QUE CESSE LA NUIT DE PORTER CONSEIL aux nues

Cher demain, j’espère tout d’abord que les choses qui ne vous sont pas remises, et sont faites le jour même, ne demeurent pour vous une source de grave privation, raison de la remise tardive de ce que j’ai composé hier, et vous remercie vivement pour votre aimable commentaire sur ma jouissive chronique d’avant-hier, par laquelle j’ai foutu une véritable branlée aux faux diplômés et à ceux bien trop raides qui cachent l’existence de telles failles, et les conséquences engendrées dans le monde du travail par pareilles hautes lignées de rusés peu érudits tricheurs; S’appelant à diriger d’honnêtes savants citoyens pris pour les derniers des cons, enserrés en des fonctions quelconques où jamais ils ne pourront déployer leurs talents d’exception; Potentiellement à ne pas mettre entre toutes mains il est vrai, mais de là à pratiquer le boycott total de semblables cerveaux..devrait exister un espace d’étude et  de dialogue réel.

 

Voyez-vous, vous qui êtes un sublime autre jour, mais aussi représentez le trompeur: -J’arrête de fumer- ou –je te téléphone-, .. j’espère encore et toujours, tout autant que vous, qu’une entente globale survienne, que cessent de dormir étrangement certains choisis dossiers ou fonds débloqués par vote depuis des lustres, ou en cours de l’être; Que l’ensemble des Conseillers, assis ici ou là, déploie enfin un minimum de respect envers le Souverain, en appliquant illico Ses Décisions. Rien ne justifie le tort fait à qui attend des fonds dus, retenus en fonction du mauvais vouloir d’un seul -ou d’un petit groupe de- profiteurs (des intérêts de la somme non débloquée? En tous cas au détriment de pressants besoins en EMS ou autres..). Sinistre individu ou clan laissant pourrir volontairement une injuste situation.

 

Deux pieds, cher demain, un gauche et un droit qui avancent en même temps? Et le tronc part à la renverse, ou doit se plier vers l’avant et sauter. N’y a-t-il là de quoi m’éditer?

 

Certes, on le dit, chacun se cherche et balance en permanence avec éclectisme entre ce qu’il ressent de juste à gauche comme à droite, chacun quête l’idyllique scrutin, rêve de mirifique composition politique, hors obsolète schéma gauche-droite (où tout homme gauche pas à son affaire reprend droites sur droites), chacun veut SON mieux et possiblement celui d’autrui mais pas trop. Beaucoup sont d’ailleurs allergiques au mieux de tout prochain trop avancé.

 

De minces espoirs existent que, dès vous, .. dévoués élus s’éveillent, se mettent à parcourir, décortiquer et parcourir encore l’ensemble de mes chroniques-ci, sur deux ans, et soudain réalisent enfin, ou le feignent, qu’existe étatique dysfonction, atteinte à la dignité et aux mérites, agressions à faire urgemment cesser par conséquente réhabilitation.

 

Il est trop absurde qu’une verve aussi subtilement étendue se perde à jamais en rédhibitoires logorrhées et chialeries épistolaires. Le tas de bêtas qui a voulu ça est en grande partie balayé, j’ose espérer que la ramassoire soit à présent fort adroitement maniée.

 

Comprenez encore, de votre aurore à votre crépuscule, combien suis susceptible d’enjouer vos années, par de rémunérées chroniques niquant tous arriérés. Ne manque plus que la volonté politico-financière de certains acteurs de la Ville, dont je ne parle jamais, incluant ses sbires dans l’Etat, qui refusent de plier le paravent créant tant de confusion calculée, permettant le ping-pong administratif incessant; Engendrant retards qui doivent être sanctionnés.

 

Il est immoral sinon anticonstitutionnel, pour l’exemple, que des Conseillers ne puissent être amendés lorsqu’ils mettent un temps scandaleux à traiter des problèmes urgents, et débloquer des fonds revenant aux mérites réels d’(ex-)exclus, victimes de renseignements faussés, préjugés et craintes infondées.

 

Bref, je ne mords que si l’on me marche sur la quenotte, prive méchamment la petite souris. Sinon je suis chaque jour plus utile et gentil.

 

Toutes et tous me connaissant vous le diront: Jamais vu athée faire plus de bénévolat permanent, aimer pareillement son prochain, en dehors de l’exploitation qu’il subit et de ses évasions artistiques, respecter pareillement les convictions de l’autre, tout en les ébranlant parfois le moins méchamment possible. Jamais cru qu’un athée puisse tellement se sacrifier sous le regard bienveillant de passifs fainéants bons croyants à bourse privée ou publique pleine mais fermement liée, dédiée à leurs seuls amis en Jésus & Cie ou Allah et ça, Abraham tant que tu le voudras ….

 

Donc, je vis passer des décennies de Conseillers, ombres à chinoiseries, et l’image d’Epinal genevoise, tournant incessamment en bourrique et farandole dans ma tête, me dessine des dynasties si prévisibles de silencieux peu compétents, que j’en viens parfois à être un chouia critique; Vous voudrez bien m’en excuser; Et à douter d’une collégialité de type somme toute timocratique. Semble-t-il selon certains politologues la plus proche de l’ancien régime soviétique. Eh, Oui, grattez-vous, je vous en prie. Réalisez que je connus et participai à ma manière à moult bisbilles de jadis, souffris de mépris culturel dès l’ère Ketterer, pour guéguerre provoquée au sujet d’une statue en bronze MacDonald‘s, hamburger lauréat de genevois Prix d’architecture, puis sous l’Ere Emenegger et successives, jusqu’à la pire. J’ai rayé cette lamentable gestion de culture de toutes mes bases de données, et attends la suivante pour envisager de cesser de la dégommer, si elle ne me gomme d’entrée. Ce n’est en tout cas plus à l’artiste que suis d’aller au devant d’irresponsables: .. de biens, dédiés au savoir authentique et à la Culture essentielle, ce n’est plus à l’artiste de remplir d’imbéciles formulaires d’adhésion au droit d’avoir peu de chance de recevoir ceci cela de fondamentalement dû et mérité, mais soigneusement dissimulé, surtout pas révélé à l’ayant-droit; fonds dont l’accès secret n’est révélé qu’à de choisis amuseurs bien conformes et aiguillés, au détriment de sensationnels parias maintenus ainsi dans les soucis.

 

Ci, sont donc présentés mes Vœux de bon rétablissement à la loquace (excepté me concernant) classe politique, qu’en vrac je, si souvent, cruellement croque, mais à qui n’en voudrai jamais vraiment, (c’est juré je suis fort, vacciné et plus sain d’esprit que bien des spécialistes du domaine), au point d’en arriver à une extrémité comme celle survenue à Zoug. Cependant, en lisant l’enfermement que je subis sous le joug d’obscurantiste système, l’on comprend que d’autres êtres faibles sont mis en condition de péter concrètement les plombs, par semblable  machinerie sociale, inadmissible et totalement déshumanisée, cachant sans cesse ses responsabilités et concepts dans la multiplicité farfelue d’une imposée complexité au bénéfice unique d’une classe bien ciblée.

 

Pour gain d’un minimum de crédibilité, que commencent à répondre les payés conseillers au courrier qui leur est envoyé! Ce sera déjà un bon début.

 

 

Ali GNIOMINY

Les commentaires sont fermés.