« 2010-03 | Page d'accueil | 2010-05 »

30/04/2010

MORDANT L’ÂME

Le cousin germain de Sergio Vieira de Mello me fit donc promettre, en juillet dernier, dans l’établissement qu’il tient à côté de l’église de la Conceçao da Praia, au centre historique de Salvador, d’aller de temps à autre me recueillir au cimetière des Rois sur la tombe du Sous-Secrétaire général de l’ONU, assassiné à Bagdad le 19 août 2003. (Voir mes trépidants stupidement inédits : « Que m’a coûté Tonton » et « Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine »)

 

Ubirajara, dit Bira, mon presque frère, puisque mari d’une belle-sœur, Juge à nerfs d’acier du Tribunal brésilien des mineurs, à mi-temps, et surtout notre chauffeur, électricien, bricoleur de génie, … d’une efficacité et serviabilité impressionnantes, avait tenu à ce que je j’évoque encore des souvenirs avec le cousin en question, meilleur ami de feu le Vénérable Chevalier de la Fraternité que j’accompagnai jusqu’à son dernier souffle; Qui s’en alla Maçonner chez l’Architecte Universel le 23 mars 2009.

 

Monsieur le Juge, qui me surnomme affectueusement « copilote », voulait ainsi certainement se faire pardonner de m’avoir fait manquer une rencontre à l’Alliance française de Barra avec Danielle Mitterrand.

 

Arrivé au terme de mon second séjour forcé de l’année 2009 au Brésil, (qui me valut de la part du lamentable secteur de l’Etat de Genève qui m’exploite une retenue de 300.- à déduire du minimum vital sur dix mois de salaire, pour jours de travail passés à m’amuser en accompagnement de mourants, argent qui me fut ensuite tout de même restitué par de sympathiques et humains huissiers de poursuites), .. à l’aéroport, le solide Magistrat et véritable ami, en pleine santé, pleurait. Bien que se réjouissant pour les projets communs mis en route pour l’avenir, en matière d’aide à la population locale.

 

Depuis hier il est sous assistance respiratoire, et l’infirmière responsable m’a affirmé sans équivoque possible que c’est la fin. Pratiquement plus aucun organe fonctionnant, cancer généralisé au stade final, apparu en l’espace de trois mois. A l’heure où je vous écris il est probable qu’il ne soit plus de ce monde. Je m’attends au téléphone fatal d’une minute à l’autre.

 

Vous permettrez donc, je l’espère, que ce billet soit moins drôle et moins méchant que de coutume. Et il y aurait de quoi. J’ai eu le malheur ce matin de pondre la première version de ceci durant ma pause au boulot. Passée sur clé USB. J’arrive à mon domicile, fini, disparue, plus que des carrés et signes bizarres. J’ai tout essayé pour modifier l’extension surprise .xml en .txt pour Word, en vain. Sans doute accidentel, mais je penche aussi pour un procédé du style Big Brother supplémentaire. J’ai donc réécrit ceci de tête, en quelques minutes, et j’entube profondément qui, de toute manière, ne supporte la réalité de mes relations de très haut rang, susceptibles de faire voler en éclats la coutumière dévalorisation organisée pratiquée à mon détriment.

 

Adieu Amigão Ubirajara, et merci.

 

Ali GNIOMINY


Ce spectaculaire Magistrat, guitariste et chanteur époustouflant, qui nous manquera énormément

 

IMG_1004.JPG

 

 

 

29/04/2010

DES POTES

Malfrats, commettez au moins de quoi prendre six mois fermes dans une prison locale, parmi le double de détenus que sa contenance ne peut supporter. Le nouveau code pénal de 2007 ayant aboli les courtes peines privatives de liberté, il est notoire que ceux qui mériteraient à peine quatre mois d’arrêts ramassent, comme par hasard répressif, plus de six mois à tirer. Donc, tant qu’à faire … et pour le même prix … maltraitez une petite vieille de plus ou veillez à ce que les doses que vous vendez provoquent overdose, vous valent en tout cas six mois bien gagnés.


Et réjouissez-vous, à l’instar du Ministère de la défense en Inde, la Grande Aveugle helvétique va certainement adapter le fruit des recherches entreprises sur Yogi Prahlad Jani, survivant depuis 70 ans sans eau ni nourriture. L’ascète, en observation 24h/24 pour une durée de 20 jours à l’hôpital d’Ahmedabad, n’a effectivement rien ingéré depuis jeudi passé, ni n’est allé aux toilettes. L’étude sert à élaborer des stratégies de survie.


