HUG / VICTORIA, REINE DES CONNERIES

Le 9 mai à 22h, j’accompagne un proche, tombé à vélo, aux urgences HUG. Une famille vient de perdre leur fils/frère.. de 20 ans dans un tragique accident. Les scènes déchirantes, de révolte, d’incompréhension, ont lieu devant la dizaine d’éclopés en attente, jusque vers 01h du matin. Nous sortirons de cet enfer à 05h du matin, après avoir dû insister pour que l’incapacité de travail relative au jour naissant soit accordée. Les spécialistes estimant qu’un homme boitant lourdement, genoux amochés est capable de reprendre le boulot sans avoir dormi .. deux heures plus tard. C’est que surveillent dangereusement les assureurs: Depuis quelques années il faut agoniser ou être en morceaux pour obtenir deux jours d’arrêt de travail. Ce matin, un plus que proche rarement absent de son emploi a une migraine tenace. Il se rend aux Urgences à 08h.20 pour une ordonnance et un bref arrêt de travail. L’entrée administrative se fait en 5mn, personne devant, l’idéal. Un seul hic toutefois,. Le malade a le malheur de faire partie du personnel de l’Hôpital; Auquel cas seul un Chef de clinique a le droit de sonder l’honorabilité du probable coupable de boulot buissonnier, même si celui-ci a passé plus de trois ans sans une heure d’absence à son poste. Entré à 08h20, sorti à 15h10, après deux rapides constats témoignant du besoin de délivrer un certificat jusqu’à la fin de la semaine, et six heures et demie à se tortiller de douleur sur une chaise. Mais les médecins concernés ne sont absolument pas en faute, bien au contraire, se démenant au possible pour faire face à la situation de crise permanente créée par l’absurdité Victoria. Comble du cynisme, le torchon d’entreprise se glorifie des travaux exécutés aux Urgences, et certain directeur reçoit les honneurs passagers pour les économies réalisées par Victoria, économies permettant depuis deux-trois ans d’engager à tour de bras des flopées de cheffaillons en classe 20 et plus, diplômés de voisines Universités, pour mieux cadrer les esclaves surmenés de la basse classe perpétuelle; Leur ôter un à un les petits acquis dont ils bénéficiaient, horaire souple disparu, accès à internet restreint, bon-repas pour anniversaire changé en invitation à se plonger dans le bouillon de culture hospitalier de Cressy, disparition de l’autorisation d’aller au contomat le jour de paie dans les heures de travail, etc, etc. Je vous le prédis: Victoria et ses sbires ne tarderont plus à se faire majestueusement fusiller publiquement  de dénonciations bien méritées.

 

Commentaires

  • allez aux urgences pour une migraine c est un peu fort de cafe non?????

  • "Urgences à 08h.20 pour une ordonnance et un bref arrêt de travail. "
    C'est bien de savoir qu'on n'accorde pas la priorité à ce patient, fut-il employé des HUG! Franchement, les urgences d'un hôpital universitaire ne sont pas faits pour ça. Il y a des médecins généralistes, des permanences et d'autres structures pour les certif médicaux. Même SOS médecins ne prendrait pas ce patient en charge.
    Victoria n'est ici pour rien, ce patient est entièrement fautif. A quand une information générale sur ce sujet? Le bon sens semble gravement faire défaut à certains!

  • 1) Les quelques fois où, employé des HUG, je suis allé aux urgences pour une raison non vitale, j'étais passé avant à la réception de la Poli-Méd (Médecine communautaire) où j'ai mon médecin traitant. Systématiquement un r-v m'a été proposé à une date ultérieure: aucune disponibilité pour une urgence, médecin absent, etc .. et la réception de ce Service médical m'a redirigé vers les Urgences, comme cela se fait toujours dès qu’aucun Médecin-Chef de la Poli-Méd n’est disponible.

    2) Le temps de travail perdu lorsque survient un problème de santé concernant un employé des HUG est en général (sauf exceptions décrites) bien moindre si le concerné consulte un médecin en interne que s'il sort et se rend dans une Clinique du quartier, où il y a souvent pas mal d’attente aussi, ou s’il s’adresse à son médecin en ville, auquel cas presque inévitablement il sera mis en arrêt de travail au moins pour la journée. De plus, les HUG ayant mes dossiers médicaux, les soins à donner sont facilités.

    3) Il y a une décennie de cela, un ex-DRH des HUG a exigé un document attestant que j’étais en traitement régulier chez un Professeur des HUG, exerçant dans le bâtiment principal, et non au profit de certificats d’arrêt de travail pour grave maladie fournis par des praticiens extérieurs. Inutile de vous expliquer l’indignation du Professeur en question, qui me suivait de longue date, alors que mes certificats parfaitement justifiés provenaient tous des HUG. Erreur stupide d’incompétent, mais par principe, estimant n’avoir rien à cacher sur mon état de santé ou de finances, même aux plus hypocrites des bien-pensants, malgré tout satisfait des bons services dispensés par le corps médical HUG, m’ayant sauvé la vie à plusieurs reprises, il est naturel que je reste fidèle à cet Etablissement.

    4) Si, comme moi, vous avez assez souvent mal à la tête mais n’êtes aucunement migraineux, qu’il s’agit de petites lancées dues à la fatigue des yeux, ou même de douleurs liées à une sinusite, et qu’un matin dès le lever et de manière persistante un mal de crâne ou de tempe démesuré vous tire les larmes, qu’un analgésique n’y change rien, que vous avez des problèmes d’équilibre, nausées, légère photophobie, et que vous renoncez à vous rendre aux Urgences, sachant qu’il ne s’agit pas de céphalées « normales » je vous plains, l’on vous regrettera.

    Par conséquent, cher Tatage, avant de ruer dans les brancards il est toujours préférable de connaître un peu mieux le contexte dans lequel on souhaite intervenir. Cordialement.

Les commentaires sont fermés.