03/05/2010

L’ŒIL TARDE À SÉCHER

Le Freysinger (Oscar) du Rire, la crème des distinctions, devant un parterre très sélect, est décerné à Madame la Présidente de la Confédération.

Remerciements de Doris Leuthard à la crème.

Que sa conduite soit plus sérieuse dans trois jours, au Vatican. Ou qu’elle passe le permis de diriger correctement la mouvance des moteurs figés. Si elle en a les moyens. Âgée de plus de vingt-cinq ans, elle ne bénéficiera en tous cas d’aucune allocation.

Et rien non plus si, tel votre dévoué, elle a réussi du premier coup à cinq reprises l’examen de théorie, mais jamais pu passer celui de pratique, pour cause de voyages et/ou chutes de moyens, et dépassement des délais ; .. Se trouvant rackettée à chaque fois de plusieurs milliers de francs et dizaines d’heures perdues à bêtement réapprendre à grand prix ce que l’on connaît par cœur, théorie, cours de sauvetage, leçons de pratique, coûts des documents, … Pour rien ! Nada ! Le découragement face à si méprisant mafieux système.

Sans transition, dit-on : Un Libyen de 33 ans arrêté à Genève pour s’être servi d’un dangereux objet contendant !

AIE !! PAS DE PHOTOS, de grâce ! Et colmatez toutes fuites !

Comment ? Ah, ce n’est pas grave ? Juste ! Ce Libyen-là est bien ! Il faisait certes le poing, mais Américain !

Et, ce n’est pas tout ça, mais voilà, le comique vital recouvre vite toute douleur du départ d’un ami Magistrat, ce 1er mai, à 52 ans, parti le sourire aux lèvres. Ami qui pourtant ne m’avait jamais lu … plus que l’espace d’un poème en brésilien.

Anecdote d’une famille pleine de coïncidences : Lui et son fils portent le même prénom, pareil pour l’autre tandem. Lui était né un 23 juin, son fils est du 15 janvier. Le grand-père de ce dernier, décédé l’an passé était du 15 janvier, et le fils de celui-ci, soit l’oncle du fils du récent défunt un 23 juin.

Moi ? Des actions Aspirine en bourse ? Pourquoi ?

Afin de me relâcher un brin, j’aimerais bien essayer, hors du carnaval où, une seule fois dans ma vie, j’ai tenté l’expérience, de porter une jupe en ville ; ça en impose, paraît-il. Et le niqab le reste du temps.

Sauf un 4 juillet au stade du Bout-du-Monde, peut-être ! Là, sous le traditionnel déluge ..

Ah, ces Américains, vraiment, toujours plus insaisissables ! Ils tuent Terre et Mer pour du pétrole et (humour noir) se plaignent quand ils en ont enfin quelques kilomètres carrés.

Ali GNIOMINY

P.S.

Si, dans votre proche entourage vous connaissez aussi un humain Magistrat, demandez-lui s.v.p. d’agir vite pour la libération de Bernard Rappaz

Les commentaires sont fermés.