NO HELL - Pour rappel de celui de l'An de Crasse 2004

 

Oyez,
oyez, émerveillés:



Veillée
à deux



N’a
rien d..’hideux,



Noël
donne zèle aux cafardeux,



Noël
n’est Fête que des morveux,



Noël
élégant



S’offre
tel coffre,



Sans
gants,



Se
vole



En
troupes de bénévoles



Sentant
le formol,



Noël
est fol:



….



Oyez,
oyez, bouffons



Fondus
enchaînés



Aux
indus achats chatoyants



Par
larmoyants croyants condamnés,



Bouffons
bouffis



Bouffés
par Noël



Veillez,
veillez, émerveillés,



À
ce qu’éternel



Noël
à deux,



Moins
solennel



Donc
plus heureux



Ne
donne zèle aux cafardeux



N’ayant
aucun petit morveux



À
intriguer et subjuguer



Par
pêle-mêle



De
Noël



Rituel:





Noël
est l’effroi Roi, Déifié,



Le
bientôt par brutaux crucifié,



La
cruelle ritournelle



Élevée,
vers l’An 600,



Semblerait-il



Par
mercantiles



Moins
imbéciles



À
la Gloire



D’un
Espoir



Sonnant
et trébuchant, touchant



En
bout de course



Bourse
tirée





D’attirés
naïfs,





Si
festifs,





Que
hèle Noël



Que
berce commerce,



….



Oyez,
oyez,



Qui
effeuillez calendrier



Et
ferraillez dans le poulailler,



Noël
à deux n’est pour merdeux,



Noël
est bel et bien



Fête
des bêtes liens



Entre
ventres,





Noël
se bêle concurrentiel:






le beau matos qu’a ce beau gosse-



-Ah,
la belle paire qu’arbore sa mère-





Noël
de fiel



Se
bêle en miel,





-Il
est né l’aîné nécessaire,



Serrez
les rangs rances



Aérez
vos transes
-





-Elle
est née la Divine Combine



Chantons-tous
en atermoiements-





Oyez,
oyez, ô dépouillés,



Rebelles
de Noël:





Chants
de Sirène



Si
Souveraine



Et
sans façons,





Et
coupez le son.

*

24-25.12.2004

Ali GNIOMINY

 

Commentaires

  • De retour de Paris, où je fuis chaque année davantage le réveillon et les pathétiques réunions familiales qu'il impose. Seul avec femme et enfant de huit ans aux yeux étincelants devant quelques présents issus du coeur. Et assez fait pour 2009!
    A mon sens, seul le regard émerveillé du morveux innocent peut faire avaler cette pénible mascarade commercialo-religieuse.

    En ce qui concerne votre NO HELL, je suis particulièrement sensible à ces deux vers où chaque mot pèse plus que sa somme de lettres et où fond et forme cohabitent admirablement:

    Noël
    de fiel

    Se
    bêle en miel

  • Bon retour à vous, cher passant, et mille pardon pour ma hantise aussi, risquer de faire perdre la magie de cette époque à un enfant sachant trop vite lire. Je désenchante les adultes souvent, sans réel plaisir, par vocation d'utilité publique, mais prends toujours garde autrement d'entretenir cette impressionnante magie. Je fus d'ailleurs, (bein voyons, n'en devient-ce énervant? et pourtant) excellent père-Noël, jusqu'à ce que ma voix tellement basse n'en fasse trembler certains ... et n'ayant vraiment pas l'âme d'un père fouettard, s'est arrêté là ce type de bénévolat. Oui, mascarade commercialo-religieuse de plus, mais emballée avec de si jolies ficelles qu'il serait dommage de les briser; ça ne tient qu'à ça, comme tant d'autres désuètes et obsolètes pratiques rituelles.

    Enfin, courage, nous avons heureusement 360 jours devant nous pour préparer Noël, ça relève le moral, non? Pour le reste, j'aime bien aussi No Hell et ce passage

    Noël
    est bel et bien

    Fête
    des bêtes liens

    Entre
    ventres,

    mais j'ai une petite préférence dans la série des annuels poèmes anti-Festifs pour le dernier en date,

    MOL SOL, COUVERT ET NU:



    LE FOL HIVER

    EST REVENU

    Mes excellents Voeux de passage de l'AN NEUF à DIX ... et à mille ami(e)s & proches mérités s'amusant à le fêter en pensée avec un passant. Santé, Prospérité, Hilarité

    Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.