GENEVE BERCEAU DE TOUTES LES MENDICITES

 De retour à Genève, en trois heures en ville je suis abordé plus de fois par des mendiants qu'en quatre mois passés au Brésil. Et croyez bien que j'exagère à peine. Quoi d'étonnant à ce fait? A voir la rapacité et l'absence de scrupules caractérisant les diverses Directions financières genevoises au détriment des citoyens du canton, l'exemple est trop tentant pour qui vient de l'extérieur et n'a qu'à imiter cette mendicité étatisée; Rester inactif, incompétent, opportuniste, misérabiliste, parasite et pousser autrui à donner à sens unique, sans aucun espoir de partage correct. Triste constat. Résultat d'une politique d'accueil et surfaite générosité désastreuse, ne servant qu'à tenter de préserver une image d'Epinal que la Suisse et Genève tout particulièrement froissent un peu plus chaque année, en tolérant jusqu'à l'inadmissible pour finir par réprimer de manière ridicule. De grâce, je vous en supplie à l'instar des troupes d'agenouillés en ville, un peu de mesure et d'équilibre dans l'administration de cette Ville et ce canton!

Commentaires

  • L'Image d'Epinal de Genève est désormais visible dans ses musées. La mendicité, les incivilités, les vols et bagarres au couteau, la saleté, les nuisances sonores nocturnes, les conflits entre auto/vélos exarcerbés par une politique axée sur la mobilité douce de la Ville et du Canton, la pénurie de logements sauf sociaux ou pour achateur fait que le logement intermédiaire n'existe plus poussant certaines catégories de citoyens hors des frontières cantonales, les chantiers certes utiles qui n'en finissent pas et ceux qui sont acceptés mais pas encore commencés pour cause de blocage, référendum (CEVA, PAV, Cornavin...), les infrastructures ferroviaires et autoroutières en sous-capacité, un aéroport bientôt saturé, un prison surchargée pleine de dealers, voleurs, cambrioleurs venus du Sud et de l'Est,... Bref en plus de 5 ans, le paysage genevois au quotidien s'est largement dégradé. Nous les citoyens nous ne sommes pas écoutés car chaque fois des ardents défendeurs des droits de l'homme issus de la gauche plurielle nous clouent au pilori en nous traitant de racistes, xénophobes ou fascistes...La liberté de pensée et de parole est toujours unilatérale. les valeurs de travail, loyauté, d'effort, le pragmatisme font désormais du passé à Genève.

Les commentaires sont fermés.