M-BUDGET? PAUVRES! PAUVRES! VOUS ALLEZ LE PAYER TRÈS CHER!

Preuve supplémentaire, s’il en fallait une, que les écolos roulent sur l’or: L’eau minérale M-Budget la moins chère, vendue par packs de six bouteilles, jadis causa déjà bien des problèmes de dos aux caissières et aux inintéressants clients, avec son poids de 9 litres en tout, ( 6 fois 1 litre ½ ).

 

Du jour au lendemain, sans demander l’avis du cochon de consommateur pauvre, Migros (prétendument mécène grâce à un centime culturel dont je n’ai jamais vu la couleur) change tout son stock par des packs de 6 fois 2 litres, 12 litres difficiles à décoller du sol, mais qui vous décollent les vertèbres à coup sûr.

 

Evidemment, une fois la bouteille de 2 litres ouverte et refermée le gaz s’échappe et en moins d’un jour la flotte est imbuvable. Ne reste qu’à jeter plus d’un litre, car il n’y a rien de plus ignoble que de l’eau qui fut gazeuse.

 

Vous me direz que les pauvres n’ont qu’à boire l’eau du robinet. Non, à la campagne peut-être, mais beaucoup de ceux-ci, comme moi, résistent fermement à la possible volonté délibérée de certains de les transformer en gonzesses, par les taux d’oestrogènes polluant l’eau courante, et en mutantes de surcroît, grâce aux saloperies chimiques provenant du sous-sol urbain, êtres affaiblis soit malléables à souhait. Incapables de lutter contre les atteintes à la santé que sont les nouveaux packs Migros, par exemple.

 

J’exige formellement, sinon le retrait complet et définitif de ces dangereux packs de 12 litres, que le choix soit laissé à l’imbécile payeur. Que soient remises en rayons les bouteilles d’1 litre ½ et que réapparaissent les lots de 9 litres. Ou la prochaine fois que je devrai consulter un orthopédiste pour blocage du dos je porterai plainte contre Migros, et inviterai les autres plaignants à faire de même.

 

Révélateur, en l’occurrence, des aberrations d’entreprises surfant sur la vague écolo catastrophiste pour s’en mettre plus dans les poches. Le prix est passé, sur décision unilatérale, de 1.75 à 2.25, mais …pour le bien du client … il y a plus de contenance pour moins cher. Et, comme c’est trop lourd et vite sans gaz, les clients abandonnent ce produit et se rabattent sur les eaux minérales plus chères. Ou ne prennent qu’une bouteille de 2 litres à la fois, donc reviennent plus souvent et sont tentés d’acheter aussi autre chose. But visé et atteint. Si nous laissons faire, sûr que nous verrons bientôt dans la rue plein de personnes âgées tirant leur trans-palettes … Migros!

 

Ali GNIOMINY

Commentaires

  • Je le dis quand même: vous devriez boire de l'eau du robinet.

    Pour le corps c'est la même chose.

    Et pour la planète, c'est bien mieux puisque son transport ne pollue pas, et qu'elle ne nécessite pas d'emballage.

    La qualité de l'eau du robinet est fréquemment contrôlée et celle-ci offre donc toutes les garanties sanitaires souhaitables. Et si vraiment vous tenez à faire de la paranoïa - car vous ignoreriez les faits - alors il existe sur le marché de nombreux filtres purificateurs, très abordables.

    Non, vraiment, boire de l'eau en bouteille, à notre époque, maintenant que chacun sait à quel point cela pollue, c'est assez honteux. Alors aller en plus s'en plaindre!

  • "... il n’y a rien de plus ignoble que de l’eau qui fut gazeuse."
    Vous avez des tournures qui relèvent du génie, Ali, et qui peuvent déclencher le rire jusqu'aux larmes, en tous les cas pour ma part. Toujours heureux de prendre connaissance de votre approche, et de déguster l'effervescence de votre ton, dont la teneur en gaz n'est pas prête de se dissoudre.
    N'arrêtez pas, surtout, votre fantaisie hautement stylée est salutaire!

  • Cher passant, six jours déjà que je tiens à vous remercier pour votre bénéfique soutien moral au mien .. parfois un brin en bas, et partager votre franche hilarité le plus longtemps possible. J'ai honte de le dire mais c'est pareil pour moi, à se tordre. A peine débusquée la vacherie pas croyable il m'arrive de ne plus pouvoir me reprendre pendant un bon moment. Et la première lance souvent un enchaînement du même genre, et c'est reparti. A l'inverse il m'est arrivé de devoir interrompre la composition de sujets trop profonds à cause des larmes. A chaque fois que je reprenais le texte ça redémarrait; j'ai abandonné, estimant que n'est pas nécessairement un bon service à rendre, que de trop faire chialer en les chaumières sous l'actuelle tempête. En tous cas je suis le premier interloqué: Et parfois censeur, refusant, même si ça rime, que mes mathématiques épistolaires n'aillent en un sens qui me déplaît. Je vire alors de bord, prend de larges contours poétiques et finis un jour ou l'autre par donner une sorte de moralité à ma sauce et reprendre le brouillon, ou il passe parmi les milliers d'infinis à jamais ... D'où me viennent ces création? Je puis être n'importe où, soudain c'est là, il faut noter, ou ces suites mélodieuses iront se perdre à jamais. Je réagis peu dans l'immédiat à ce que j'écris, sauf pour de trop rares pointes, mais une fois la situation modelée et ciselée pour publication c'est le relâchement, je goûte enfin sensiblement, intellectuellement et spirituellement l'oeuvre passée à travers moi. A peine terminée je l'oublie. Ne puis répéter un seul mot de ce qu'ai écrit la veille, mais ai déjà en tête les dizaines de plans de rédactions à venir, à traiter en fonction de l'urgence liée à l'actualité. Bref, réitérées congratulations, toujours un plaisir de faire plaisir aussi à un sympathique passant à qui je souhaite mirifique avenir.

Les commentaires sont fermés.