30/11/2009

En toute bonne Foi ça ne se fait pas

Comment avez-vous pu, Monsieur Freisinger, comparer les déviances de l’islamisme à celles du nazisme? Au risque que ça vous mine (arrêts, …). Un brin de Logique et d’Histoire, si vous le permettez.

Né de la société secrète Golden Dawn (l’Aube Dorée), le nazisme fut une détestable mystification à grande échelle qui, sous couvert de bancale cosmogonie goeringienne de lutte entre glace et feu et tout le barda, a enrôlé contre leur gré des foules de féroces gardiens des principes nazis, les dirigeants ne dévoilant qu’à la longue, faute de ne plus pouvoir les cacher, les cortèges d’horreurs liés à pareille idéologie.

Bien au contraire, l’islamisation à outrance, elle, est provoquée par des interprétations tendancieuses d’un Message Divin né au Moyen-Âge, interprétations modelées pour raisons politiques favorisant des générations de fidèles à telle ou telle stricte mouvance coranique, dont celle des Frères Musulmans, prônant une relecture conseillée par la famille Ramadan. Courants post-coraniques, si l’on ose dire, auxquels adhèrent ou non librement les endoctrinés dès l’enfance, disposant du choix pour lequel recommande vivement d’opter l’entourage.

Contrairement à l’évolution sournoise, secrète et donc cachée du nazisme, l’islamisme abusif ne partage avec ce dernier que les menaces qu’il laisse peser ou met secrètement à exécution, et son caractère discriminatoire, mais il expose, lui, ses châtiments et mises à mort barbares, les offre au public à titre d’exemple, abuse outrageusement de femmes et enfants au nom de Divine Tradition, ainsi trahie très ostensiblement.

Il n’y a donc aucun parallèle sensé à établir entre nazisme underground et islamisme m’as-tu vu. Ni réelle crainte à avoir qui puisse justifier rejet massif, en démocratie, d’une ou l’autre intolérance religieuse officielle.

 

Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.