Ainsi, pour la survie de l’humanité, il sera loisible à nos autorités de priver durant vingt jours tous les détenus d’eau et de nourriture, afin de savoir s’ils ont bien assimilé le truc du yogi. Une conséquente économie en perspective !


Cerise sur le gâteau : La grève de la faim du prisonnier politique Bernard Rappaz n’aura plus aucun sens.


Déjà qu’aucun canard local ne s’en préoccupe, preuve en étant l’actualité brûlante, couverte par plusieurs journalistes du « Vain Mainate », hier, qui réalisèrent un scoop sans précédent: Une cane et ses deux canetons ! Qu’ils pourchassèrent, capturèrent et ramenèrent au lac. À en pleurer d’émotion !


Mais, séchons ces pleurs : Bonne nouvelle : Les dictateurs seront privés de leur argent bloqué en Suisse !


Nous n’avons, par conséquent, plus à payer le moindre impôt à la dictature timocratique nous oppressant.


Autre tyrannie, encore, chez nos bling-bling voisins .. rossards, frous..sards : Cosi fan tutte (ainsi font-elles toutes) pourrait s’intituler, en clin d’œil à Mozart, cet aparté :


Carla Bruni-Sarkozy a purement et simplement fait annuler des concerts de Mika, Charlotte Gainsbourg, Phoenix, .. qui devaient avoir lieu les 18 et 19 juin dans la cour Napoléon du Louvre. Ces événement auraient fait de l’ombre à Solidays, festival organisé par Luc Barruet, ami de la « maîtresse?» chanteuse.


Son amoureux, le mini empereur, craindrait-il des salissures dans la cour de son idole ? Trop tard ! C’est fait, et grave, car la … Joséphine actuelle, trahissant la confiance du peuple français, risque bien de finir exilée en sa partie, à Elbe.

 

Ali GNIOMINY


28/04/2010

LIVRE VRAI … LIVRE EST-CE ?

Nouveau ! Dans le Beaujolais, afin d’amortir les fréquentes chutes, fut inventé pour revêtement, actuellement installé sur la plaine de Plainpalais, un sable bien français appelé ghorr. Qui, de surcroît, à l’avantage de laisser visibles les crottes.

Que le gore laisse des traces est un fait, mais là ça vire sec vers le scato; ça promet pour juillet, déjà que Kaka n’est pas satisfait du tout de ses performances …

Sur le même sujet :

La SSR est déficitaire, ayant dilapidé 220 millions en quatre ans … pour ça ?!! Elle envisage de réduire encore ses programmes.

Impossible ! Ne restera que la mire !

… Et un minuscule espace pour Geneviève de Fontenay, snobée par toutes les autres TV et bonne part des minettes, pour avoir effarouché ces jolies chattes, Geneviève et les coups de griffes de son émission « Miss t’y grille » !

Dans la foulée, mes respects et bons vœux à Minet, défenseur des poulets qui, si souvent, passa sans trop de casse sous l’échelle des traitements, et cesse de miauler sur les ronrons du blanc-seing diktat. A ne point échauder.

Parlant de crainte et d’eau froide : Un britannique qui avait lancé une bouteille à la mer reçoit une réponse via Facebook trente-trois ans après !

… Et une amende pour pollution intentionnelle ?

J’en frémis. Quarante ans que je ne dors plus à l’idée que quelqu’un retrouve les miennes, de bouteilles, au contenu déjà si particulièrement gratiné.

Et causant de gribouillis, inévitablement : Il semblerait que, ce jour, pâle expo pue l’air rance, sort scellé. Salon étant à l’esprit ce qu’est au cul viennois salon d’échangistes financé par Pro Helvetia. Expo, potins, putes, et surtout pathétique supermarché de l’asservissement d’auteurs, gens bons ou fumeux prêts à se viander au prix coûtant.

Faire bonne chère est aussi la passion de notre Présidente de la Confédération, qui se rendra au Vatican le 6 mai, où elle rencontrera le Conducteur des fidèles et le dangereux cardinal Bertone, pour l’assermentation des nouvelles recrues de la Garde pontificale.

Il se murmure en secret que, la pédophilie actuellement par trop sur la sellette, Madame Leuthard emporterait dans ses bagages d’utiles cadeaux pour chacun de ces jeunes et jolis gardes : Gilet pare-balles, rétroviseur et ceinture de chasteté.

