« 2008-12 | Page d'accueil | 2009-02 »

28/01/2009

LE PARTI RAILLEUR D’EXTREME-CENTRE RECOMMANDE DE VOTER -p’têtr’bein qu’oui p’têtr’bein qu’non mais pas sûr-

Ali GNIOMINY, commandant incontestable du P.R.E.C. vous invite à opter sans hésitation pour la meilleure manière de voter, qui est la sienne:

 

Depuis des semaines et jusqu’au 5 février, il convient de s’abreuver à plein temps, sur tous supports politicomédiatiques  existants, des vains messages mensongers diffusés, tant de ceux vantant le béni-OUI-OUI que de qui, ayant les foies mais tout compris, prônent le Non à la bile latérale.

 

Vous aurez préalablement pris grand soin de fourrer votre bulletin de vote postal au fin fond de votre cave, à l’endroit le plus péniblement accessible. Ce qui vous empêchera, à chaque fois que vous terminez de lire une propagande pour le OUI ou une autre pour le NON, de vous précipiter rageusement sur le bulletin et d’inscrire vite OUI, ou de briser votre stylo en poignardant NON avant de changer d’avis.

 

Le problème est qu’il faut ensuite poster ce risque d’avoir plutôt opté pour Charybde que pour le choléra, et gniarkgniark, vous pouvez scratcher l’enveloppe en milliers de frustrations d’être grugé, berné de tous côtés, et voter le 8.2  au Bureau du quartier … à la hâte de la dernière seconde, tempes dégoulinantes, vous mettrez alors …

 

Minuscule Suisse esseulée s’abaissant pour chaque vitale requête incontournable à supplier le vote de 27 Etats, dont Roumanie et Bulgarie ricanant qui s’amuseront à refuser d’emblée?

 

Ou repliée résistante fière Suisse, ayant en mains repris contrôle du bon vrai sang irrigant chœur des entreprises, ayant mis enfin le holà à l’exagération en matière d’invasion frontalière, réussi à recentrer le pays vers plus de privatisation, liberté d’entreprise et concurrence locale, plus de ferveur à retrouver une Morale basée sur la sélection naturelle plutôt que la ruine par faute d’aides démesurées à tout va?

 

Votez      . . .    mais, de grâce, à la dernière seconde, n’ayez pas un blanc!

 

Ali GNIOMINY – Commandant Maximal Poète baroudeur à grand cœur, dit « plus culotté, à cul ne botter, qu’un Voltaire qu’on ne fait taire » -

16:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

26/01/2009

ALLOCATION VIE CHERE 2008 SAISIE PAR L'OFFICE DES POURSUITES

POUR INFORMATION ET CERISE SUR LE GATEAU POURRI QUE DENONCE L'ARTICLE QUI FAIT SUITE A CELUI-CI

Donnant entière satisfaction dans l'emploi nourricier que j'exerce depuis plus de 20 ans, alors que je gagnerais la même misère (minimum après saisie) en me faisant entretenir par le Social, je viens de recevoir ma fiche de salaire de janvier 2009. L'allocation vie chère 2008, se montant à près de 800.- m'a été intégralement saisie par l'office des poursuites.Ceci alors que ce minimum létal scandaleux, dit vital, ne change pas pour 2009 dans cette Ville où le pouvoir d'achat est de 8'000.- de moins que dans d'autres cantons.

 

 

Et l'on m'affirme déjà qu'il n'y a pas d'infraction en la matière. Evidemment, cela ne vous concerne pas, pourquoi vous mêleriez-vous des soucis d'exclus fabriqués par certaine économie publique dont vous-même profitez? Au moins vous voici informés de la notion d'équité et d'égalité en pratique à Genève et sûrement ailleurs aussi. Dommage que noirs ou blancs ce pays soit pareillement envahi par les moutons.

