23/11/2009

A C 2 C S S - LA SUISSE 5ème PAYS DU MONDE DONT LA CORRUPTION EST LA MIEUX DISSIMULÉE

CONCERNE PRINCIPALEMENT L’ASSURANCE-MALADIE DE BASE! SOMMATION FAITE À LA MAGISTRATURE ET AUX RESPONSABLES DE PAREILLE CORRUPTION DE LIRE CECI EN DETAIL, ET D’AGIR SANS DÉLAI.


Notons toutefois d’emblée qu’il y a une nette amélioration en matière de corruption! La Suisse était huitième avant les détournements et tromperies d’UBS. Encore un petit effort d’abusive discrétion et nous resplendirons au palmarès de la corruption fondamentale, relative à l’injuste partage avec autrui.


Aujourd’hui, pas de quoi rire! Il y a, en effet, corruption et corruption; Si les billets ne se glissent plus sous le bureau ils se subtilisent à la pelle, virés sous des budgets-bidon, au bénéfice principal de leurs gestionnaires, pris en de stricts faussés schémas d’utilisation du partage des biens publiques, sans exceptions méritoires ni rares coups de cœur possibles, mais ô combien s’en accoutumant et s’en enrichissant, en étude de l’art de pousser le pékin à la faute par surcroît de révolte, et tirer plus encore de sa carcasse par l’amende. Détournant l’attention sur le véritable fauteur de troubles et bénéficiaire de l’étatique corruption de conscience.


Comment donc rester honnête sans désobéir à des principes ancrés dans ce terreau de corruption, dans ces lacunes de la loi, permettant si subtilement à certains de faire à peu près n’importe quoi de la condition de vie d’autrui? En châtiment perpétuel pour un accident de celle-ci en lequel l’esclave a laissé jusqu’à ses derniers sous et plus. Accident financier de base dont les conséquences néfastes ne cessent d’augmenter, au fil des décennies, au gré des humeurs de prétendus créanciers, en fait payés bien trop depuis longtemps, pour détestables services crachés, mais conservant entre eux le pouvoir de refuser toute reconnaissance de responsabilité en la ruine infligée ou arrangement en le sens qu’une simple réflexion logique impose;


Et s’accumulent les petits vrais créanciers impayés, par faute d’ignoble voracité du très douteux premier plan de bénéficiaires des saisies opérées; ça ne peut plus durer ainsi. Voici, une fois de plus, j’en suis désolé pour ceux qui comme moi me préfèrent en distributeur de bons mots rigolos qu’en  très sérieux accusateur, voici l’exemple concret et détaillé de divers types de corruption du principe d’égalité relevés ici :


Je reçois, ce jour, le rappel d’un médecin pour facture du 07.10.2009, alors qu’il va y avoir à nouveau six semaines que j’attends le remboursement de prestations simples, indiscutablement dues par une assurance-maladie de base; Celle qui traite ses employés de la manière la plus inhumaine, selon un sondage officiel, assurance que j’ai l’interdiction de quitter et qui me coûtera l’an prochain 140.- de plus par mois que la moins chère. Les primes sont paraît-il depuis longtemps versées par les OP, ayant augmenté la saisie du montant de la cotisation qu’il m’était impossible de payer régulièrement avec le ridicule minimum vital laissé, minimum réduit d’autant. De surcroît, l’assurance en question relance poursuites sur poursuites et ADB pour les sommes qui doivent lui avoir été versées X fois par le fruit des saisies mensuelles, + ma prime de fidélité, revalorisation de la vie, etc etc .. et au pire, ou de plus, remboursées par le Service de l’Assurance-Maladie. Qui, paraît-il y est contraint, devenant un jour créancier à son tour, de montants exponentiels, liés finalement exclusivement aux frais monstrueux occasionnés par les relances annuelles de poursuites, pratiquées dans le luxe par Inkasso, Justicia et autres profiteurs du malheur planifié.