Alors là ça y va ... des rétros ..


Ali GNIOMINY

P.S. Joyeux anniversaire frangine, bonnes vacances Marie-Françoise, courage Arlette et Rose-Marie, à bientôt.


27/04/2010

ÉCHOS NARRE

Condamnons le racisme. Prenons la ville d’Emmen, tristement célèbre pour sa xénophobie, punissons-là en l’obligeant à vendre au pays des cèdres de l’Emmenthal Liban !

 

L’heure est grave, soit propice aux dérives sécuritaires, envisagées jusqu’aux sommets de l’astrophysique. Voyez le génie Stephen Hawking, nous conseillant de nous méfier des extraterrestres qui débarqueront tôt ou tard, nous amenant un cortège de fléaux semblables à ceux qu’entraîna pour les populations indigènes l’arrivée de Christophe Colomb.

 

L’horreur absolue ! Ces E.T. sont capables de nous laver le cerveau et remplacer tout notre bon sens par un puéril concept de dieu invisible, tout-puissant, bien que sourd, muet, aveugle, tyrannique et n’en foutant pas une.

 

Il est grand temps aussi que nous nous armions de plus hargneux sentiments, contre la racaille voleuse transfrontalière. Que les patrouilles autoroutières disposent plutôt de lance-roquettes, kalachnikov, bonus et médaille aux auteurs des meilleurs tableaux de chasse.

 

Heureusement, la situation s’améliore à Genève, où les pipelettes de l’opération Figaro coupent court à l’image helvétique de sécurité, coiffent au poteau les dépenses inutiles du contribuable et rasent l’animation de certains quartiers; Tout ça pour une mise en plis qui va bien vite retomber, finir en chauve qui peut.

 

A Martigny, cependant il y a encore bien du travail sécuritaire à achever. Le « Vain Mainate » et autres canards plus ou moins déplumés nous apprennent que trois JEUNES ouvrent le gaz dans un hôtel où dorment 50 personnes, allument une plaque électrique et déposent un habit dessus pour mise à feu retardée.

 

Arrêtés, ces authentiques TERRORISTES helvétiques sont décrits comme de simples délinquants éméchés. Qui écoperont inévitablement d’une peine ridiculement légère, avant de reprendre leurs activités criminelles.

 

Ainsi : Soyez sommées, autorités coupables : de réintégrer dans leur poste les mâtons sadiques de Bochuz, et qu’une nouvelle aile de la prison, à nommer Guantanamo II, soit créée pour y accueillir et laisser cramer à loisir ces trois connards de terroristes valaisans.

Réservez encore une minuscule cellule, pour y jeter un présumé demi-terroriste tout sauf franc, dès qu’il posera un jour le pied sur sol helvétique, et lui arracher à brûle-pourpoint la vérité sur les commissions illégales touchées, lors de signatures de périlleux contrats d’armement du Pakistan nucléaire, pour diriger la dispendieuse infructueuse campagne présidentielle d’Edouard Balladur.

 

Et pas besoin de se faire du souci pour notre image, le concerné s’est déjà suffisamment cramé comme ça, avec ou sans les feux de l’actualité.

 

Tout comme cet Alard du Bois-Reymond, chef de l’Office des migrations, sous le feu des critiques pour avoir dénoncé le fait que 0,5% des Nigérians en Suisse ne font aucun effort pour fournir salaires et amendes à l’industrie de la répression.

 

Et que la Paix règne sur nos foyers.

 

Ali GNIOMINY

26/04/2010

LENT SLOW DU CAC

Bourses d’abord : Assez d’une loi permettant la prostitution des mineurs en Suisse ! Voulez-vous que notre pays reste à jamais une plaque tournante du tourisme ecclésial ? Stop à ces abominations ! Au-dessous de 18 ans les jeunes doivent batifoler, s’amuser sans risques, surtout avec cet avant-goût des températures estivales, vivre bienheureux, comme ces enfants que l’on nous montre au bord du lac de Zürich en train de construire des châteaux de cendres.

Une chose est sûre, cette loi doit être rapidement changée, Doris Leuthard estimant que 100'000 paraphes sont insuffisants pour une initiative ou un référendum, nous pouvons raisonnablement penser qu’il en faudra très prochainement huit millions pour que le peuple soit appelé à voter.

