23/05/2010

FAITES DE L’ESPOIR UNE UTOPIE

Genève, comme de coutume en mon absence, fêta hier l’espoir sans lendemain qu’elle offre au présent à ses esclaves du minimum indécent.

 

Autre exemple ailleurs, bien crétin, et sans le moindre espoir de rémission, du droit indiscutable de vie et de mort que détiennent des élus (généralement par autrui). Madame Waeber-Kalbermatten n’osait pas vraiment trop visiblement laisser mourir Rappaz; Elle claque des doigts et lui offre à bien plaire deux semaines de survie à domicile et vil espoir.

 

Offusquée par le bonheur trop expansif de son jouet, Madame se fâche, le fait réincarcérer, et jure que ce condamné à mort peut dorénavant crever sans qu’elle, ou ses semblables tout-puissants, n’usent plus du si facile principe d’opportunité et droit de grâce, dont les Seigneurs timocrates abusent si souvent à d’autres fins.

 

Ainsi, le suicide non-assisté est à présent offert en exemple, sinon recommandé, par les autorités présumées incriminées. Alors que le délit méritant la mort est donc d’avoir cultivé et vendu du chanvre.

 

J’en prends acte, et change de sujet.

 

Ainsi qu’annoncé, je surfai sans souci sur les cendres d’Eyjafjöll et revins en pays barbare, d’autant plus horrifié que tant me fondis en le corps d’Amsterdam, où retrouvai soudain mes frissons de jeunesse psychédélique. Passant de Sinsemilla de neuf heures (horaire impensable ailleurs) au stick de Thaï des onze, à la Californienne des deux heures menant au zéro-zéro de cinq heures … et petit repos bien mérité … avec réveil à vingt-trois heures.

 

Aïe, plus l’envie de sortir; si bien là maintenant; et jamais eu aucun besoin de faire les vitrines, et plus le besoin d’aller roter dans le port … tellement de boulot demain : Neuf heures, après l’Acapulco Gold c’est illico direction l’Extase, Coffee-shop ayant possiblement reçu de la Manga-Rosa.

 

Le tout pour 50 euros le séjour, à tout consommer sur place. Le stupide jeu de passe-passe ne valant pas là Champ-Dollon.

 

Et, qu’observai-je à nouveau, l’attention pareillement allumée? Qu’à de très très rares exceptions, durablement personne ne fume dans la rue ou dans les endroits publics plus ou moins fermés, personne ne provoque ostensiblement ou gêne autrui avec son joint, et encore moins sa cigarette. Les gens sont prospères, calmes, civilisés, bien éduqués, sauf s’ils sont en vélo ou dans un stade.

 

Le tourisme du chanvre, et tout cas, prospère merveilleusement là-haut aux Pays-bas, alors qu’il est craint plus que tout en nos contrées. Bien sûr, il est presque énervant en Hollande de parcourir ces alignements de boutiques de produits dérivés relatifs au cannabis, cet excès de publicité et d’appels à la fumette, même si visiblement une barrière très nette existe pour empêcher les jeunes de fumer; Et entre drogues dures, plus sévèrement punies ou douces légalisées; N’empêche, qu’envers et contre toute polémique, en dehors des diamants, ce commerce génère de bienvenus profits pour les municipalités. Ce système est florissant et voué à un long avenir, en dépit de la montée générale des extrémismes européens ou pas même.

 

Ah, que n’es-tu, Bernard, né un chouia plus au Nord ! Là où des responsables politiques voient plus loin, ne jouent à de fumeux jeux avec les droits et la vie de leurs concitoyens.

 

Courage, ton existence de père vaut mieux que cela. Alors, si des fois, durant les deux-trois ans avant remise d’injuste peine, dans la foison de sales drogues circulant dans les prisons du tombes sur la psilo mexicaine en truffes, évite d’y toucher, comme tout ce qui sort du chanvre.

 

Mais … d’accord, ce n’est pas une drogue dure engendrant dépendance, c’est aussi un produit naturel, mais qui, lui, modifie très conséquemment la conscience. Très lumineuse et colorée, l’atmosphère est pourtant souvent perturbée par des variations de température des divers membres corporels; Il n’est pas rare de transpirer en frissonnant, sentir son nez bouillant, ses doigts gelés comme les oreilles et chaud aux tempes et jambes.

 

Surviennent quantité de mouvements indépendants internes continus, se contractant presque douloureusement, pour éjaculer toutes tensions l’instant d’après, en un bien-être indescriptible sans cesse cessant et renouvelé. Mais le constat final est teinté d’épuisement. Il s’agit tout de même d’une sorte d’intoxication passagère, que des chamans renouvellent ad vitam gratos évidemment, grâce à l’urine conservant la substance active. Ah leur santé.

