PÉDOPHILES RÉJOUISSEZ-VOUS, LES MÈRES ROMS ABANDONNENT LEURS GOSSES POUR MENDIER

Prédateurs, des proies faciles vous attendent sous les ponts et dans les bois  genevois. Les mendiantes n’ayant plus le droit d’exhiber leur rendue pitoyable progéniture, celle-ci errera sûrement des journées entières, abandonnée à elle-même dans des endroits peu visibles, comme vous les aimez pour commettre vos abominations. Peu de risque que les cupides, ou prisonniers de mafias, mendiants adultes sacrifient à tour de rôle une journée de misérabilisme, pour s’occuper de pisseurs ne leur apportant plus rien, au contraire.

 

Cynisme ou réalisme? Il n’empêche qu’au lieu de publier haut et fort que ces gosses, dont se servent les mendiants, seront retirés de la garde parentale et enfin plus ou moins décemment placés en Institution sociale, les autorités et forces du désordre auraient mieux fait, pour une fois, de taire cette mesure et agir. Ramasser ces gamins pendant qu’ils sont exposés en ville. Même si ça n’en arrive pas au scénario catastrophe du début de ce billet, je serais curieux de savoir combien de ces enfants ne servant plus à soutirer du fric, seront d’autant plus maltraités par leurs indignes géniteurs, ou abuseurs se faisant passer pour eux, suite à cet avertissement de sérieuse perte de gain.

 

Ah, si nos décideurs étaient, ne serait-ce qu’une seule fois, capables de réfléchir un peu plus loin que le bout de leur lobby, et cessaient de mettre des vies en danger.

 

Histoire de conserver ma pittoresque tradition de l’article multi-sujets, qui en défrise certains pour mon plus grand bonheur, je vous informe, pour le cas où vous n’en auriez déjà avalé de rage votre passeport, que les sept spécialistes du vol en bande organisée ont donné leur feu vert, afin que tout ménage doive payer la redevance radio-tv, qu’il possède ou non ces appareils. D’ici peu, tout un chacun ou presque devra payer pour les spas privés, piscines, somptueuses réceptions, jets personnels, musées et spectacles .. desquels il est exclu par manque de condition financière! D’ici peu ………….. !

 

Sur ce, vous êtes sommés, toutes et tous de ce pays, d’honorer ponctuellement la redevance perroquet! Vous n’avez pas de perroquet? Moi si! Et je m’en tiens à la plus pure logique fédérale. Pour éviter tout resquilleur qui, d’aventure, me croiserait dans la rue avec la bête sur l’épaule, et bénéficierait ainsi du fait de la voir et de l’entendre, autant que tout le monde soit obligé de participer à l’achat de ses graines et de son futur perchoir en or massif et diamants, (protégé par le journal qui pompe la M. mieux que tout autre, et qui, débordant d’humour, ne manquera pas de remettre à Lora, lauréate du concours, son billet pour un tour du monde)

 

Dans cette attente empressée je vous souhaite, chers co-considérés comme des tarés, une mirifique fin de semaine.

 

Ali GNIOMINY

Complément ci-dessous, voir commentaire

Commentaires

  • P.S. Institution sociale en Roumanie, mais sous contrôle helvétique strict, en relation avec les autorités roumaines. Il semble que la plupart de ces mendiants viennent de la même région. Les gosses sont donc acheminés dans un foyer d’accueil roumain, internat rigoureusement surveillé prévu à cet effet; Leur permettant d’évoluer dans leur propre langue et culture. Pour une période d’au moins un an. Dans la mesure du possible, leur parenté sur place est mise à contribution pour leur rendre régulièrement visite, si les parents mendiants en Suisse ne rejoignent pas leur enfant en Roumanie. Auquel cas ils peuvent le voir comme et quand bon leur semble, mais l’enfant ne sort pas du cadre de l’Institution. Voilà une mesure de protection et de dissuasion plus réaliste. Un peu coûteuse en un premier temps, mais parvenant à coup sûr à mettre fin, ici, à l’exploitation des mômes pour mendicité.

    Quantité de bonnes âmes crient au fascisme lorsque l’on parle de placer des enfants de force. Les multiples exemples d’abus catholiques et cie ont de quoi inquiéter, certes, mais à l’heure de l’explosion des vidéo-surveillances, ne me dites pas qu’il est impossible de faire en sorte qu’une porte de douche ou de dortoir ne puisse être poussée par un adulte, sans motif impératif. Auquel cas le surveillant devra se filmer lui-même durant toute l’intervention. C’est technologiquement simple à réaliser. Tout en préservant la dignité de ces enfants il y a moyen de les sortir du sordide univers en lequel ils évoluent actuellement.

    Je termine avec le comble de l’absence de logique, caractérisant si bien nos naïfs simili-penseurs. La lettre du jour de M. Thierry Sartoretti, qui dit … - Placer en foyer des enfants qui seraient maltraités semble tout autant une mesure nécessaire …- et juste après : -Séparer des enfants de leurs parents pour la seule raison que ces derniers sont mendiants et vivent dans la rue est en revanche inique-.

    Moralité: Sachez que n’est point une maltraitance le fait d’utiliser ses enfants à mendier, feindre, pleurnicher, faire pitié, veiller à conserver une hygiène déplorable et fuir devant la police ou toute forme d’enseignement obligatoire, vivre dehors par tous les climats, en plein soleil s’il fait très chaud, ce qui apitoie plus, les nourrir et hydrater, « soigner » certainement de manière très malsaine et aléatoire, voire les louer ou vendre, entiers ou en partie, pour quelques billets ou les entraîner à voler. Ils ne sont aucunement maltraités ainsi, il est inique de les séparer de si charmants et responsables géniteurs; N’est-ce pas?

    Halte ! Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.