Et aucun qui ne courra aussi vite le 400m que Merritt, contrôlé positif à un produit servant à allonger le pénis. La course lui provoquant érection, ce cuistre devançait à coup sûr ses adversaires sur la ligne d’arrivée, de quelques centimètres. Son public peut à nouveau scander : Merritt p’tite …

Quitte à faire dans le mythe, cette très chère Grèce, qui vivotait assez bien avec ses drachmes, et a vu ses prix flamber du jour au lendemain avec l’euro, n’a-t-elle pas quelque part été abusée, pour l’avoir aujourd’hui pareillement dans le baba, et songer à vendre au plus offrant ses charmes insulaires ? Qu’elle prenne garde aux maladies financièrement transmissibles et préserve actifs.

………………….

Le précédent aparté me tient particulièrement à cœur, m’évoque les senteurs des minuscules ruelles fleuries menant à la chambre de mes vingt ans à Anafiotika, sur les pans de l’Acropole, où je demeurais des mois durant, voisin d’extraordinaire philosophe et flûtiste, avant de remonter pour la Xième fois à Delphes ou voguer vers Délos, puis rentrer en Ariège, à Tarascon ou Montségur, afin d’aider divers personnages, dont certains de renom, à rassembler le puzzle de la Quête, pour beaucoup se réduisant au Trésor des Parfaits, jusque vers Huesca, patrie de Cervantes … leur ouvrant certains mystères des ruines difficiles d’accès de Montréal-de-Sos, et je retournais aux Cyclades, vaincre les terribles vents défiant les moulins, passais par un temps de récolte des oranges à Hania, en Crète, revenais au pied du Parthénon, montais en stop à Istanbul ou traversais sans un centime en poche la Yougoslavie parano de Tito, sans souliers et par moins 25° en moyenne.

Et dire que certains ont besoin d’inventer des romans passionnants ! Dire que leur Salon, qui me snobe pour vulgaires motifs de fric et refus de pensée unique, va déverser une fois encore flots d’inventions subjectives, alors que j’ai une infinité d’inestimable matière objective, concrète à transmettre ou déjà écrite, que je le fais avec preuves et témoins de l’ensemble de ce que j’affirme; Pistes à suivre concernant une existence vraiment peu commune qui ne peut que sidérer le lecteur. Et je m’amuse, bénévolement et privé de tout minimum décent, avec un lectorat fantôme, dont je ne connais, à quelques exceptions près, que le nombre de milliers d’intéressés figurant sur les statistiques de ce blog. De plus, un très vénérable proche éditeur me dit qu’en cas de publication traditionnelle de ces billets, ils n’attireraient qu’un nombre limité de lecteurs, par le fait que les sujets traités sont généralement régionaux, que je ne me fatigue pas à détailler toutes allusions, qu’il faut s’élever au niveau de l’artiste car je ne m’abaisse pas à faciliter mes propos en fonction de ce que pourra comprendre tel ou tel intéressé. Vrai. Pour cette série d’écrits. Mais j’en ai bien d’autres, d’ordre universel. Et brûle d’envie de traiter mes sujets avec moins d’acidité, d’amuser pleinement et presque innocemment, mais n’y puis parvenir tant que véritablement victime d’atteintes à l’intégrité, par un système organisé de dévalorisation et d’exclusion qui, jugé, sera certainement assimilé à celui paraissant en place chez France-Télécom

En fait, ici, la pire injure à la Culture que commettent ses actuels gestionnaires et mécènes est due à une véritable maladie, la phobie des têtes par trop dépassant, la peur des inclassables. Qui finit généralement avec le temps par leur coûter la leur, de tête, sur le plan professionnel et historique.

Pas de quoi se marrer ? Excusez, c’est nerveux. Toujours jouissif d’imaginer la tronche de prétendus découvreurs de talents, diffuseurs, conseillers et autres incompétents chargés de culture, étant passés stupidement à côté d’un phénomène d’exception ou l’ayant par couardise renié, alors même qu’il était déjà devenu incontournable. Ah, quel paradis culturel serait la Terre si le ridicule tuait.

Mais foin de légitime hargne. Je m’efforce encore à me délasser sur ce support, hésitant chaque jour à remplacer Ali Gniominy par mon véritable patronyme, mais qu’y gagnerais-je, sinon plus d’ennuis encore. Et pourtant je suis prêt à répéter et confirmer chaque mot ci-écrit depuis trois ans auprès les plus hautes Instances, s’il le faut. J’estime d’ailleurs que ce blog fait office de pièce à conviction si explicite sur ma situation qu’il doit suffire à lui seul aux magistrats compétents, pour juger adéquatement les responsables de pareille interminable descente aux enfers et faire cesser leur prévarication.

