12/06/2010

HAPPY DEISS AUX NUES

Joseph Deiss au sommet de l’ONU, le grand Ziegler au panthéon du Petit Larousse: Une ère qui mine, délétère, qui se termine ?

 

L’image de Sage pays, plus que de pays fromage, trahi, à faillis armaillis sans rage, ne sort encore de sa cage, tant qu’embêtant ses Poètes, boycottant leur Quête, cachant, sachant leur Valeur, leurs Mœurs et Chants !

 

À ce titre, je remercie vivement Madame Géraldine Savary, pour son excellent billet d’invitée du jour orange, disant en substance: « Nous ne savons pas fêter nos poètes, nous les ignorons, laissons dépérir, ne célébrons leurs vers et ne pleurons leur mort »

 

Passant aussi sur le gang des Thierry de l’humour romand, et d’un autre, très vivant encore, Poète jurassien, je lui rappelle bien amicalement que ce dernier est, lui, fêté, diffusé soit connu, prospère, ses vers sont célébrés et sa mort sera pleurée. Contrairement encore, possiblement, à l’un de ses Pairs, également jurassien reconnu en sa patrie, à poétique enseignée jadis aux écoles, entre autre à Saignelégier, mais très gravement ailleurs snobé;

 

Par « faute » d’anticonformisme trop remuant. Exacerbé encore ces dernières années par excès de rage, face à notoire discrimination subie, de la part de barbares milieux de fêtards envieux. Il convient en effet de choquer, même bien contre son gré, pour manquer de sombrer. Lors qu’il serait si fort, concret, utile de conter de l’été à l’hiver, en vers bien mérités, ou rose prose, du printemps à l’automne, les instants de déconne et pires soupirs et liens non monotones; Exempts de griffe à grinçants et grisants ou lassants griefs? Certes, mais lors: Fort menue perte survenue.

 

Et persistent qui résistent imbus, distribuent tout … partout, à kyrielles de partouzes culturelles contribuent; Mais jamais légitime centime d’accordé hors des murs des structures affaiblis, jadis établis, entre gens à agents et argent, rentrant dans les critères bénéficiaires, et délaissés à laisser ressasser … avant de ramasser ors qu’ils auraient encaissés. Mort aux cyniques, iniques pratiques des ténors hérissés de bancale dictature de la culture locale.

 

…………………………………………………………..

 

Après ce bref rappel de l’actualité des bas-fonds, voyons si nous trouvons de quoi effectuer nos thérapeutiques torsions de rire quasi-quotidiennes :

 

HIV plus, chais chûr

 

Suite au scandale de l’autopiqueur du CHUV, réutilisé et susceptible d’avoir contaminé 277 personnes, la faute semble être due à un manque d’information au personnel soignant, qui pensait que de changer l’aiguille suffisait. Soit.

 

La moindre des choses, à présent, serait qu’un audit soit immédiatement réalisé dans l’ensemble des services de soins du pays, afin que la comptabilité des achats d’autopiqueurs à usage unique révèle si la pratique préjudiciable n’était en usage qu’au CHUV, ce qui serait surprenant. Mais peut-être que des « responsables » y ont déjà songé?

 

…………………………………………………………..

 

Moins drôle encore: Islande, mariage gay accepté

 

L’Islande, seul pays au monde dont le chef de gouvernement s’affiche ouvertement homosexuel, autorise le mariage gay!

 

Sont d’ailleurs annoncées des noces spectaculaires, en grandes pompes, gratifiées de feu d’artifice sans égal, entre le frêle Laurel Eyjafjöll et son bouillonnant amant, Hardy Katla

 

……………………………………………………………..

 

Enfin, heureusement que Doris Leuthard a dit à l’équipe : « Epatez-nous »

 

Avec son français elle aurait facilement pu nous servir : « À nous la pâtée »

 

 

……………………………………………………………..

 

Dans le genre «  Ce qui ne se conçoit pas bien ne s’énonce pas clairement et les mots pour le dire n’arrivent pas aisément » … je résume brièvement la moindre estivale mienne balade : - Bonjour, il parle?- -Il parle, bonjour Monsieur - -Oh, il parle, dites? Il parle, excusez, il parle, comme il est joli, il parle, bonjour, bonj .. arle…arle, beau, parle?

 

Évidemment, après l’avoir entendu des milliers de fois, il répète très bien : « Bonjour, il parle le perroquet?»

 

D’autres bavards mériteraient des baffes, mais je ne m’étendrai trop sur le sujet, intentionnellement sis en l’emplacement jusqu’où tout le monde aura déjà renoncé à aller, en tous cas à la recherche de sujets sensibles. Notre oppressée Presse s’empresse d’annoncer plainte contre une polluante usine, alors que son propriétaire étranger détient encore le sort d’une certaine carte, encore jouable ou non. Et dire que j’ai retenu ou détruit une dizaine de pamphlets bien sentis, ces derniers mois, pour ne faire courir aucun risque à qui de droit … caramba, toujours trop à gauche les scrupules.

 

.. et pourtant voyez ma photo (T.d.G-12.06.2010) en sortant du Rhône

photos-blogs.jpg

 

 


Ali GNIOMINY

 

Les commentaires sont fermés.