Je reçois ainsi: Sommations, commandements, adb, décisions à la chaîne, pour redevances de sommes pharaoniques prétendument dues aussi à trois assurances-maladie. « Retards » d’années précédentes, dont plus de 5'000.- à la dénoncée; Essentiellement pour frais de retard et de poursuites …qui l’eût cru? « Dettes», elles, non couvertes par le Service de l’Assurance-Maladie, ni attaquées par Me Poggia, Mme Beck et les rares défenseurs des assurés;


Je suis racketté par cette assurance obligatoire parmi les plus chères et trop (ou déjà plusieurs fois? tôt ou tard) grassement payée, ne donnant aucunement satisfaction, semblant ne disposer que de peu de sens moral, rendant malades les assurés qu’elle est décidée à emmerder: (voir la succession, l’an passé, d’erreurs et négligences, jusqu’à rembourser après des mois .. sur le compte de l’un de mes proches au lieu du mien; Et affirmation répétée de l’assureur vaudois que les remboursements peuvent être suspendus malgré la Convention avec le canton; Il a fallu l’intervention de plusieurs spécialistes pour rappeler à cette caisse les clauses de la Convention signée, le déblocage obligatoire des sommes séquestrées, etc..) Enervements engendrant stress et insomnies, dépression .., Sans doute autant qu’à d’autres  prisonniers d’assurance, mis dans l’impossibilité de payer leur médecin tant qu’il n’ont pas reçu le 90% des frais. Ce qui nécessite des arrangements concernant les rappels de médecins, également lésés, rappels arrivant souvent avant le remboursement. A décharge de l’assureur qui s’enrichit illicitement impunément, d’immorale manière opaque et prévaricatrice, et enrichit l’Etat par le lucre des poursuites: Durant le dernier semestre, pourtant, les rares remboursements de frais d’une centaine de francs sont arrivés dans les trente jours. Alors pourquoi cela recommence-t-il et pourquoi de tels délais de paiement? Problèmes informatiques perdurant? Qu’un audit soit effectué en ce sens ne sera pas un luxe, ou du moins une étude statistique de ces délais dans les diverses assurances, menant possiblement à des modifications légales.


Pour ma part, toujours .., je suis invité à éviter de former opposition à ces absurdités. Il me fut jadis très clairement dit: -Vous n’avez pas trop intérêt à faire du bruit, pour ce genre de truc c’est vite vu, notre autorité supérieure a un petit juge teigneux qui trouve les failles même s’il n’y en a pas. Il boucle les emmerdeurs avant d’étudier le dossier. Vous perdez votre boulot et votre appart à coup sûr. On comprend très bien l’absurdité de votre condition de vie, mais on a des barèmes scandaleusement idem que l’an passé, on est les premiers à gueuler à ce sujet, on vous accorde déjà le maximum pour les frais médicaux non remboursés et les quittances par lesquelles vous prouvez que vous dépensez trois fois ce montant dans l’année en opticiens, dentistes, etc, tout cela n’y change rien! On ne peut rien y faire, voyez avec un Service de désendettement!- C'est-à-dire retournez comme tant de vaines fois, attendre une prise en charge gratuite parmi les requérants d’asile. On décortiquera jusqu’à la réutilisation de l’allumette pour la soupe, calculera de manière surréaliste qu’il vous reste de l’argent pour ceci et cela, si vous vous privez de votre raison de vivre, vos activités artistiques et leur coûteux strict minimum d’indispensable « infrastructure » (encreurs, copies, reliures, instruments, peinture) et vous contraindra surtout et avant tout à … payer vos impôts … sur le minimum, même s’il faut avoir faim pour cela! Et pire: Voyez: Alors que je demandais finalement, du temps des affiches TG sur la descente aux enfers d’un poète endetté (7.7.88) que soit virée directement de mon employeur, déduite sur mon salaire, la mensualité globale au Service de désendettement, afin de disposer enfin de plus de tranquillité et d’un minimum plus décent que si j’étais un parasite social, la réponse fut catégorique, la Loi l’interdit, en dépit de l’accord du concerné.