Vraiment. Poignée de graines de datura avalée à Alexandropolis, boule de poussière à pulsations tombée du ciel à côté du domicile, parents, police et disparue, ne restera que cercle de gazon brûlé, .. Immenses ovnis changeant de couleur, à quelques dizaines de mètres sur nos têtes dans le Var, observés longuement, vus aussi par des centaines de badauds, idem à Locarno mais bien plus haut, traversent la voûte céleste en une seconde, après des heures de fixité, .. haut dans la faille de Delphes, là où se déposaient les cadeaux à la pythie, passées et écrasées les montagnes de déjections de saligauds de touristes, fissures, émanations, à chaque précise pensée tombe une pierre … et Hautes Pyrénées, bergers et magiciens, défi au pneu cloué en l’arbre, le théâtre de douze acteurs de douze signes différents, voyance de la petite surdouée et mon secrétariat des pièces en écriture automatique de sa mère .. boxeur malade me poursuivant avec un couteau dans les rues de Berne, otage d’un fou armé une nuit entière jusqu’au Puy, otage d’un gang cagoulé au Brésil, mygales, joints sur le Nil, pique-nique propre en invités dans la propriété d’Ian Flemming à Frégate aux Seychelles, boa albinos en Malaisie serrant mon cou de plus en plus, danse avec les raies de Moorea, nuit bouillante dans une voiture de flics à Rio, hurlements de prisonniers torturés plus au nord, …

Dommage qu’il n’y ait plus de palpitant authentique poète baroudeur à Genève, pour nous conter tout cela en savoureux détails … Et même s’il en existait un, jamais n’en entendrions parler sur autres blogs en vue ou supports à diffusion. Nul « sage » ne prendra l’évident risque de se voir dépassé, si ce n’est effacé par la portée et la trop profonde modestie de pareils messages. C’est ainsi.

Pour le reste et finir … en attendant … sourire dûment retombé … ne l’oublions pas, responsables pour bonne part du blocage, les rouages tortueux de l’Europe ont besoin de Grèce.

Ali GNIOMINY

23/04/2010

LES INFORMES MASSES …

SION :

 

De notre Corps répondant : Constantin : Quiétude ! Big-FOOT est parvenu jusqu’au but fixé, sûrement grâce à ma chanson de marche d’hier.

 

Merci moi encore une fois. Preuve que surestime de soi permet prodiges, ça se voit, transmet vertiges, paix dans la soie.

 

AILLEURS :

 

  • Ô, range tes millions, rayon solaire à bien plaire n’auras, pour lourd maillon de souveraine chaîne. Mariage pas tout blanc tout blanc, faisant hurler, est annulé

 

  • Les Aigles et les Ours, fable du samedi soir où pleuvront jolis coups de griffes, où becs et ongles déchireront des défenses d'adversaires ayant les crocs, bouffant crus qui les lacèrent. Hockey, arrêtons-là le carnage.

 

  • Leterminus, ainsi que l’appelle mon excellente belge amie du Conseil de l’Europe, ce premier sinistre n’en finit plus de démissionner, et le roi Albert II de le servir sans arrêt comme pire bouche-trou, dans un gouvernement où se font fritter les francophones pour qui, systématiquement, côté fric c’est tintin.

 

  • Sans doute sans transition : 100 milliards d’argent du crime organisé injecté dans l’économie européenne, selon le condamné à mort Saviano ! On n’ose imaginer, avec cette crise, le désastre pour l’économie européenne que représenterait l’absence de ces apports mafieux ! (Pardon, cher confrère, pour cette lâcheté de ma part, je tiens encore trop à la vie).

 

  • Le moche mastoc cube noir, censé symboliser l’esprit carré de Neuchâtel, crée polémique : Ressemblerait trop à la Kaaba de la Mecque. Vrai quoi, et le slam ressemble trop à la religion, à bannir, Allaman devient Man, la mécanique.. la nique .. Afin de ne pas heurter la sensibilité de prêtres et fidèles d’une religion qui, elle, n’offre qu’après le décès de ces derniers de tripoter mille vierges.

 

  • Miracle de la Science, le financement de la Chirurgie Plastique et Reconstructive assuré ad aeternam. Un jeune défiguré à reçu le visage complet d’un donneur décédé. Le rencontrant dans la rue, les proches du défunt font une crise cardiaque et leur face est recyclée.

