COUPS DE MASSUE DE LA FATALITE

Grand Jacques, je ne voyais plus que vous, dans ce pays, comme confrère dérangeant vraiment respectable à mes yeux, et je reste mal en point, avec entre les mains la lettre inachevée, interrompue pour « plus urgent », que je devais vous envoyer il y a déjà plus d’un mois.

Merci de tout cœur, Monsieur Chessex, bon voyage et Paix à votre âme. Ma plus profonde sympathie pour vos proches et nous tous, qui souffrons de la perte de si rare talent décrié.

Vous mériteriez, comme le fit le Portugal à la mort d’Amalia Rodriguez, que le pays observe un deuil national de plusieurs jours.

Mais nous sommes en ingrate, citoyennicide Suisse, où les sentiments du peuple n’ont aucune importance, où des islamistes ont parfaitement le droit de travailler aussi sous terre à la quête des secrets de l’anti-matière, et d’influencer la décision, sans tenir compte de l’avis de leurs possibles victimes, de faire fonctionner douteux, imparfait ou sciemment saboté collisionneur, dont les défaillances sont susceptibles d’incalculables, par essence inconnues, conséquences.

Nous apprécierons aussi, au passage, les informations d’Al-Jazeera, observées par mes soins durant toute cette matinée, évitant soigneusement le sujet, se contentant de dire qu’Obama a reçu humblement son Prix, humblement étant mis entre parenthèses.

Objectivité, objectivité. Passez un moment sur ce canal, ça relativise l’actuelle désinformation locale, et vous vous préparerez mieux au genre d’infos qui nous guettent très prochainement avec l’empire Edipress, et ses sbires coupeurs de tête vendus aux thèses radicales d’outre-Sarine. Oui, aussi incroyable que cela paraisse, il y a pire encore sur cette Terre.

Charognerie de merde de noire fin de semaine. Retrouvons le moral malgré tout, si possible. Avec cohérence et courage. Après la pluie …


Ali GNIOMINY

Commentaires

  • Inutile d'envisager que la Suisse observe - ne serait-ce qu'une seule seconde - un deuil national pour l'un ou l'autre de ses artistes. Souvenons-nous de feu Dürrenmatt, à qui le Conseil fédéral à tourné le dos après son discours immense (et ô combien encore d'actualité) à Vaclav Havel. Le grand Friedrich devait ne jamais s'en remettre et trépasser trois mois plus tard.
    L'Helvétie n'est pas du genre à célébrer ses artistes, ça non, ont pourrait même dire qu'elle les enterre.

  • ... Elle les enterre , comme vous dites si bien, fait payer encore pour cela les proches du dépouillé .. de considération largement méritée. Terrible constat, mais ô combien de fois démontré, c'est pourquoi j'en suis arrivé à me dire qu'existe une volonté secrète de briser, ruiner, têtes dépassant du lot, pour saisir immense héritage post-mortem. A observer très attentivement. Image fort explicite de gestion désastreuse de biens liés à la Culture.

  • Pour moi ce serait plutôt une non-volonté de soutenir les têtes dépassant du lot, une non-ambition artistique originelle, par peur pathologique du conflit et des remous que peuvent provoquer les pensées retentissantes et subversives... on évolue dans la litote, ici, et non dans l'hyperbole.
    Et le pire, selon moi, c'est que même de l'éminent héritage post-mortem, ils se moquent. Les bougres.

Les commentaires sont fermés.