ECOEURE PAR LA TIMOCRATIE SUISSE

Ecoeuré par l’intégrisme actuel porté sur piédestal par la timocratie suisse, je constate que le fondement des thèses justifiant, dans les années 30-40, l’exclusion de certaines populations déplaisant aux tarés puissants, et la répression aveugle pratiquée contre ces non calibrées, que ces principes populistes ayant mené au chaos passé ont à présent déteint sur une majorité de crétins, crachant impunément sur tous devoirs de Mémoire.

 

 

Ainsi, est de retour l’époque où se placent (sont placés par ruses grossières) au sommet du Pouvoir ou presque: de peu scrupuleux tondeurs de moutons noirs ou autres xénophobes multimillionnaires, à 60 ans de la Déclaration des hypothétiques Droits Humains.

 

 

Sont revenus les temps où les médias appellent à la délation, où les victimes sont achevées plus que soutenues. Ainsi « l’on » vote allégrement pour que persiste une vente mafieuse incontrôlée de produits consommés qui, au lieu de rester toujours l’herbe du terroir, autorisée et employée à titre médicinal depuis des millénaires, devient résidu trafiqué par profit, détruisant de ce fait réellement la santé d’un énorme pan de la population, qu’un peuple berné refuse d’aider de manière coordonnée par une vente légale sous strictes conditions.

 

 

L’on se doit aussi de conseiller aux pédophiles de surtout tuer leurs victimes, l’assassinat étant prescriptible, lui.

 

 

L’on applaudira de circonstance à la hausse du prix de ce tabac que l’Etat suisse, censé protéger ses citoyens, a tellement présenté comme indispensable à tout mec qui se respectait dans les années 70-80, fidèle au monument économique national (Burrus) à vénérer. Une ou deux générations de dépendants à cette saloperie, dont je fais partie, sont doublement trompées, décimées puis punies année après année, par châtiment financier pour avoir voulu imiter et se coincer dans un peu de cette contenance, que prescrivait l’image diffusée alors du suisse à pipe, du banquier rougeaud à cigare, du brave paygot clope au coin du bec ou du soldat au repos. Bravo et merci encore pour le concept majoritaire de l’enculée à répétition présentée comme juste, la fin justifiant le manque de moyens des victimes.

 

 

L’on appréciera  au passage qu’il existe au moins un fumeur, vous écrivant, à qui ne viendrait à l’idée, ne serait-ce que par simple respect d’autrui et de soi-même, de fumer dans un lieu fermé. Amis spoliés fumeurs, svp, un peu de civilité itou dans ce monde de bêtes.

 

 

AVS? Interdiction aux fabricants et livreurs d’haltères de prendre leur retraite avant l’heure, ce serait un poids trop lourd à assumer par la collectivité. Logique du peuple berné amené à se désintéresser, puis moquer du décompte formel des véritables avoirs suisses, de l’exact équivalent-or, sa destination et chronologie, de l’utilisation de ce qui lui appartient; Ce qu’il lui appartient de gérer pour son mieux-être individuel et collectif ici et maintenant, et non, forcé, de laisser  en mains sales de prédateurs spéculateurs Conseillers actionnaires assureurs banquiers politiciens, traficotant impunément le fruit extorqué du labeur d’autrui. Stop à trop d’Etat, certes, mais stop surtout à trop de tas de parasites politiciens petits copains conservateurs demeurés, s’imposant entre le citoyen et ses libertés fondamentales en hurlant au loup, pour mieux dévorer biens et âme des brebis affolées, et mener le troupeau sûrement vers le gouffre des conséquences connues de l’abus d’intolérance.

 

 

Amen et Félicitations, la politique helvétique actuelle permettra aux historiens de tirer de jolis parallèles générationnels sur les pratiques honteuses en vigueur à diverses époques, dans une timocratie clanique souillée par pareille prétendue majorité de votes infamants. Forçons donc (c’est tendance) les suisses à voter et découvrons alors la véritable majorité et volonté suisse, faite des non récupérés par prosélytisme de partis, bistrots ou chapelles, modérés abasourdis en masse, après coup, par les absurdités qu’il est possible de faire légiférer lorsqu’on s’y applique à plein temps et moyens, en jouant sur les bassesses, la cupidité et la crédulité des benêts électeurs. Ecoeuré. Prisonnier politique suisse de souche, assigné à résidence sous privations par absence concertée de finances, institutionnellement extorquées en le but de mener politique fascisante, cherche asile en un pays humain.

Commentaires

  • La beauté du système blog, c'est que chacun peut y exprimer ses rancoeurs et ses
    aspirations, et c'est bien ainsi que doit fonctionner une démocratie. Chacun peut y lancer le bouchon aussi loin qu'il veut. Si un quidam pense que la Suisse mène un politique fascisante, il a ses raisons qui ne sont pas toutes mauvaises. Sauf que cette politique est contrée par des forces inverses qui ont leur mot à dire. Et ça aussi, c'est la démocratie.
    Seulement, il faudrait que ces virulences s'exprimassent dans un français accessible et obéissant à une syntaxe élémentaire. Le français de barondecuir est abominable, il part dans tous les sens et il doit être le seul qui comprenne exactement ce qu'il a sur le coeur. Je prends un seul exemple pour faire court:
    que diantre peut vouloir dire 'assigné à résidence par absence concertée de finances institutionnellement extorquées...'? Monsieur le baron veut-il dire qu'il paie trop d'impôts et qu'il voudrait s'expatrier? Qu'il le dise en termes clairs et grand bien lui fasse! Le taux fiscal des îles Caïman est paraît-il très favorable...

  • Aussi loin qu'il LE veut .. de préférence, et un politique fascisante? .. quel abominable billet, de la part d'un Lettré donneur de leçons et hâtifs jugements, n'ayant pris la moindre peine de découvrir plus loin dans le blog les nombreuses descriptions d'une situation justifiant largement cet adroit: 'assigné à résidence par absence concertée de finances institutionnellement extorquées...' Tournure prenant tout son sens en regard de certaine omerta, et campagne de dénigrement me laissant si ruiné que je n'ai plus du bas rond-de-cuir que la plume, dont papa n'a pas pu me payer durant dix ans des leçons d'usage, Dieu merci; La notoriété de ma syntaxe m'a depuis trente ans permis, hors frontières étriquées, de récolter quantité de félicitations et honneurs, n'en déplaise à certains fâcheux. Et je le répète, je laisse les corrections à qui les méritent, ai d'autres préoccupations bien plus importantes eu égard à la teneur de ce qu'exprime .. que les formes obsolètes imposées. Surtout lorsque je me défoule sur blog, fatigué après des heures d'intensive production artistique et sociale. Mais, merci à vous cher détracteur d'avoir essayé vous aussi de me ruiner par dévalorisation publique de mes talents, vous apportez votre pierre à l'édifice branlant de la critique idiote.

Les commentaires sont fermés.