DU BANAL EUGENISME EN VIGUEUR

Alors que se flagelle un futur taulard, ex-grand Inquisiteur dissimulateur, sorti des jeunesses hitlériennes, et qu’est plus crucifiée que jamais l’Institution qui ne savait pas ce qu’elle faisait … voici que pointe l’aube du nouveau millénaire où se pratique déjà ouvertement l’eugénisme. Banalisé car commercial.

Il suffit d’écouter un instant M. Jeremy Rifkin, Président de la Fondation pour les tendances économiques, spécialiste en prospective économique et scientifique à Washington.

En substance, les progrès dans le décodage du génome humain aboutissent à ceci. En Amérique surtout, chaque gêne décodé est breveté comme une invention. La Société Myriad, par exemple, comme par hasard à Salt Lake City, a breveté deux gênes responsables du cancer de l’ovule et du sein. Chaque gêne breveté recensé coûte au client 2'500 dollars, et 50 dollars les non brevetés.

Ainsi, qui demandera à être informé très précisément sur ses risques en matière de santé et le moyen d’y pallier, voire qui désirera supprimer son vieillissement, régénérer ses cellules et vivre le temps souhaité, aura besoin du code d’au moins 22'000 de ses gênes, ce qui lui coûtera 55 millions de dollars, sans compter le prix du travail de modification des gênes défectueux.

A la portée de tout un chacun, comme le prétend tant M. Obama dans sa réforme de la Santé? Aurait-il été contaminé par l’obligation d’enrichissement prônée par son clinquant petit visiteur?

Ainsi, nous apprend-t-on, modifier l’hormone de croissance d’un être atteint de nanisme pour qu’il atteigne 1m.60 est une bonne chose, mais voilà que la plupart des humains aimeraient par la même occasion prendre dix centimètres de plus … Certains le peuvent, se paient ce soin, d’autres pas.

Et ainsi en va-t-il pour le reste de l’eugénisme en cours sur la planète. Car, bien des labos de biogénétique, dégoûtés par ces prix arbitraires de brevets américains sur des gênes appartenant à tout humain, ont pris le relais sur d’autres continents, et jouent au décodage pirate intensif, se foutant totalement, eux aussi, des risques éthiques évidents qui guettent le genre humain. Ce qui compte étant de vendre et gagner avant tout.

Le but premier de la génétique actuelle n’est de loin pas de fabriquer des remèdes, d’ailleurs même miraculeux un médicament ne sera jamais proposé si les prévisions n’atteignent pas 500 millions par an de vente du produit. Le but est de vendre aux puissants, riches et influents uniquement le droit de constituer et maintenir une lignée pure d’êtres dominants parfaitement portants. Accessoirement se passant de tous non-conformes.

A quand une race encore plus supérieure d’exterminateurs de généticiens véreux?

Ali GNIOMINY

Commentaires

  • Fichage ADN généralisé des nouveaux-nés: Gattaca über alles ?

    C'est la question-débat vue sur Pnyx.com: http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/622

    Après les USA, quelle sera l'évolution, en Europe, dans le monde, de ces tests et du fichage de leurs résultats: limité aux facteurs à risque, au dépistage systématique de maladies génétiques ou des dérives eugénistes de sélection du code ?

  • Fichage ADN généralisé des nouveaux-nés?! Merci, je ne savais pas que ç'en était là, mais rien d'étonnant lorsque l'on sait, et peu de monde encore le sait, que l'Amérique fut, il y a quelques décennies, la nation qui pratiqua le plus l'éradication de mal formés. L'Histoire n'a pas fini de sursauter, malheureusement. Et l'évolution de ces dérives? Demandez-vous. J'ai bien peur qu'elle soit bien plus avancée que nous ne l'imaginons. Ce genre de découvertes bien trop sensibles mettent un temps fou à parvenir au public. Pareil que pour le téléphone portable officiant , à l'insu de son propriétaire, comme micro espion. Il serait très surprenant que cet espion idéal n'ait pas déjà servi aux services de police et militaires durant des années, et soit ainsi bêtement offert gratuitement à tout un chacun.

    Alarmants constats pour un si joli printemps s'annonçant dans le meilleur des mondes.

    Bien cordialement

Les commentaires sont fermés.