morte de rire! C'est une légende scandinave... Un héro piqué dans les contes suedois... Jamais existé!

  • Marie-Claire, il est sur les pièces de 5 sfr ! ! !

  • Mais les banquiers vont mettre zappelli à la place de Tell sur les pièces, le héros du blanchiment !

  • Bonjour, merci pour cette tribune.

    Une pétition sur le net existe pour soutenir Bernard Rappaz ainsi que les prisonniers de la guerre aux drogues : http://7410.lapetition.be/

    Une manifestation pour sa libération aura lieu mercredi 14 juillet à Genève devant l'Hôpital à 18h. L'adresse est également celle où on peut lui écrire :

    Hôpital Universitaire de Genève
    Quartier carcéral
    Bernard Rappaz
    Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4
    1211 GENEVE 14
    Suisse

  • Comme ça notre procureur général criminel dangereux pourra lire à sa guise des courriers adressés à une innocent, ça va lui faire bizarre !

  • ça ne est une comptine genevoise, le procureur et le cultivateur de chanvre incarcérer !
    C'est fou comme ça me remet dans mes premiers cours d'histoire suisse !
    Pourquoi le procureur genevois ne fait pas comme il l'a fait avec les 3 russes conduisant des bolides à 300 km/h bourrés ayant laissé un mort sur la route ?
    Bernard, toi tu ne t'es jamais caché pour laisser la nature faire son travail, pas comme le procureur genevois qui téléphonais aux mafieux pour leur confirmer que les dossiers seraient classés !
    Bernard tu es dans les mains de la mafia financière-bancaire de l'argent sale des pires criminels de la planète, comment va-t-on de sortir des griffes de ces criminels, certainement pas avec ce qu'ils ont fait de la justice !
    Tu n'es pas le seul, rassures-toi, il y a dans ce pays des milliers de personnes 1000 fois moins coupables que leurs juges et qui sont enfermés, regarde comme ils ont fait avec Polanski !
    Si ils agissent de la sorte, c'est qu'ils sont faibles, c'est qu'ils en sont venu au stade de devoir provoquer tellement leurs mauvaises consciences les guident vers la fuite !
    Juste un truc Bernard, ne meurt pas pour des décisions prisent par des criminels, si tes juges étaient des personnes sincères et justes, oui, tu pourrais te battre comme tu les fait, mais tes "juges" sont des criminels, ils le savent, mais le problème est qu'ils n'ont pas de conscience, qu'ils collaborent activement avec les pires ordures de la planète, ceux qui lavent le fric de came qui tue, grâce aux juges suisses, des millions de jeunes meurent dans ce monde chaque année, quand le procureur à téléphoné à ce mafieux et qu'il s'est fait attrapé, personne ne l'a écarté de son poste, il continue de faire condamner alors qu'il a prouvé qu'il faisait lui-même partie de réseau criminel, Bernard, ne meurt pas pour ces gens là, ils ne le méritent pas, d'ailleurs ce n'est pas eux qui t'ont découragés au point de vouloir mourir, c'est le silence de tous ceux en qui tu croyais, leur lâchetés à tous, tu pensais qu'il y aurait du grabuge, des manifs des soutiens actifs et une fois incarcéré, c'était le silence, c'est ça qui te tue, alors tu vas jusqu'au bout pour voir jusqu'ou peut allez cette indifférence, c'est ça la leçon que je tire de cette affaire !
    Bernard, tu ne peux pas en vouloir à tous ceux en qui tu as placé ton espoir, ce n'est pas de leurs faute, depuis gamin ils ont été cassés, depuis gamin les systèmes scolaires n'avaient de cesse, que de démolir leurs immunités, leurs systèmes de défenses !
    Plus ils ont peur, plus ils restent immobiles et ils ont peur à juste titre des criminels qui les dirigent, ce sont tous des criminels de la plus haute et lâche des castes de criminels !
    L'affaire kadhafi vient de le prouver une fois de plus, il n'y a pas un politicien ni un juge dans ce pays pour faire autre choses que de défendre les intérêts des banquiers criminels, ceux sans qui le monde irait bien !
    Bernard, manges un coup, on discute et on leur en met plein la lampe à toute cette bande de crapules !

  • Bigre, je découvre à l'instant ces commentaires, merci à vous, je dégusterai ça calmement. Pourvu que ça puisse aider Bernard à sortir de ce cauchemar. Bien cordialement.

  • Corto, mal taisent ceux que nous dénonçons! Et combien as-tu raison sur le terrible culte suisse de la lâcheté et soumission programmées. Merci à l'ensemble des bien inspirés intervenants ici et pourvu qu'il s'en sorte, et vite.

    Bien cordialement

    Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.