 

16:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

23/01/2009

VILLE DE GENEVE, 2'739'726.- PAR JOUR FLAMBES EXCLUSIVEMENT ENTRE AMIS ET FRERES ENNEMIS, TOUS FERVENTS ADEPTES D’OMERTA A PERPET

Ai-je bien entendu et vu ce qui sembla créer comme un léger froid, mercredi soir, parmi les manipulateurs de fric de la Ville de Genève, gesticulant sur Léman Bleu? Un UDC révélant que le budget de la VdG est de 1 milliard de CHF ?!! Autrement dit, alors que la Banque du canton a froidement refusé tout arrangement, il y a trente ans, suite à un accident m’ayant fait prendre un peu de retard dans ma mensualité, que cet établissement m’a sciemment précipité sans retour dans l’enfer des dettes, enfer entretenu ensuite par les Contributions publiques à sens unique, principalement, et grâce à la campagne de dénigrement lancée par la culture élitiste locale et la volonté de nuire à mes intérêts affichée par le Département des Institutions,  j’apprends qu’il se dépense, rien que pour le budget de la Ville : 2'739'726.- par jour à Genève … POUR QUI ? POUR ACHETER QUI OU QUOI ? POUR QUEL RESULTAT AUTRE QU’UNE DETERIORATION GENERALE OBSERVEE, DUE A L’ABUS NOTOIRE DE COPINAGE BATTANT TOUS LES RECORDS?

 

Une génération, donc, de guignols surpayés au « service » d’Etat ou de Ville (c’est kif-kif bourricots),  s’entredéchirant chaque semaine dans le but de décider comment répartir par exemple les 300'000.- minimum qu’il me manque pour dépasser un jour le minimum létal jeté en contrepartie de mes services au public donnant toujours entière satisfaction, 300 tickets vitaux (me permettant enfin d’exercer mon véritable métier d’artiste) … que la caste politique bigarrée m’a déjà volés en saisies, sans que jamais je ne reçoive le plus petit soutien pour mes talents d’exception, honorés unanimement partout et de tous bords, sauf en ce fief du racisme anti-non-genevois.

 

Car, ne l’oublions pas, j’ai le malheur d’être né jurassien, accidentellement dit bernois d’origine, et la haine du genevois contre le bernois est aussi tenace que le dédain du nanti du bout du lac à l’endroit des soumis non-pistonnés qu’il ruine impunément. Argent servant, contre mon gré et toute logique, à entretenir des routes dont je me passe, n’ayant qu’un vélomoteur et demeurant amateur de cross, à financer des spectacles auxquels la spoliation de mes revenus m’interdit d’assister, à consolider ces temples et illusions décevantes à la gloire de ce qu’Einstein déjà appelait – la pire preuve de faiblesse humaine, ce concept puéril d’un Dieu-; Plus grave encore à une époque où Son représentant pour la Chrétienté est l’ex-Inquisiteur, fut soldat des jeunesses hitlériennes, qui réhabilite tout naturellement ses proches,  intégristes d’Ecône et/ou négationnistes, et prêche profonde homophobie, (du moins d’apparence), presque aussi virulente que celle caractérisant le  pastorat genevois;

 

Fric public détourné servant ainsi, pour ce qui reste après déduction de kyrielles d’inutiles hauts salaires, à un enseignement lamentable, trompeur et indécent formatage d’esprit heureusement en chute libre, ayant perdu de son poids face à la réalité extérieure à l’obscurantisme scolaire, vérité primant sur tels principes obsolètes à résultats catastrophiques prouvés, malsains concepts toujours dispensés à grands frais;

 

Fric encore extorqué dans le but d’enrichir les sbires de la reine des escroqueries et des  mises en danger de la vie d’autrui, l’inhumaine Victoria, officialisant profonde discrimination, s’étant soudainement entourée d’une flopée de planqués serviteurs, d’emblée gratifiés de classe supérieure à 20, issus en bloc de francophones contrées du nord européen; Reine impitoyable de partialité, exigeant l’impossible tout en diminuant régulièrement la pitance jetée aux vieux chiens de garde, seuls à travailler réellement à la protection du royaume, au lieu de les récompenser, afin qu’ils demeurent rageurs et méchants, ce qui « autorise » alors à les maîtriser de force, et paraître dans son bon droit. Principe même de toute forme d’assujettissement, forcément immoral. Reine, quoi qu’il en soit, dont je ne donne pas cher de la tête dans les mois à venir, juridiquement et médiatiquement parlant.

