POTES EN TAS

Entre 2002 et 2010, la droite française a réussi l’exploit de doubler la dette du pays. Et le leprechaun, farfadet sans marmite d’or, à la tête de cette arnaque républicaine pavoise, persiste à promettre monts et merveilles, et se ridiculise en rejetant la faute du présent désastre sur feu Dieu, dont ce gnome a détruit presque tous les bienfaits et acquis. Sauf un, qui ne devrait plus tarder à disparaître sous l’influence de la racaille : L’abolition de la peine de mort.

Plus réaliste, quoi que, l’ex bras médiatique du feu Dieu, Jacques Attali, annonce l’apocalypse pour l’euro, le dollar, puis les monnaies asiatiques, et conseille d’économiser, car cet argent nous sera réclamé ensuite pour paiement de la dette. (Charmante perspective, privons-nous de tout, mettons de côté de quoi se faire voler ensuite suffisamment pour couvrir des dettes en rapport avec de prétendus avantages dont nous ne bénéficions jamais).

Bref, ce très honorable nègre, en dépit de ses talents épistolaires, n’a semble-t-il pas tout compris ou voulu révéler sur les tenants de l’esclavage imposé par les actuelles timocraties, dont la française est la plus visiblement scandaleuse.

Il relève encore qu’une guerre pourrait, comme toujours dans ce genre de contexte, arranger les bidons, même si elle n’est pas souhaitable.

Vraiment, le bras plumé de mon regretté prestigieux correspondant qui lui faisait des infidélités, en m’écrivant de manière manuscrite, avec tout le respect que je lui dois, semble ignorer que la guerre en question a débuté il y a plusieurs mois déjà.

Mais, ainsi que le disait si judicieusement Jules Renard : Il ne suffit pas d’être heureux, encore faut-il que les autres soient malheureux. Ainsi, réjouissez-vous, amis français, la Suisse n’est pas épargnée par cette guerre, bien au contraire. L’extrémisme timocratique y est particulièrement vicieux, qui extermine lentement mais sûrement la plupart des acquis sociaux.

Ainsi, le Secrétaire d’Etat à l’Economie l’avoue enfin: 30% des employeurs suisses ont violé les dispositions relatives au salaire. La concurrence pousse les employeurs à appliquer le niveau le plus bas de l’échelle salariale. A Genève particulièrement la pression sur les salaires est démontrée.

L’on murmure même que les attaques guerrières sont d’une telle violence, qu’un très compétent fonctionnaire et artiste d’exception n’a toujours pas obtenu la plus minuscule amélioration de son statut, depuis 24 ans que l’Etat de Genève le discrimine et diffame.

Mais la Justice est à présent de son côté, suite à une jurisprudence Appenzelloise ayant acquitté un promeneur nu. Sans doute de peur d’un surplus de travail en cas de photographies de Spencer Tunick !

L’insulté-étalon victime de l’Etat de Genève pourra donc, sans risquer de sanction, démontrer publiquement son terrible et intolérable dénuement, en allant travailler en tenue d’Adam. Ce qui tombe bien, il ne savait justement plus quoi se mettre. Et au moins lui ne s’en foutra jamais plein les poches.

À ce sujet : Une devinette pour finir : Qu’est-ce qui est vert, plein de casquettes, colérique, irrationnellement acharné à refuser tout arrangement et réparation des torts causés, qui jongle très librement avec les milliards publics et la destruction de réputation et condition de vie, et comble d’ironie, est à la tête d’une genevoise délégation du Conseil d’Etat aux affaires du personnel, chargée de protection de la personnalité?

Facile: Un seul n’a qu’une lettre de différence avec le patronyme du pire des monstres.

Allez, travaillez pour être libres. Cigales.

Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.