« 2009-01 | Page d'accueil | 2009-05 »

20/02/2009

U.S. YODEL - Obama aux Bahamas -

U.S. YODEL

 

 

Obama,

 

aux Bahamas,

 

n’a Nassau

 

pris d’assaut;

 

Obama bat Mao,

 

au bas mode des prix

 

des hauts bahuts banni,

 

Obama, au bas mot, bat Mao;

 

Et, mobbé, Obama obéit au pays,

 

manie nid des pions;

 

Obama, l’âme aidant

 

le fi(l)on;

 

Fions-nous à noueux long et gras bras donneurs,

 

pas véreux, pardi,

 

dirigés vers « pervers »

 

heureux paradis;

 

Obama mue, ruse,

 

n’amuse plus,

 

mais Obama n’est Mobutu,

 

ni né: Desmond ….

 

ni même Bond;

 

Obama fort de trop de mots, d’intox et torts,

 

n’a de cesse, sans doute, à Fort-Knox

 

de casser croûte du plus concret, voilé,

 

de tous les secrets les plus fous:

 

ce vieux,  silencieux, recensement de l’aimant lieu

 

débarrassé d’or du passé de désossée, en détresse BNS,

 

sans fouilles dépouillée par rares frustres depuis des lustres;

 

Obama ces rats balaiera, et ramassera ma ration,

 

la remettra à Sa nation?

 

Non, Non :

 

Obama rit, n’est pô pourri,

 

ne dérape, s’en tape les cuisses,

 

restituera ce qu’il pourra aux suisses,

 

argent des gens que rapaces, las, ont détourné,

 

au détriment du contentement, du mieux d’aïeux

 

bernés, dont descendance peste et reste sans finances

 

ou presque, ou si grotesque.

 

Obama Mao bat,

 

des hauts bahuts banni,

 

Obama mord et punit, lors.

 

L’as Obama aux Bahamas

 

va se rendre

 

et prendre

 

Nassau d’assaut bancaire

 

précaire.

 

Yes with Care!

 

Obama manie des lois la férule

 

et honni soit qui n’a de pendule.

 

ALI GNIOMINY

16:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

13/02/2009

UELLI : LEGALITE

Ueli Maurer, patron de la Défense du pays n’a presque rien à voir avec l’Opus Dei, dit le démenti timide, en nonos au gratos jeté;

 

Ah, se hâter de rebondir sur bourdes sur bourdes journalistiques devient un tic bien peu pratique, pour un tour d’horizon de la Raison faire, avant de ne taire les scandales décevants de vandales dirigeant : parfois de bonne foi : Efforts et Volonté populaire vers vérités fort arbitraires.

16:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

09/02/2009

Combien de ceux ayant placé Ueli Maurer au Conseil fédéral savaient qu’il était adepte du formatage obscur de l’Opus Dei?

Ueli Maurer, patron de la Défense du pays a quitté paraît-il l’Opus Dei; Encourageant, mais quelle ingratitude de sa part envers la secte surpuissante qui place facilement ses assujettis aux plus hauts postes du monde. Et l’on s’étonne après ça que de cantonaux menus conseillers d’Etat soient également souvent formatés pour la pratique de l’exclusion, de l’élitisme et la contrainte, comme dénoncé dans la plupart de mes articles ci-dessous?

 

Pour rappel concernant l’Opus Dei, ce passage tiré du Courrier du samedi 17 Novembre 2007, article de RACHAD ARMANIOS  

 

Les corrections fraternelles



C'est un euphémisme. Très vite, Véronique Duborgel découvre les «corrections fraternelles» –aussi dit «conseils charitables»–, pour avoir croisé les jambes à la messe ou montré de la détresse à l'idée qu'elle aurait pu sauver le bébé d'une amie... Ce sont les opusiens eux-mêmes qui dénoncent les écarts des autres membres aux «directeurs spirituels». Quand le vôtre vous sermonne, vous devez l'en remercier... L'auteure décrit un climat de délation, inquisitorial, totalitaire, déshumanisé. L'esprit critique est annihilé par un véritable lavage de cerveau, la personnalité formatée par la doctrine. La figure fondatrice de Balaguer –dont la statue trône au Vatican– est idolâtrée, le monde extérieur méprisé. Toute contestation est ainsi étouffée par l'isolement psychologique, affectif et social. Mais aussi par un agenda surchargé par les prières, réunions et autres devoirs prosélytes. Sans compter la paranoïa de l'image de sainteté que tout membre de l'OEuvre doit donner: quand la directrice spirituelle inspecte le foyer de la ménagère, le moindre grain de poussière devient faute impardonnable.

 

Note : Véronique Duborgel, Dans l'enfer de l'Opus Dei, 185 pp., Albin Michel.

15:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

All the posts