12/10/2009

Ô, TRIBUN STAUFFERUS, Ô IMPERATOR MARIOPOGGIUS, ALLEZ-VOUS DÉCAPITER L’IGNOBLE REINE VICTORIA?

Ô Magnifiques Couverts de Gloire, allez-vous à présent empêcher de nous nuire: la fauteuse de troubles, l’abominable reine destructrice de la Santé et convivialité genevoise? La souveraine du copinage helvéto-franco-belge, ayant contracté en lointaines contrées les services, à bon marché, de moult sbires, appelés à sévir aux plus favorisés postes, imposer dissensions, stress et surmenage, négligence de la qualité au profit de la rentabilité, manière de faire un minimum en paraissant occupé et consciencieux, art d’arriver avec la queue entre les jambes et en un mois de mordre et dominer le territoire, … Reine, principale exterminatrice d’un style de travail « à la suisse » dont la minutie, le souci du soin et le prestige ne sont pourtant plus à démontrer depuis des siècles!?

Sorcière Victoria, instigatrice de l’actuel désastre relationnel dans le domaine sanitaire, catastrophe rencontrée en les couloirs de tous services ou presque, où des helvètes à titres supérieurs sont maintenus au plus bas de l’échelle, sous des ordres fantasques et souvent révoltants, contraires aux recommandations d’instances autorisées en matière d’emploi, finances et santé; Indigènes humiliés sous les ordres farfelus issus de clubs de faux amis et proches, s’entr’engageant à des classes défiant toute logique, clans d’étranges copains copines, pleins de –tu, tu-, (jadis formellement interdits, puis déconseillés, puis juste très mode) à décisions toujours plus répressives et immorales, dépréciant de manière irréversible l’image de la Santé et de la gestion de ressources humaines à Genève.

Alors? Mise à mort immédiate de cette si nuisible monstruosité, reine dévoreuse de dignité, moyens de survie et santé de ses ouvrières? Que désignent vos pouces, ô Césars?

… Ah, bon!? Je comprends! Zut alors, c’est donc si vicieux que cela? Fait exprès pour pousser à la pétée de plombs et pouvoir ensuite réprimer «l’explosé», prendre ascendant sur lui et geler à jamais pareille position de cet adversaire? Je m’en doutais un peu.

Vous ne pensez donc pas tuer, ô Mirifiques Commandeurs Gestionnaires, votre principale poule aux œufs d’or, qui vous offre tel amas de voix, xénophobes ou moins, pareil triomphe! Les empereurs, eux-mêmes, ne peuvent faire à coup sûr ce qu’ils aimeraient, confrontés à certains aspects les plus indécrottables de la fatalité. Mais ils se doivent de protéger le peuple contre les attaques de prédateurs, non de s’allier avec l’assaillant au détriment des intérêts du peuple.

Que Victoria finisse de dépérir en brisant ses martyrs, puisque tel est votre bon devoir, et que la reine fournisse longtemps encore kyrielles de serviteurs, spécialistes en dévalorisation d’autrui, et succès dans la vente accessoire de gilets pare-balles, à votre empire du Mirobolant Combat Genevois. Puissiez-vous pourtant retirer votre grâce!

Ave Imperatores

Alius GNIOMINYUS RAURACUS 

Les commentaires sont fermés.