La plaisanterie additionnelle criminelle à laquelle suis assujetti depuis plus de deux décennies, dépassant arbitrairement ce qu’il m’est possible de rembourser durant le reste de mon exploitation abusive par l’Etat de Genève: J’accuse de corruption du mot Justice ceux qui prétendent en être les dignes représentants et tolèrent silencieusement l’exclusion, l’atteinte à la santé, aux finances et à la dignité de citoyens, par des moyens de pression sournois, un terrorisme d’Etat que représente aussi la barrière artificielle ésotérique mise entre le plaignant, dénonçant évidente réalité, et le verdict qui tranchera, une fois ôtés tous les détails très révélateurs, stupidement ignorés car « incorrectement » formulés, contenant vice de forme, etc. L’accès payant à un devoir et droit fondamental de l’Etat de protéger tout citoyen contre de criantes injustices est une corruption de la Morale.


La discrimination pratiquée par l’élitisme justicier, consiste non seulement à imposer un prix en fonction du procès à budgéter, mais à fixer un tarif plafond de 30'000.- pour réparation de n’importe quel tort, (est-ce toujours le cas?) subi par la victime d’abus de ce type. Un grain de poussière en regard des souffrances, révoltes et privations vécues  par absence de tenue des engagements de l’Etat


Toutes les trois lignes de ce blog, en moyenne, vous trouverez malheureusement la dénonciation du scandale inadmissible d’une forme de corruption par indifférence feinte, attentisme sournois, volonté de nuire mainte fois démontrée, et rien ne bouge, que pour empirer.


La corruption du pouvoir par le copinage et l’atavisme des fondements subjectifs, présentés pour volonté populaire, et imposés comme laissez-passer, cette corruption est d’autant plus grave qu’elle discrédite encore plus l’image de l’honnêteté de nos autorités, déjà bien déchirée à l’étranger.


Des gens comme moi sont prêts à se faire condamner, s’il le faut, (à part le p’tit joint ou une phrase malheureuse je ne vois vraiment pas pourquoi) mais ne peuvent plus taire pareille situation. Que s’élève enfin un Procureur. Que plaident de véritables avocats! Que cessent ceux-là de détaler comme lapins, filer en leur média tanière, dès qu’il s’agit d’utilité publique, qu’il convient de dénoncer leur gagne-pain et ceux, complices, qui le leur fournissent, corrompant l’image d’équité entre tous justiciables par l’accès préférentiel qu’inflige une double justice.


Tout est mis en œuvre pour décourager celui qui s’élève contre pareille corruption, demande simplement plus de souplesse, de relative empathie,  simplification et transparence dans les procédures, un accès réellement totalement gratuit si l’affaire à l’évidence en vaut l’étude, un coup de pouce pour bien du monde au moyen d’une impartiale défense à disposition, véritablement intéressée par autre chose que ce qu’elle touche.


Avec pour règle du jeu que les vices de forme sont peu importants, que seule l’évidence prime, le ressentir profond d’une réelle souffrance vécue plus que les preuves absolues; Que simple quidam puisse obtenir sans aide juridique : gain de cause et réparation pour une carrière foutue en l’air par fort incompétents gestionnaires de valeurs humaines, prétendant faire la Loi et décider ad vitam de la condition de vie minimale de l’animal tombé au piège des poursuites, rabattu par véreux banquiers de jadis.


La corruption des renseignements et agissements en découlant, (soit le type de fichage à caractère définitif en vigueur, l’argent fait sur la ruine programmée d’objecteurs), n’est pas digne d’un pays dit exemplaire.



Pour un solide Plan zéro-corruption – l’opération peut s’appeler: -Amnistie aux endettés de bonne volonté -. Dans cinq ans nous sommes les gagnants, lauréats des pays les moins corrompus. Soyez, honorables Magistrats, sommés de vous expliquer sur les fondements du métier que vous pratiquez en clans, avec tout le respect que je vous dois individuellement: Au boulot, et merci à vous de participer enfin à cette lutte contre le racisme financier et judiciaire.


Ali GNIOMINY

 

Commentaires

L'absence invariable de réaction des concernés démontre à quel point ceux-ci s'esquivent, manquent pareillement de courage après qu'avant les élections. CQFD?

Écrit par : Ali GNIOMINY | 26/11/2009

Les commentaires sont fermés.