14/06/2010

LANGAGE MENT

Contrat signé sous la menace et la contrainte, engagements pris et promesses faites sous peine de mort d’otage seront donc pathétiquement respectés? Au nom de la Parole tenue d’un pays face à qui n’en a pas. Magnifique exemple pour tous tyrans en herbe. Vous chopez un Suisse, demandez n’importe qu’elle aberration de son gouvernement, il s’exécute, pas besoin d’exécuter l’otage et en plus ça paie. Mais chut.

 

Chut. Là, ça se passe directement de mafia à mafia, le peuple n’a pas à connaître l’usage qui est fait de son fric à cet égard. Olivier Jornod le disait encore ce matin : La rançon, s’il y en a eu une, ne figurera de toute manière jamais dans les comptes de Genève. Autrement dit: L’on n’en est pas à quelques millions dissimulés à d’obscures fins près, il est facile de ne pas faire figurer des dépenses causées par les autorités, piquées sur l’argent du connard de souverain.

 

En l’occurrence et à ce que je sache, la signature d’un contractant n’étant pas libre de ses décisions n’a aucune valeur juridique. Le papelard devient caduque, nul et non avenu, tout ce que vous voulez, vous vous torchez avec l’éventualité d’un Tribunal international au service d’une accusation de carnaval, et voilà. Sauf évidemment si ce Tribunal sert à briser les preneurs d’otages et mœurs de maltraitance domestique. Mais là encore vous risquez gros aussi.

 

Enfin, un bon retour en Helvétie, plus neutre, lourdaude et indifférente que jamais, à Max le Menacé !

 

La leçon de cette histoire est une formule scientifique de trigonogéoméchronologie des plus innovatrices :

 

2 millimètres Calmy-Rey / 22.07.2009-12.06.2010 = 326 jours

 

Efficace mais pas très rapide, et rien ne sert de démultiplier la tangente Merkz, pour solutionner le casse-tête sans devoir mathématiquement la prendre dans le cosinus.

 

Un peu d’orthographe à présent. Il convient que vous sachiez correctement écrire les verbes de base, indispensables au convivial contact social. Répétez après moi :

 

Je vuvuzelle, tu vuvuzelles, … Subjonctif imparfait : que vous vuvuzelassiez … plus-que-parfait du subjonctif : que vous eussiez vuvuzelé … et BRBRBRBRBRBRBRBRBRBRBRBRBRBRBR à vous aussi.

 

Ali GNIOMINY

Commentaires

RESPONSABILITÉS : qui répondra ?
.
1) Pourquoi la Suisse maintient-elle des relations (diplomatiques, économiques, financières) avec des États voyous ?
.
2) Pourquoi la justice suisse ne s'est-elle jamais interrogée sur la légitimité des fonds déposés en Suisse par le clan Kadhafi ? Faudra-t-il attendre un renversement de ce régime, comme pour Abacha, Buttho, Duvalier, Marcos, Mobutu, etc ?
.
3) Pourquoi la police genevoise n'a-t-elle pas su justifier son intervention musclée en rappelant les antécédents du soi-disant « Hannibal » à Rome, à Paris et peut-être ailleurs ?
(forces de l’ordre agressées et blessées par les gardes personnels)
.
4) Pourquoi le juge d'instruction GRABER ou le procureur BERTOSSA.jr ont-il trouvé nécessaire l'incarcération des Kadhafi, dès lors que les domestiques maltraités étaient à l'abri de représailles (sauf pour la mère de l'une et le frère de l'autre en Libye...) ?
L'identité et l'adresse de tous étant connues, la présence à Genève des Kadhafi étant motivée par un accouchement très proche, à quoi bon l'humiliation d'une "contrainte par corps" ? Quelle est la pratique ordinaire en cas de mauvais traitement envers domestique ou conjoint ?
.
5) Pourquoi la ministre des Affaires étrangères n'a-t-elle pas conseillé aux Kadhafi une procédure contre un très probable abus de pouvoir commis par des magistrats arrogants (toi t'es le fils machin, tu vas voir qui je suis) ?
.
6) Pourquoi la Tribune de Genève a-t-elle publié une photo qu'elle savait volée, au lieu de publier tout ce qu'il y a à reprocher au clan Kadhafi (notamment dans de nombreux pays africains) ?
.
7) Pourquoi l’État de Genève a-t-il accepté d’assumer l’essentiel des charges au sujet de ces photos de Kadhafi, alors que la plainte était fondée sur la publication et non sur le vol de ces photos ?
.
8) Pourquoi avoir laissé pourrir cette situation, s’être humilié non seulement devant la Libye, mais également devant des partenaires européens qui n’ont rien fait d’autre que garantir à Kadhafi une satisfaction de TOUTES ses exigences ?
.
9) À part avoir commis des délits à caractère pénal, qu’est-ce qui pourrait pousser un élu à présenter sa démission ? Quelles sont les réussites de la ministre des Affaires étrangères et celles du ministre des Finances qui peuvent leur faire pardonner ce désastre ?

Écrit par : Lyonnais du 69 | 15/06/2010

Très pertinentes questions, merci Lyonnais, révélant s'il le fallait trop de zones d'ombre de part et d'autre. Le comble, à mon avis, est que le scandale-prétexte de l'usage de photos, et tout ce qui s'ensuit, pour utile plainte contre Genève, fut peut-être suggéré à l'Etat Libyen, comme moyen de pression, par un vénéré Genevois, symbole absolu du cul entre deux chaises branlantes.

De toute manière, la fraction d'iceberg qui nous est présentée pour entité contient bien des pingouins en danger (de découverte de ce qu'il y a au-dessous) prudence exige encore d'éviter d'en nourrir les requins en trop grande période d'agressivité.

Dans l'espoir que vous obteniez un jour des réponses convenables à ces interrogations, et que se termine vraiment cette tragi-comédie nuisible pour les deux protagonistes, d'autant plus qu'il est fort probable qu'un Tribunal international déboutera la Libye pour la plupart des chefs d'accusation et devra répondre d'autres actes dans la foulée, même si la prise d'otage ne peut être abordée dans ce procès.

Mais une fois encore, comme pour les jeux du hasard de la bourse, la Suisse mise sur l'acceptation de se soumettre en nos noms à un coup de force d'une tyrannie, avec une chance sur deux d'y gagner ou perdre énormément. Alors qu'il ne serait pas trop difficile de couper la totalité des ponts avec la Libye et fini. Etat voyou auquel il est criminel d'accorder quelconque crédibilité, et na!

Il suffirait seulement que la majorité de nos gouvernants perdent leurs diverses casquettes au faîte d'industries engrossées par les valeurs libyennes.

Ce qui peut pousser un élu à la démission? Tous les miracles de l'univers n'y parviendront pas, tant qu'il n'aura pas réalisé, intégré en lui que les lois qu'il est censé respecter et faire respecter, sont artificielles et généralement faussées, discriminantes en un but lucratif, sous couvert d'artifices égalitaristes, appuyées sur la subjectivité religieuse, ne répondant plus du tout à la véritable volonté individuelle, fondamentalement représentative de la Volonté Populaire. Seule une prise de conscience de pareil paradoxe peut l'aider à sortir de l'enfer de la morgue politique dont il est dépendant.

bien cordialement

Ali Gniominy

Écrit par : Ali GNIOMINY | 15/06/2010

Les commentaires sont fermés.