 

  • Journée mondiale délivre ! Commande littéraire pour diffusion papier des meilleurs billets ci proposés ? Pas drôle !

 

  • Parlant intelligence : Incendie de la maison de Paris Hilton ! Aucun doute possible, la star s’est assise sur un tas de papier !

 

Désolé, ce dernier aspect n’était pas vraiment une informe masse, excepté pour ce qui reste de la baraque.

 

Joyeux terme hebdomadaire à vous itou.

 

Ali GNIOMINY - Photo: Léon, le camé, invisible sur les médias, qui interroge sur l'inutile agonie de Rappaz

 

IMG_1052.jpg

 

 

 

22/04/2010

MONUMENTALE MUE DÉMESURÉE

La religion juive était incomplète ! (Graves failles, pour un message si répandu, traitant de complétude). Car la Bibliothèque de Genève possédait de vieux manuscrits hébraïques originaux du Talmud, permettant enfin de comprendre d’autres passages du Texte dont le sens restait flou !

 

Aïe ! Toute une tradition qui ne reposait que sur de l’incomplet, du fractionné !

 

Imaginez que ces passages retrouvés se mettent à raconter que tout le reste du Livre n’est qu’immense déconnée de farceurs imaginatifs, juste pour participer au concours entre joyeux auteurs de Livres saints, sévissant à l’époque sur divers continents … !

 

À quand les Manuscrits de la Mère-Royaume ?

 

Dieu sait … ce que recèlent encore comme surprises les caves de nos musées, universités, « nos » coffres et « notre » port-franc, cern … Toutes ces conceptions tellement extra, terrestres pour la plupart, toutes ces visions dissimulées, autres que celle étriquée de la prescrite dite réalité.

 

Enfin, … tout est bien qui finit bien pour le Talmud: Pas de cabale montée : Nul pas franc espion du Louvre parvenant à subtiliser et vendre, à son commanditaire, copies volées de ces fragments.

 

Genève a dorénavant la primeur de l’entité Talmud, et peut ainsi sans autre se proclamer Nouvelle Jérusalem. Des colonies se préparent d’ailleurs à s’établir du côté de Nyon. Tout le monde appréciera.

 

……………………….

 

Ah l’allégresse que procure pareil régal littéraire ; Presque celle d’une bonne marche sur quelques costauds à qui j’offre-ci chanson de circonstance :

 

.. Si ta patte rouille, qu’t’as pas la trouille, la Patrouille t’appâte et te mâte, la Patrouille grouille de mecs à .. brouilles .. et pas de chiards ; Au pas de grognards la Patrouille se mouille le maillot ; Pas de fayots, mais plat de nouilles, la Patrouille bouille, fouille la montagne, tout souille et gagne ; Si ta patte rouille ..

 

Et photo de gouille :

 

IMG_1040.jpg

Ali GNIOMINY

 

 

 

21/04/2010

CRASHS PATENTS MAIS GO

Vive nous ! Seulement 57 accidents d’avion en Suisse en 52 semaines, pour 2009. Alors que les spécialistes de l’aéronautique annoncent un avion qui s’écrase par semaine dans le monde en 2015. Notre score est de 1,09615384615.. avion, rien que chez nous, déjà en 2009

 

Bon, on a encore peu de morts, d’accord, mais 1,1 avion (l’aéronautique, on le sait, n’accordant aucune importance aux fractions restantes) victime hebdomadaire d’accident, quelle poisse, pas difficile de faire mieux.

 

Seul obstacle à surmonter encore: La présence de personnel de bord dans ces mausolées volants, à remplacer d’urgence par des machines, afin que plus rien ne s’oppose à de plus mémorables records de surpopulation céleste.

 

Décidément, ça pète le feu de tous côtés, ces temps-ci, ou ça couve sous les cendres. Les cendres par-ci les cendres parsemées, las, sur les froides terrasses de troquets, et cendres donnant goût de n’y revenez pas au lac de Zurich, cendre rare en pétard, cendre art oublié, mercredi des Cendres: la poubelle par trop suggérant, cendres de volcan pouvant nous descendre, volcan s’attaquant à tort aux aériens transports, qui, malgré l’effort, ne fait rien qui améliore diminution de la pollution…

 

Et Phoenix renaissant de ses cendres : Un nouveau pharaonique projet pour Genève-plage, et 150 millions gracieusement offerts en ce but conditionnel par un généreux nanti. Les autorités marchent pourtant sur des braises, brûlant d’oublier les feux de l’actualité passée, lorsqu’un autre cossu repreneur offrit, lui, de manier servette sur le front de toute adversité à éponger … Genève n’a pas fini d’essuyer bien des scories laissées par les subites flambées d’intérêts de riches particuliers pour certains biens, dits au profit de la communauté. Les électeurs PDC pour le Conseil administratif local symbolisent d'ailleurs un peu ces principes, restant fidèles et roulant Chevrolet, tout en évitant les bugs et bruits relatifs au Bonny.

