LEGALISONS L’INTERDICTION DE TROMPER LE PEUPLE DANS LA PRESENTATION DE CERTAINS SCRUTINS …

…VISANT POUR EXEMPLE A PERPETUER LA PROHIBITION, LUCRATIVE POUR CEUX QUI LA PRATIQUENT AUTANT QUE NUISIBLE POUR LA SANTE PUBLIQUE, DE L’USAGE D’UN PRODUIT NATUREL DU TERROIR.

 

Dès les premières pages de ce blog, déjà consistant, je vous ai largement expliqué mon point de vue de quinqua ne les paraissant pas, finalement assez bien intégré, fumant son joint chaque jour depuis 38 ans et contraint par l’imbécillité de trop bien-pensants, extérieurs au « problème », à risquer sa vie mensuellement, en se commettant en pleine ville avec la faune anonyme des petits dealers de mauvais à dangereux shit,  démesurément cher, dans le but d’acheter sans implication dans le milieu un efficace calmant et régulateur de l’humeur, que j’emploie seul à mon domicile et bon escient, qui me permet de passer des heures entre deux joints sans toucher à une cigarette, rester plus lucide et actif, attentif et prudent que la plupart des haineux réfractaires à toute pollution interne, excepté leur gnôle; Ne ressens aucun besoin tabagique, alors que j’en grillerais cinq au moins dans le même temps si je n’avais de cannabis. Je ne fume jamais le matin, peux passer plusieurs jours sans même y penser, déconseille à tout le monde de fumer, mais suis persuadé qu’une majorité d’adultes sensés y gagnerait beaucoup à manger une fois dans sa vie de majoritaire deux grammes de hachisch, délivrés médicalement, avant de se permettre de se prononcer sur le sujet. Bref, vous devez vous douter de ce que j’ai voté. Et pourtant je suis à peine sûr d’avoir bien choisi selon mes convictions, après m’être perdu, comme de préparé en ce sens par qui de « droit », dans le labyrinthe abscons des articles et modifications légales, à bidouiller plutôt oui par-ci mais non par-là; Me disant que quelqu’un d’un tout petit peu moins informé que moi sur l’acte de protection de la santé publique que représente le double oui, quelqu’un qui voudrait absolument préserver les quatre piliers mais maintenir le trafic illicite de cannabis en votant non, ou réciproque, risque fortement de se tromper et placer le non au mauvais endroit. Pire, l’explication pour ces deux sujets distincts étant réunie dans un même fatras emmêlé, tellement énervant: qu’une immense majorité n’ira pas plus loin et votera non, parce que c’est ainsi dès qu’on évoque le mot drogue, c’est rejeté sans réflexion, fidèlement au mot d’ordre reçu par le parti, au bistrot ou sur le parvis de l’église.

 

Par conséquent, je prends acte de la manière confuse employée (vraiment sciemment? ou négligence grave susceptible de faire annuler le scrutin? Avant? Après?) dans le but de soumettre au vote du 30.11.2008 deux sujets distincts sur la drogue. Je remarque également, suite au dernier report calculé de la votation sur la légalisation du chanvre, report ayant eu lieu à plusieurs reprises en 2003, que cette votation ne fut proposée au peuple qu’après un très net virage à droite de la politique et des médias, dans un contexte favorable au rejet, je note qu’à nouveau le moment est particulièrement mal choisi pour soumettre, au traditionnel diktat irréfléchi de manipulés terrorisés légalement par entretien de préjugés, des objets d’une telle importance.

 

Annulé pour ficelles trop grossières de l’influence étatique et financière, prônant la discrimination entre consommateurs et le maintien sans contrôle possible du trafic mafieux de produits naturels coupés, ou non, ce vote de polichinelles est très représentatif de la farce qu’est devenue notre démocratie d’apparence. Pathétique.

Commentaires

  • Le 30 novembre il ne s'agit pas de "punir", les adultes, mais de prévenir les jeunes, enfants et adolescents, bien innocents, ... , eux.

    Bien à vous,

  • Encore une fois, plus qu'entièrement d'accord avec vous, Victor, même si nos votes seront peut-être différents, mais je suis persuadé que la meilleure manière de protéger la jeunesse est de casser le trafic non contrôlé du cannabis en légalisant le chanvre sous conditions très strictes, médicales. Et effectivement il faudrait que cesse de toute manière cette punition infligée à des citoyens équilibrés et ayant fait leurs preuves de productivité, et que soit instaurée l'ordonnance médicale permettant l'achat, entièrement aux frais du "patient", de THC de qualité contrôlée, sous forme de pastilles aussi, permettant à bien des vieux fumeurs d'envisager l'arrêt du néfaste tabac, mélangé au moins toxique fruit cannabique, dont ils goûtent l'effet à heure creuse, en lieu et place de l'alcool traditionnel causant, lui, d'effroyables ravages. Bien cordialement toujours.

Les commentaires sont fermés.