16/05/2010

LÉSÉS NÉS

« Les grands-parents pèsent un Vasela, deux Ospel et quelques Bertarelli» et non pas « Les grands-parents pèsent 24 milliards par année », s’il vous plaît ! Certains éditorialistes n’ont, décidément, aucune éthique journalistique.

 

Et puisque l’on cause de cossus retraités, j’ai justement une révélation à faire sur un personnage né en 1933, j’ai vérifié pour être certain que je ne sois pas plus âgé que lui, vous comprendrez pourquoi plus loin.

 

Car voilà, au fait, c’était Polanski, sûr, le sale type qui m’a coincé à l’âge de dix ans dans l’ascenseur de l’Hôtel-piscine proche du zoo de Bâle. Et attention, en Roman autobiographique je m’y connais.

 

Bon, j’ai eu la présence d’esprit un peu tardive de prétendre que mon père, en plein championnat d’échecs, attendait à l’étage, et suis retourné dernièrement, pour la première fois depuis 45 ans, dans ce même ascenseur existant toujours, partant à hauteur de la piscine au rez-de-chaussée, sur la route d’entrée du zoo, et offrant une sortie aux violeurs au niveau du pont menant à la gare.

 

J’ai donc pardonné à ce salopard, et m’applique à faire mentir le dicton, n’ai jamais eu l’envie ou l’intention d’abuser de personnes mineures, ni majeures d’ailleurs, mais, sachant combien est prête à offrir une certaine mafia pour briser définitivement Polanski, je suis décidément de plus en plus certain que ce fut peut-être lui qui me coinça. Et comme tout est toujours absolument authentique dans ce que j’affirme sur ce blog (excepté d’aventure quelque exceptionnelle exception, dûment comme présentement désignée) chacun de mes interviews sera facturé un million de dollars.

 

Evidemment, moitié de ces gains sera reversée à titre gracieux en faveur des indigents responsables genevois de prisons, pour désengorger les cellules de leur candide micro-cerveau, incapable de percevoir l’évidente explosion carcérale se préparant.

 

Ali GNIOMINY

 

P.S. Jamais ne saurons si mon billet « Pensé unie que burqa altère » y contribua en partie, mais bravo et merci pour cette première exceptionnelle libération conditionnelle de Bernard Rappaz, la machinerie détraquée détient bien comme un rien d’humanité.

Les commentaires sont fermés.