 

Argent dilapidé pour quoi encore, qui ne me concerne aucunement, ou dont je renie l’authenticité de la bienfaisance? Les parcs et promenades? Le Service d’entretien de la légendaire propreté apparente de Kalvingrad?  Maudet soit celui qui par deux fois reçut le célèbre poème « Sentier des Sa.les » (voir archives du blog) sans concrets résultats, et paix à l’âme de celui que j’irritai en premier pour cause de polémique déclenchée au sujet d’un hamburger de bronze fantôme, lauréat de prix genevois UBS-Mc’Donald’s de sculpture, magistrat qui importa pour faire joli tellement d’allergisants arbres du Japon; Sinon rien à dire, d’accord pour entretenir ce Service par mes contributions.

 

La Sécurité? Idem. En dehors de quelques brutes épaisses employées à exécuter aveuglément les décisions souvent irrationnelles de l’actuelle justice à deux vitesses, qui ne méritent pas mon appui financier, j’accepte qu’une part raisonnable de mes impôts revienne à la Police; Eh oui. Quelque peine à me croire? Et pourtant: N’ai jamais eu personnellement à me plaindre vraiment à son sujet, petite bisbille d’expertise de boguet ok à repasser par faute de perte de preuve en les bureaux de gabelous, mais au contraire, plutôt sympas et serviables ces derniers, lorsqu’ils savent pertinemment que l’on est non violent et foncièrement bien intentionné, n’a à cacher que quelques joints et ces idées si anticonformistes qu’intéressantes que tous fonctionnaires adorent en secret, savent être si justes qu’elles les priveraient vite de leur emploi nourricier s’ils les approfondissaient un peu trop. Argent encore que je verse volontiers pour les pompiers et sauveteurs en général, même pour l’armée, si la gestion de ses dépenses est sérieusement votée et contrôlée par le civil, mais plus pour entretenir de méprisants roitelets me diffamant par dévalorisation systématique et calculée, portant gravement préjudice à mon intégrité et mon honneur; Gibiers de potentat .. édiles d’Etat ou/et de Ville (l’artificielle séparation ne servant qu’à brouiller savamment les pistes et faire faire du ping-pong administratif) qui auront un jour à répondre devant l’Histoire des conséquences de leur prévarication, leur absence de compétences, logique et volonté d’aider vraiment, principalement en matière culturelle, philosophique, juridique, sociale et pécuniaire.

 

L’étranglement financier à perpétuité que m’infligent tels rapaces ne tardera à lacérer le tissu de mensonges brandi si haut, sur lequel miroite l’image d’une ville riche, accueillante et bienveillante. De Grâce, élus actuels, cessez ce massacre, parvenez à dépasser le clocher sans esprit couvrant vos rituels à la gloire de l’esclavage économique, avouez la Valeur reconnue et réhabilitez au plus vite le plus rare, sans doute, des spécimens de poètes hors-normes et époques; Ne suffit pour dédommagement que l’immédiate annulation de toutes ses prétendues dettes auprès de créanciers officiels, dont la Moralité est visiblement plus que douteuse, et de l’achat de l’une ou de plusieurs de ses créations, pour que Genève soit enfin louée et chantée à jamais comme il se doit, (excepté eu égard à l’incident de trente ans de descente aux enfers à tort infligés par cette Cité à si peu rancunier compositeur … définitivement à sa juste valeur récompensé).