 

Mes excuses, ce paragraphe fut sans doute pondu sous l’effet de douteuses cendres. C’est que je consume mon chagrin pour ce pauvre hère Marcel Ospel et ses potes de l’Union des Bancales Simagrées, mis aux poursuites.

 

Qui devront, comme moi depuis des décennies, sans le moindre espoir d’amélioration de condition, au contraire, continuer de travailler quatorze heures par jour pour toucher en tout et pour tout, douze mois sur douze: 200.- de moins que l’assisté moyen. Parce que c’est absurde mais comme ça, c’est ce qu’ils appellent la loi; Et ses lacunes permettant à l’Etat, par l’intermédiaire de l’Office des Poursuites, de maintenir bonne part de la population en esclavage perpétuel (particulièrement rentable par les frais démesurés engendrés, par absence d’assistance juridique facilitée et par inhumaine imposition, impossible à finir d'« honorer »).

 

Ospel & Cie, les malheureux saisis, qui seront contraints d’aller, ainsi que tant le fis, attendre leur tour au milieu des requérants d’asile chez Caritas ou au CSP, pour assistance juridique gratuite et plan de désendettement. Ils découvriront alors leurs priorités, payer les impôts, primes-maladie, loyer, charges en premier et tout et tout et tant pis, durant 50 ans s’il le faut .. se priver du minimum réel de survie, ne plus vivre, se négliger au point de vue santé, moral, culturel, réduire la nourriture, s’habiller de vêtements offerts, manger la soupe populaire, etc, se priver absolument de tout minimum de confort au profit impératif d’une dette arbitraire au possible, pour contrat d’aide et protection lamentablement trahi par d’exécrables Directions de l’Etat dénoncées.

 

Gageons que sieur Ospel et ses sbires poursuivis n’iront pas, comme je le fis, désespéré, jusqu’à supplier en vain d’être autorisé à signer une cession de salaire au profit de Caritas désendettement, pour disposer d’un semblant de minimum réellement vital et cesser de découvrir par surprise des augmentations massives de saisie sur salaire, à rectifier ensuite, une ou deux fois l’an … tenter de trouver une sortie à l’impasse savamment truquée. En laquelle, que vous ayez ou non le plus grand des talents de l’Histoire en matière bancaire ou poétique ni changera rien, l’on ne verra plus de vous que réputation relative à l’argent qui vous est indûment réclamé pour bienfaits publics prétendument à votre service, pratiquement inexistants. Vous ne serez plus que tache à effacer à coups d’atteintes à l’intégrité parfaitement programmées.

 

Ainsi, que celles et ceux qui souhaitèrent l’enfer à Ospel et consort se rassurent. Il n’existe plus infernale et infamante condition que de vivre sous le joug d’un Etat prévaricateur et profondément ainsi corrompu. Abusant de braves fonctionnaires des poursuites en leur ordonnant d’intervenir dans bien des cas totalement injustifiés.

 

Ces ex-banquiers vont en baver, je suis placé pour vous l’affirmer, dans ce pays où nous sommes tous égaux et ne bénéficions d’aucun régime de faveur, d’aucune annulation de dette jamais.

 

Ne leur restera plus qu’à devenir aussi détaché, pieux qu’un bienheureux Benoît XVI endormi durant une messe qui, même lui n’intéresse plus, ou carrément désillusionné et attiré par cette star du X, Jenna Jemeson, affirmant que si ses fans l’acceptent en tant que chanteuse elle croise les bras; Pieux souhaitant surtout qu’elle ne croise pas les jambes … !Mais! Oh! Pardonnez-moi mon pervers si j'ai léché.

 

Merci pour tant d’applaudissements, mais pas de rappels aujourd’hui.

