25/03/2010

AVEZ-VOUS VOS RELIQUES ET GRIGRIS ASTIQUE?

Invoqué toutes célestes hiérarchies et chiées de saints tous estomaqués?

La drôle de farce que nous réservent les plus gros poissons, théoriquement prévue pour déployer ses insoupçonnés effets le premier avril, est avancée de deux jours. Que nous le voulions ou non.

La pièce underground se joue en grand secret, entre taupes terroristes émergeant d’aventure au grand jour, soucis techniques tout sauf causés par sabotages, notoire incompétence informatique … et savants, (soit fous; car ne sachant à quel point exact il ne savent pas tout, tout en se nommant savants) … rares détracteurs impuissants et béats naïfs adorateurs du Révélateur L.H.C.

Susceptible, à la longue, pas nécessairement mardi prochain, en cas de paresse d’un quark, de provoquer Liquidation Humaine Complète.

Ainsi en va-t-il de la quête au boson, nécessitant collisions de hadrons sûrement à bien plus de sept teraelectronvolts (qu’est-ce qu’elle colle et s’étale cette confiture) puis à plus encore que quatorze, pour risquer enfin le grisant inconnu total.

Apprendre? Oui! Mais jamais trop tard! Jamais en plein déclin de civilisations, comme présentement! En amont: Quand s’éloignait une grande crise, ou en aval: Si et quand se calmeront un peu les tensions entre nations.

Lecteurs, d’ailleurs, pourront en témoigner: Je suis chercheur à ma manière, curieux d’apprendre, stratège joueur et courageux, toujours prêt à découvrir et m’adapter à la nouveauté; Mais là, j’en attrape des cernes, mes reins s’en ressentent: J’ai l’impression que l’on s’est tous fait entuber par des investisseurs sans scrupules, de quantité de pays, jouant sous notre nez à pile ou face le destin de l’humanité.

L’heure des confessions en vrac est donc arrivée, afin de tenter de retrouver malgré tout le sourire et une satisfaction de s’accrocher à exister. Vous n’en avez assurément que faire, mais tant pis: sachez que :

Je n’ai, en fait, qu’une seule personne qui m’offre véritable, primordiale, importance et attention, voyages, acquis, bons soins, animation, ambiance propice à création, … et avec qui je vis et rivalise, en le but de rendre la pareille et plus encore; Qu’une seule âme qui vraiment m’aime, entièrement, et que, comblé, je complète infiniment; Q’un seul être sauvant ma vie, me modérant, inspirant à l’envi. Merci. Pour pareille rencontre en mon existence. Puissent toutes et tous, aimant à me lire, bénéficier de semblable grâce, vivre aux côtés d’authentique moitié.

Moitié! Délicate expression, soit dit en passant, évoquant tout à fait un quartier de bidoche.

Non! Désolé! Comment peut-on contraindre des francophones à dire que, douce ou non, leur moitié (faite de l’une de leurs côtes) vit à leurs côtés?!

Notre trois-quarts, au moins!

« - Monsieur de Thyers et sa douce trois-quarts!-» Voilà qui sonnerait bien plus juste. Rétablissons de nouvelles mesures au sein de la géographie conjugale!

Conjugale! Salement douteux comme therme; La moindre glauque et démangeant; On patauge direct dans des concepts d’union entre chiens galeux, pouilleux en couple.

Couple! Mais qui a inventé ça? Qui tortura tant de poètes? Couple: N’évoque vaguement que roublards, hula hoop, ou plis .. N’impose que –souple- comme rime obligatoire; Et, allez-y, trouvez ce qui rime en -ouple- puisque vous êtes si malins! Ou ployez sous le fardeau de l’ignorance!

À votre décharge, en l’occurrence & à cet égard, il est à déplorer que vous sembliez encore tout ignorer des inestimables inédits: - « Souple couple en soupant des soufflets de valets de lois vétustes qui en dégustent » – et «  Massée que sue alitée ».

Qui donc sait que ce n’est si cucul que ça? (..et voilà que je reparle maya..)

Tout ceci simplement afin de ne pas dire qu’il est, pour un sauvage auteur isolé, difficile d’estimer la limite entre créations à offrir bénévolement sur blogs, et publications d’ouvrages méritant tout autant conséquente rémunération.

J’hésite parfois à vous livrer l’un de mes inédits d’une centaine de pages par épisodes, mais des projets d’édition m’en dissuadent. Ce qui me permettrait, cependant, de gagner du temps et ralentir le rythme actuel, que j’apprécie pourtant particulièrement, d’une chronique sur ce blog presque chaque jour; Ce qui, mine de rien, avale vite quantité d’heures, à caser entre mille civilités.

Ainsi: Plus d’un an que pointe l’horizon du quatrième Tome de la saga tropicale et enquête autobiographique, commencée par « Castigat Mores Ridendo », continuée par « Tueurs de gages ou que m’a coûté Tonton » puis « Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine »; Plus d’un an qu’une mallette attend que j’en retranscrive le contenu, pleine à craquer de 4èmes bouillants brouillons transpirant d’actualité, de philosophie, d’ethnologie et d’exotisme, d’humour, de tragédie, de poésie.

Poésie ! (Ah non, on ne va pas remettre ça!). Qui a osé prononcer en premier cette horreur? Poésie .. cette frénésie, cette hérésie, jalousie, cette saisie, cette -poésie- fut-elle ainsi nommée en Malaisie? Jeu de mot laid malais? Peu réussi : Pour Esotériques doubles sous-entendus, du genre: Cesse de te gratter l. …. et récite ta poésie.

Bref, adorant m’égarer et bigarrer mes récits d’inventions spontanées, de flash truculents ou prises de position, je suis souvent copié mais jamais, ô grand jamais, je le jure sans mentir et ça se découvrirait vite d’ailleurs , … jamais n’ai copié ni plagié quiconque; Certains gags sont si logiques qu’ils trottent en la tête de tous humoristes ne se respectant pas et autres, c’est à celui qui s’en saisit le premier, dont le regard a su immédiatement relooker l’information … J’y passe donc un temps, bien que relatif, aussi expansif et fou que celui qui vous l’affirme, ce qui n’est pas peu dire, vous en conviendrez.

Autrement dit, tableau brossé, vous êtes, entre mes deux principaux blogs sur ce continent, plusieurs milliers par mois de fidèles visiteurs uniques; Parcourant plus de 11'000 de mes pages en février, rien que sur barondecuir.blog.tdg.ch; Je vous en remercie vivement, continuerai à vous faire rire ou rager, vous promener de sujets en sujets en un même billet, mais sans doute un peu moins souvent qu’à l’accoutumée.

Il convient avant tout que je fasse remanier l’évaluation erronée de véritables valeurs, et virer quelques incompétents décideurs saboteurs de carrières.

Mais vous retrouve tout bientôt.

Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.