 

Que les décideurs concernés de Genève s’extirpent au mieux et au plus vite du profond ridicule que présente au monde cet acharnement à tenter de m’ignorer, en tous cas de me nuire en silence, d’empêcher que je ne m’exprime sur plus sereins sujets, de me maintenir en qualité de rageur chien de garde à minable ration, inchangée depuis plus de deux décennies, mais sur lequel mâtin sans cesse augmente la pression, lors que diminue l’espace, même l’eau depuis peu, l’humanité autour de lui, tous ces menus « privilèges » qui aidaient le cerbère vieillissant à tenir, forcé à grogner fort mais pas trop, à taire encore ses plus fondés aboiements, pour survivre au jour le jour en l’univers des carnassier du business public genevois.

 

 

Et dire qu’à chaque fois, depuis des lustres que j’écris et décris strictement la même chose, sous d’autres mots mais sans changement de situation, je suis sûr que c’est la bonne, que le cauchemar est passé, que jamais plus n’aurai à lutter contre légitime colère que m’inspirent, entre autre, 2'739'726.- par jour dans cette ville, investis pour bonne part au bénéfice exclusif de lamentables foutaises, alors que quatre heures de cette journée suffiraient à sauver l’honneur de Genève et à me délivrer de l’intolérable  injustice des saisies ad-vitam, pour arbitraire imposition au profit d’Etat malfaiteur et de Ville complice; Entités ne pouvant ainsi plus jamais dire qu’elles ne savaient pas, ignoraient l’évidence: Que l’on s’étonne à présent de partout que pareille verve s’encanaille à dénoncer, alors qu’elle est offerte par la mathématique musicale poétique de la Conscience omnipotente pour répandre le mieux-être et la joie, pareillement dans le cœur d’autrui qu’en son for intérieur, et non pour être réduite à l’état de crachats sur infâme brouet servi par collégiaux faux moralistes depuis trop de décennies.

 

Quatre heures de Justice, pas une Minute de plus.

 

Ali GNIOMINY

18:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

20/01/2009

VA-T-IL CASSER, LAS, BARACK ?

… le fil de toute vie ? Ce que semble carrément suggérer TF1 dans son (stupide ?) commentaire de l’arrivée des invités  à l’investiture, à laquelle j’assiste en direct. Il est bien précisé que le N° 2 a présentement le doigt sur le bouton nucléaire pour parer à toute attaque. Dit à la sauce Orson Welles, j’ai pensé comme tout spectateur sans doute que c’était arrivé … avant de réaliser qu’il ne s’agissait que de probabilités bien pesamment exposées. 

 

17:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

18/01/2009

PLUS DE POETE SUISSE DRESSE CONTRE LE POUVOIR DE L'ARGENT APRES CHAPPAZ ?

DROIT DE REPONSE A MME GERALDINE SAVARY

Quel écrivain, quel poète, en Suisse romande, sait-il encore s'indigner? Chappaz est un écrivain sans héritier! Demandez-vous et affirmez-vous, Madame Savary, dans l'édition du Matin 17.01.09.

 

Pathétique, que cette manie de ne jamais vouloir voir de successeur à un artiste local sortant du lot des valets de l’helvétique prescrite glorification.

 

Telle provocation est franchement insultante et diffamante, en regard des milliers de poèmes et prises de positions d’un poète majeur contemporain, ayant depuis 30 ans dû cesser de chanter son pays pour dénoncer les méfaits de sectaires, du genre politique ou religieux, détruisant l’image de la Suisse à l’étranger en s’acharnant à censurer, passer sous silence des idées et/ou œuvres anticonformistes d’exception, qu’applaudissent et honorent de renommés critiques hors frontières; Hésitant toutefois encore à les intégrer dans leurs commandes littéraires, au vu des bouleversements que ces écrits provoquent sur les esprits étroits encore immensément majoritaires, mais sachant quel trésor s’accumule en secret, et ce au détriment de son auteur et légitime spolié propriétaire, patrimoine sur lequel il suffira de se ruer dès qu’aura crevé le génie en question pour en tirer un maximum.