 

Justement : ce n’est plus trop de notre âge. Le genre de truc que l’on ne doit tenter, si le cœur nous en dit, que dans la trentaine, en plein zénith de toutes capacités. Concepts généraux déjà partiellement démystifiés mais pas encore trop. Avant, tout sera obligatoirement trop teinté d’orientalisme abscons et vos jeunes oreilles résonneront d’hallucinatoires demi injonctions de voix familières, dont le sens ne peut être saisi et qui deviennent parfois obsédantes, voire obscènes; Et vers la quarantaine vos champs de vision seront plus maîtrisés, orientés, ordonnés, vous jouirez des mouvants effets peau de serpent des murs, dont vous craigniez tellement jadis qu’ils ne vous étouffent, emplis du document akashique familial.

 

Seulement, les attaches au quotidien, à l’âge à peine trop mûr, provoquent manichéisme des effets. Simultanément, l’esprit goûtera aux prouesses spirituelles, mais conservant constante conscience de chaque bobo corporel agité. Sur lesquels il est parfois, vrai, possible d’agir par concentration, en vue de guérison ciblée, ce n’est pas pour rien que ces produits sont employés depuis la nuit des temps par les chamans du monde entier; La substance assure l’intuition, mais prudence toutefois.

 

L’essentiel est l’atmosphère ambiante au moment du voyage. Les conditions dans lesquelles est pratiquée l’expérience. Et donc, en cellule ou lorsque l’on souffre de quelque chose ce type de produit est à éviter, de même que toutes les cochonneries à profusion, même dites naturelles. Exceptée la plus légère et sympathique d’entre elles, l’herbe à ingérer plus que fumer.

 

Ceci dit, il convient que je regagne mes péniches .. euh .. pénates, et que j’analyse comme prescrit le sens profond de la redondance « Pente Côte » (euphémisme à double tranchant); Que je vous souhaite bien sûr joyeuse, sans glissade, et point trop harassante.

 

Illustration: Atlas chargé du poids des chantiers de l’inhumaine Loi sur les drogues douces

 

IMG_1400.jpg

 

 

 

Et pour finir sur un ton plus gai:

 

IMG_1308.jpg

 

IMG_1367.jpg

Ali GNIOMINY


 

 

 

 

Commentaires

Reste plus qu'à attendre la mort de ce crétin. Pourquoi devrions-nous céder à son chantage. " L’inhumaine Loi sur les drogues douces ". Ce qui est inhumain, c'est de laisser tous ces gros cons vendre leur merde aux jeunes....futurs gros cons si on ne fait rien contre ce gros con qui a écrit ce billet.

Écrit par : eaupure | 24/05/2010

Tiens, la première insulte sur l'un de mes blogs depuis trois ans, c'est à fêter. Surtout provenant, comme on le voit, d'un rarissime nauséabond cloaque "d'eaupure" dont l'hygiène mentale et la propreté du langage sont effectivement exemplaires pour la jeunesse. Que l'eaudure en question sache que le gros con qui écrit ceci est justement l'un des seuls responsables courageux de ce pays à se soucier vraiment de la santé et de la protection d'une jeunesse, abandonnée à la consommation sauvage de saloperies non-contrôlées très rentables pour l'industrie de la répression, des médias, de la politique et de la médecine.

Assez, le niveau d'eaudure est si bas qu'il ne mérite pas que je me fatigue à considérer son "si on ne fait rien contre ce gros con" comme une menace passible de poursuites judiciaires; Et ça ça coule de source.

Ali GNIOMINY

Écrit par : Ali GNIOMINY | 24/05/2010

Cet "eaupure" doit certainement carburer sec à l'eau-de-vie frelatée pour avoir un langage aussi épuré. Visiblement les trois neurones qu'il lui reste sont en phase de putréfaction avancée. Voilà pour l'échange de politesse avec cet "eaupurin" de mauvais cru.

Votre texte, cher Baron, est comme à l'habitude, d'un excellent cru !

Écrit par : Rollmops | 24/05/2010

Votre excellente analyse vous honore toujours, cher/chère? Rollmops, merci du soutien à mon soutien un peu hasardeux à Rappaz que je ne connais pas. Mais que je crois victime d'une vaine et passagère prohibition, néfaste à la santé surtout des jeunes qu'elle prétend protéger, en obligeant une bonne moitié de ceux-ci, amateurs, à se fournir dans des endroits et conditions dangereux, où se trouvent des drogues plus fortes, également sans contrôle de la qualité ou des prix.

La fausse route suivie par les politiques est tellement évidente, que l'on ne peut que réaliser qu'existe surtout une volonté économique de maintenir pareille stupide et dangereuse répression à l'égard du chanvre. Je n'ai jamais encore reçu de réponse officielle concernant la perpétuation ou non d'amende pour trafic en fonction du chiffre d'affaire général réalisé infligée pareillement à chacun des inculpés. Le tout permettant pour l'Etat d'encaisser, s'il y a huit intermédiaires, dix fois le chiffre d'affaire de la drogue plus celle-ci, d'augmenter les effectifs et arsenaux répressifs, de justifier des budgets.

Allez, je m'emporte à nouveau, relax. Je ne vais quand-même pas finir par mériter de me faire traiter de gros cons?

Très cordialement

Ali GNIOMINY

Écrit par : Ali GNIOMINY | 24/05/2010

Les commentaires sont fermés.