09/10/2009

Totalement consterné par le séisme ayant frappé Edipress

De tout coeur avec les victimes licenciées. La main-mise, de certains gardiens des cordons de la bourse sur l'information, n'a pas fini de serrer toujours plus fort les bras honnêtes soutenant, eux, l'image authentique et exemplaire de ce pays, présentée par ces inspirés penseurs; Halte à la rapacité des fossoyeurs de la diversité de pensée!

 

Commentaires

D'accord avec vous concernant les licenciements: cela ne va pas être facile. Surtout que, en plus de la réalité économique actuelle (qui réduit massivement les recettes publicitaires des journaux), se profile la réalité du progrès technologique, qui rend les journaux papier de moins en moins nécessaires.

Même si, pour le moment en tout cas, il n'est pas encore possible de lire un journal en ligne sur un support mobile de lecture agréable (oui, sur le Kindle, mais il ne fonctionne pas partout, et reste encore bien plus encombrant qu'un journal).

Edipresse a sans doute pris un peu trop lentement le virage des nouveaux médias, c'est clair. Je n'en connais pas la raison, peut-être simplement un âge moyen trop élevé du côté des décideurs, pas assez en phase avec leur époque.

Ne reste qu'à souhaiter qu'Edipresse se positionne bien pour la reprise. Et à souhaiter que les personnes licenciées retrouveront quelque chose - même les nouveaux médias ont besoin de contenu rédactionnel, d'analyse, et d'images.


Par contre, sur le plan de la diversité de la pensée, je ne suis pas très d'accord. Je trouve que les produits d'Edipresse sont très semblables dans les idées, hélas.

Écrit par : antoineb | 09/10/2009

Tout à fait d'accord, antoineb, sous le choc je me suis très mal exprimé hier soir, il n'y a pas vraiment de diversité de pensée possible chez Edipress, c'est un fait, ce que je crains surtout c'est que la seule plage existante où des rédacteurs indépendants peuvent dire ce que les journalistes n'ont pas le droit d'écrire, peuvent les soulager ainsi de leur légitime révolte intérieure, soit: ces blogs, risques potentiels d'éveiller le lecteur à d'autres réalités que celle imposée; J'ai bien peur que l'unique support non encore censuré, ou si peu, soit le premier secteur repris en mains, restructuré plus à son avantage par la nouvelle dictature éditoriale. Je ne donne pas cher de l'existence future de blogs gratuits et de genre "éclectique". La liberté de ne pas s'affilier à un groupe de pensée précis est à l'agonie. Des charognards du Savoir semblent préparer la récupération de toutes opinions, non déplaisantes à leur sujet, exclusivement sur des forums payants qui remplaceront les journaux papier. Et nous y perdrons encore et encore de la mobilité d'esprit et du droit de s'exprimer ouvertement dans les limites de l'acceptabilité légale. Au pire ou au mieux alors, les ghettos-forums payants finiront un jour par être aussi désertés que les églises, et l'obscurantisme à but pécuniaire perdra enfin de son prestige.

Résistez, Rédacteurs Responsables des plateformes de blog! Si certains parmi vous sont déplacés ou remerciés, faites le savoir assez tôt à vos ouailles, et que nous toutes et tous, bloggeurs/gueuses, montions alors aux barricades.

Bien à vous.

Écrit par : Ali GNIOMINY | 10/10/2009

Les commentaires sont fermés.