02/10/2009

Poème, dont aime le thème et ses déclics : clique à barèmes

POURRI L'AIR?  L’un gère, rit .. à tri entre as sûr réunis, l’autre en son chant se vautre, sape ailes : ……….

Toute ressemblance entre ce sous-titre et des Personnages ... est totalement illusoire.

 

 

 

SALE O.P. /

Dès qu’endetté

tu n’es plus rien

t’es plus qu’un chien,

t’es lié, spolié,

sans siens, sans biens,

sans liens, soutien,

tu es fouillé au fond de l’âme, t’es souillé,

ad vitam dépouillé;

Dès qu’endetté

t’es pas gâté, t’es bâté, t’es mâté,

t’es ferré, dès qu’endetté,

pestiféré qu’affairés fuient, qui les ennuie,

t’es cas fini, puni à vie,

dès qu’endetté t’es contrôlé,

trop coulé, t’as les crocs, t’es muté, chahuté,

t’as pas à rigoler,

dès qu’endetté t’es racketté,

l’on va t’ôter, le « va-sans-terre », le nerf de ta guerre

pour impôts-placebo … de naguère,

t’ôter sabots, ton pot, ton pain, gourdin ? … tes nabots de jardin,

dès qu’endetté t’as qu’à t’accoutumer,

t’as qu’à ta caque accidentelle humer,

te taire, ou ne faire dans la dentelle aimée,

dès qu’endetté t’es guetté, décoté, t’es plus lu,

plus lumineux, t’es miteux, t’es gâteux,

dès qu’endetté t’es plus porté, t’es tétanisé, t’as tort, t’es mort,

t’es sans visées, atomisé,

dès qu’endetté t’es la risée, t’es plus autorisé, plus titularisé,

t’es, en chasse, sans classe tiré,

dès qu’endetté t’es dérouté, t’es viré, débouté, retiré de Société,

et d’éhontée communauté,

dès qu’endetté

t’es dépité par députés, députés .. choqués moqués coqs

qui te provoquent,

dès qu’endetté t’as plus de soc

à la charrue de ton époque,

dès qu’endetté t’es nu, tenu hanté par lourds, par gourds, par sourds

qui te la bourrent,

dès qu’endetté t’es plus à jour, t’es à la nuit,

t’es toujours fui, t’es plus qu’un pleur,

dès qu’endetté tu fais peur, c’est tout,

surtout si de surcroît tu es le roi des rappeurs irrités,

le pape du rap,

dès qu’endetté tu décapes

mais t’es pas cap…, dès qu’endetté, de dégotter

un gras contrat,

dès qu’endetté t’as pas de gros bras

et l’on dit, étourdis,

que t’es dans de beaux draps,

dès qu’endetté: pas de sparadrap,

tout à sec, sans détours,

tout dans le bec des vautours,

dès qu’endetté t’es fâché, mal-léché t’es lâché, t’es caché,

ne récolte que révolte,

dès qu’endetté tu n’as de Colt ni de fusil

mais bousilles l’appétit de tout petits saisis,

dès qu’endetté t’as tes atouts, ta poésie,

et dès que ces mecs t’ont lu, t’ont réhabilité,

dès qu’ont cessé débilités d’habilités à édicter

t’es l’élu, encensé, t’as plu, ne vas plus danser,

dès qu’hors dettes, tu en jettes et tu vibres, dès que libre,

t’es Poète et t’amuse sans ruse, ne t’entête ni n’accuse,

dès qu’hors dettes t’es fort bête et t’oublies affaiblis?

Que nenni ! Dès qu’hors dettes, plus bannie,

ta tête a appris, des sensations de privation ton esprit a pris la direction

qui s’entiche des riches acquis de pastiches;

Dès qu’hors dettes tu t’en fiches?

Non, tu ne triche, ne déniche plus potiches élus

ni ne dénonce, en coups de semonce, leurs leurres et négligences;

Mais ne déconne, tu ne détonne : tu les sermonne,

jamais n’oublie qu’à l’établi ils t’ont plié, scié, lié et oublié,

et tu t’en moques sans équivoque,

dès qu’hors des dettes honnies, lors, ta quête aux têtes est finie

 

 

Ali GNIOMINY

Commentaires

TITRE D'AVANT-HIER QUI APPARAÎT TOUJOURS EN LIEU ET PLACE DE CELUI RELATIF AUX BILLETS SUCCESSIFS, A ECLAIRCIR SVP, ORDRES SUPERIEURS? BUG? MERCI A M.MABUT POUR SA FUTURE REPONSE

Écrit par : Annie DEKRAB | 02/10/2009

Les commentaires sont fermés.