 

Ali GNIOMINY

 

IMG_1166.jpg

 

 

 

19/04/2010

L’ART CHERCHE

Interpellation au Conseil Fédéral de quatre prix Nobel et douze chercheurs de renom. La recherche se dirige dangereusement vers le Département de l’économie. Est réclamée la création d’un Département fédéral de la recherche et formation, englobant l’innovation et la culture.

 

À voir l’actuelle et atavique prostitution de la culture helvétique aux pieds de l’économie, et la dépendance des directions de la recherche aux subsides, ces cerveaux ont matière à se faire du souci, qui risquent vite de dégriser.

 

Et la solution miracle semble être issue du génie de Mme Géraldine Savary (PS/VD) : Débaptiser le Département de l’économie, qui deviendrait le Département de la recherche, de la formation et de l’emploi ! … (Culture insignifiante oubliée).

 

Ou Département de la justice et censure ? Ou de l’Intérieur et sphère privée ? Allez, tant qu’on y est débaptisons, restructurons, l’essentiel restant de parvenir à faire croire aux découvreurs, créateurs, et leurs admirateurs, que l’économie n’a aucune influence sur la valeur donnée à leurs travaux, sur le temps, le courage et les moyens dont ils disposent pour s’exprimer.

 

De toute manière, la Recherche et l’Art de bon goût seront toujours favorisés sous nos cieux. Preuve en est l’intelligence préjudiciable des publicités les plus bêtes à pleurer qui paient, car restent de force dans la tête. Admirons toute la science de cette recherche et créativité, à peine dictée par l’économie : … C’est qui qu’à pris la dernière tranche …et … Voulez-vous pâter avec moi ?

 

Et autres insultes à la décence, desquelles je vous dispense.

...................................................................................................

Pour rappel encore, et en réponse à notre honorable Graindesel, n’étant pas de mon avis quant à l’innocence de Bernard Rappaz. Je vous comprends et respecte votre sentiment de colère, à l’égard de ce trafiquant, ainsi que la loi appelle encore un cultivateur abusé. Mais, à ce que je sache, Rappaz n’a jamais vendu de drogues dures, bien plus dangereuses pour la santé et la communauté, sinon peut-être quelques bouteilles de vin. Je ne lui donne donc pas l’appellation de trafiquant, pour ce produit naturel, et ne lui apporte mon soutien moral qu’à cette condition.

 

Il n’empêche qu’il est capable de se laisser mourir, pour de la fumette d’herbette arbitrairement prohibée, ou non, selon l’époque et le lieu, par une répression organisée en un but exclusivement lucratif. C’est vraiment trop stupide, une Justice digne de l’image donnée au monde par la Suisse ne peut accepter ce type de mise à mort par indifférence légalisée.

 

Ainsi, je continuerai donc, de temps à autre, ce triste décompte, en espérant qu’il devienne inutile au plus vite, par la libération conditionnelle de l’intéressé.

31.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ali GNIOMINY

 

17/04/2010

LES GROSSES LÉGUMES DU MINISTÈRE PUBLIC BÂLOIS SONT-ELLES INFÉRIEURES AUX ANIMAUX ?

Qui ont classé une plainte contre un imam affirmant que les non-croyants le sont.

 

Après le verdict des déviants juges valaisans, dont je parlais-ci le 31 mars, nous pouvons à présent, impunément traiter quiconque de déviant sous-animal.

 

C’est beau, quand même, le progrès en matière de Justice et de Respect d’autrui.

 

Il ne restera bientôt plus qu’une seule injure sanctionnée: Dire de quelqu’un qu’il est juif.

 

Remercions l’animal imam en question, pour avoir révélé pareille évidente faille d’une justice cantonale chargée de punir la discrimination.

 

Ali GNIOMINY

 

P.S. Titre que je n’ai eu l’impudeur de vous infliger : HAINE : MINE ! NIE ! CETTE ÈRE PUE -BLICK- ! BAT LOIS

 

Et pour rappel, jusqu’au 30ème jour :

 

(Ce soutien paraissant peu soutenu, … no comment … et me demandant bien du temps de modification quotidienne du chiffre, impression, scanner, etc, je vais devoir espacer sa publication, tout en espérant que M. Rappaz soit libéré au plus vite; Persuadé que je suis de sa bonne foi; Il surfait alors sur l’atmosphère politique du moment, comme bien d’autres, sur la vague de proche légalisation du chanvre qui s’annonçait enfin. Avant le retour de bâton de l’actuelle génération d’élus particulièrement obscurantiste.

29.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ali GNIOMINY


 

All the posts