 

Donc, svp, Mme la jeune socialiste Géraldine Savary, ignorant vraisemblablement à quel point le parti socialiste suisse fut complice du radical, précédant l’UDC, pour me scier, discriminer et empêcher d’accéder ici et en partie ailleurs à méritée notoriété, à peine avais-je eu le malheur d’exposer les formidables hommages manuscrits que me faisait parvenir en 1988 M. François Mitterrand, Madame Savary, je ne puis que vous conseiller très vivement de découvrir comment cette omerta se perpétue à mon encontre en parcourant la totalité de mes articles et poèmes, l’ensemble des pages, pas toujours pareilles, sur l’un ou/et l’autre blog,

 

http://barondecuir.blog.tdg.ch ou/et http://webeyes.romandie.com

 

Vous découvrirez sans le moindre doute, à la lecture de cet impressionnant minuscule aperçu de l’ensemble de mes œuvres, non point un successeur ou héritier de Bouvier ou Chappaz,  mais l’un de leurs prestigieux contemporains, depuis plus d’une génération susceptible au minimum de les égaler en valeur philosophique, poétique, ethnologique et artistique. Poète du terroir, et baroudeur, humoriste et critique cinglant mais juste, bien vivant, considéré sur plusieurs continents comme un véritable prisonnier politique du potentat genevois, surdoué condamné jadis au plan fédéral pour téméraire plaideur, contraint de se protéger encore derrière divers pseudonymes: Denis Vaussur, Ali Gniominy, Germain Tenant, Aimé Prisé, Wallace-Horace Kilmérit, etc etc mais prêt à se dévoiler, une fois destitués les bêtas bloquant … et radicaux trop libres qui, de concert, lui pourrissent la vie et détruisent la santé … ou autres extrémistes de droite au pouvoir en Suisse, alors que le pendant allemand de leur parti le NPD devrait être bientôt … ou est déjà interdit, en tous cas de toute voix au parlement.

 

Ainsi, chère Madame Savary, une fois décortiqués les différents niveaux de sens et jeux subtils de mes écrits, goûté à la mathématique musicale de ma poétique, alors que vous serez revenue sur vos propos déplacés au sujet de l’absence d’une continuation ascensionnelle de l’Authentique Pensée Suisse, après Ramuz, Chappaz .. qui sait si vous ne deviendrez l’une des quelques 50 privilégié(e)s au monde disposant d’un ou plusieurs manuscrits de mon crû, variant de 70 à 120 pages et si ne goûterez au nectar de -Castigat Mores Ridendo- ou –Tueurs de gages ou que m’a coûté Tonton- ou –Vénérable et l’ordurière condition d’un intouchable sous tyrannie alpine- qui n’ont pas fini de créer des remous séculaires.

 

Ce droit de réponse est transmis à nombre d’observateurs de renom. Très modestement vôtre.

 

Ali Gniominy

 

16:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

14/01/2009

UNE GRANDE DAME DE JOIE REPOSANT AUX COTES D’UN SINISTRE INTEGRISTE?

Une méritoire putain crée polémique post mortem; Ses restes seront-ils transférés au cimetière des Rois?

Question saugrenue! Flagrant paradoxe genevois. Cet endroit mortuaire est bien suffisamment malfamé pour que Madame Griselidis Real s’y sente à l’aise. Pour preuve?

Citons, ne serait-ce que ce dangereux fanatique, dont l’esprit malade hante encore par trop ces lieux, cet épouvantail de rigueur dont certains auront l’impudeur de fêter les 500ans ce 10 juillet 2009, ce fondateur de l’Etat théocratique de Genève, toujours en place mais plus discrètement, crétin de chrétien banni de Genève pour rigorisme excessif en 1538 et rappelé pour y mieux vendre et voir brûler Michel Servet et 33 autres dénoncés + 13 pendus + 10 décapités. Au nom de principes proscrivant entre autre toute hiérarchie, et surtout Prédestination absolue des élus. D’où le légendaire copinage excessif en vigueur à Genève, l’organisation de coûteuses et honteuses commémorations et, par-dessus tout: l’exclusion systématique et définitive, par sournois empêchements financiers, de tout opposant à la doctrine imposée. Reposez en Paix, bien chère pute.

15:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

All the posts