01/01/2010

FINI L’AN NEUF, VIVE L’ENDIVE NUE … L’AN DIX VENU

Comble de l’optimisme en ce XXIème siècle, pas spirituel pour un sou:

 

MES MEILLEURS VŒUX POUR 2010

ET ATTENTION SURTOUT à L’ABUS DE BONNES RÉSOLUTIONS

 

C’est pas tout, ça, il s’agit de se remettre au boulot et parvenir à faire rire aux éclats. Quel sera l’ ou quels seront les hilarant-s- sujet-s- du jour?

 

Rien de tel que du frais, de l’actuel. Tenez, hier soir par exemple, 23h59, coupe en main du champagne avec lequel nous trinquerons et que je jetterai sans y toucher, apaisant ainsi depuis onze ans les esprits du lavabo, nous sommes cinq, dont quatre se mettent à pleurer à bouillantes larmes.

 

Gloup. Je ne l’avais pas vraiment prévue, celle-là. Orphelin de père depuis 31 ans et de mère depuis 26 ans, j’ai accompli un certain chemin en matière de processus de deuil. Et 2009 fut l’an du décès à trois mois d’intervalle de mes deux « parents adoptifs » depuis 1982. Très proches que j’ai énormément pleurés aussi lors de leur décès.

 

Mais à minuit trébuchant, rien à faire, je suis exempt d’émotions tristounettes, empli des joies de nouvelles découvertes que réserve l’avenir uniquement. Certes, peiné à peine, au spectacle de mes quatre éploré-e-s à l’heure des réjouissances, un brin me culpabilisant, mais aucunement touché, ainsi que ces deuils devraient m’affliger, par si nouvelles tragiques absences au repas de fin d’année.

 

L’on ne s’habituera jamais au fait de parvenir à s’habituer à tout.

 

Bien à vous

 

Ali GNIOMINY

Commentaires

Sans pour autant pouvoir oublier... rien ni jamais... hélas!

Bonne année à vous

Écrit par : un passant | 01/01/2010

Les commentaires sont fermés.