« 2007-12 | Page d'accueil | 2008-04 »

30/03/2008

Minable vengeance de petit pharaon français étouffant la Fondation France-Libertés

Jadis, à chaque fois qu’une ère d’obscurantisme s’installait sous le joug d’un cupide pharaon succédant à un «dieu vivant», ayant apporté au monde d’authentiques valeurs, les sbires du tyran s’empressaient de briser les statues du prédécesseur et détruire tout ce qui évoquait le parcours et les convictions du bon Roi. Tel fut le cas pour exemple avec la mort d’Akhnaton (Amenophis III – 18è dynastie) où les prêtres d’Amon ont tenté de faire disparaître jusqu’au concept du dieu unique Aton. L’Histoire se répète. Un petit arriviste, valet de la dictature économique mondiale a coupé les vivres de la Fondation France-Libertés de Mme Danielle Mitterrand. Geste révélateur de la considération portée par ce décevant et incompétent m’as-tu-vu au souci de liberté des opprimés. Vous, majorité française ayant clairement témoigné par vote (à près de 70% me semble-t-il) votre désapprobation de la manière désastreuse de gouverner propre à votre Chef d’Etat: Exigez que la Fondation France-Libertés soit économiquement réhabilitée, et plus dignement encore subventionnée qu’auparavant. J’en appelle à l’esprit d’Équité et de Justice, à la Conscience française: Est-il justifiable que depuis tant d’années les autorités françaises (et certaines autres) s’acharnent pareillement sur la famille Mitterrand et ses proches? Est-il tolérable que se perpétuent les chicaneries arbitraires et vexations à l’endroit de qui a vocation de préserver liberté et droits humains? Madame Mitterrand, peut-être vous souvenez-vous de ce poète genevois à qui votre illustre mari, en 1988, complimentait particulièrement l’assurance de son concours en la tâche entreprise? Celui qui vous écrit en paie encore, quelque part aussi, les radicales (autant que socialistes suisses) conséquences: Maintenu honteusement dévalorisé et exclu, sous-employé, savamment ignoré des milieux dirigeants; Celui-là n’en respecte que  plus encore les principes élémentaires de partage correct et libération que votre couple, puis vous seule à présent, transmettez aux générations futures, avec une énergie admirable. Bravo et merci. 

14:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

19/03/2008

MADAME CALME-IRAN, jeu de mots .. dits .. hier .. dont vous prie de m’excuser.

Bien heureusement, cette appellation parue sur trois de mes divers blogs sur supports différents n’a, comme d’habitude, retenu l’attention que de quelques milliers de lecteurs (dixit webalizers)  mais d’aucun chroniqueur, rédacteur, éditeur, humoriste ou politicien soucieux d’échange équitable, de reconnaissance partagée ou simple clin-d’œil médiatique. Trop occupés à obéir au totalitarisme imposé par cossus seigneurs de la diffusion, pour cesser d’estomper d’exceptionnels talents à contre-courant des modes passagères, arrêter de cacher par censure silencieuse et violence de l’indifférence tels dons, susceptibles d’offrir meilleure qualité de réflexion et vie à tout un chacun. Dire qu’il suffirait que ces responsables de l’information, de la culture ou de la politique, ne se contentent de survoler le dernier article d’un blog pour passer au suivant, mais consacrent une heure de temps à autre à lire les pages qui suivent, afin de réaliser la portée des messages qu’ils (re-)découvrent, ne représentant que le millième de créations inédites en tous genres, prêtes à offrir leur franc-parler à une communauté équilibrée le réclamant, en ayant d’autant plus besoin que le bâillon des médias n’a jamais été si serré. Dire qu’il suffirait au plus intelligent de ces responsables de me contacter par courriel sur geneveculture@romandie.com. Quoi qu’il en soit, Madame Calme-Iran restera pour moi symbole soumis contre l’intolérance des Ayatollahs de la propagation de préjugés empêchant ascension sociale de Valeurs d’exception, Mollahs gestionnaires de condition de vie, voilant sciemment la roue de destin d’assujettis, ne dévoilant plan de sauvetage et petits trucs pratiques pour octroi de juste insertion, publications, valorisation et réussite facilitée … qu’à leur direct entourage plus ou moins religieux ou politique. Il n’empêche que Madame Calmy-Rey, pour revenir à l’ «affaire» n’avait sans doute pas vraiment le choix de se couvrir ou non la tête, l’issue des tractations pouvait en dépendre et elle a eu bien fait de fâcher plutôt les intransigeants d’ici que ses interlocuteurs. Et désolé pour la juste cause des féministes s’en ressentant un peu. La Première Diplomate du pays devrait à présent plaisanter,  prétendre que son foulard préfigurait l’œuf de Pâques ou ne lui servait qu’en tant que linge à sueur ou pour cacher son acné juvénile. D’ailleurs, préparons-nous à l’avenir à plus de sport encore en matière de relations diplomatiques avec certains dirigeants asiatiques, connus pour leur susceptibilité et menaces voilées. Il conviendra d’apprécier le chien à la vapeur et la cervelle de singe au vif, les affaires sont les affaires. Mais bravo Madame, quoi que vous fassiez vous le faites avec étude mais conviction, contrainte de choquer l’un ou l’autre, et vous le faites de votre mieux. Même délaissant au besoin représentant de peuple à réputation minée par ostracisme, prétendument aussi athée, marginal, que farceur, pourtant parmi vos plus précieux alliés et défenseurs. Artiste avant tout, sévissant aussi bien à gauche qu’à droite le cas échéant. Bonne fin quand-même de Sainte semaine à vous.

17:51 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

18/03/2008

à Madame Calme-Iran, mes Respects

Madame la Conseillère,

Permettez-moi de vous exprimer ma satisfaction de vous voir en Iran, couverte d'un voile, dans l'intérêt de notre pays, négociant d'importantes affaires avec les dirigeants de cet immense Etat. Il est primordial qu'un véritable échange de respect des traditions d'autrui soit entretenu, qu'un équilibre soit sans cesse amélioré dans les relations extérieures.

Aussi, le peuple suisse se réjouit déjà de la prochaine visite en nos contrées de grandes Dames ou épouses de Dignitaires musulmans vêtues de Jeans et tête nue, soucieuses d'honorer notre laïcité.

Croyez encore, Madame l'ex-Présidente de la Confédération, que je ne saurais vous tenir rigueur d'avoir ignoré, l'an passé, les trois courriers d'un paria de Genève, coupable de sympathie affichée en son temps par François Mitterrand, maintenu par manigances structurées au même statut minable, en regard de compétences exceptionnelles démontrées en divers domaines, depuis des décennies. L'importance de vos préoccupations étrangères laisse peu de place à guerre interne individuelle, je le comprends. Croyez, Madame la Conseillère, à l'assurance de ma considération distinguée.

Aimé Prisé - Genève, le 18 mars 2008

15:13 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

12/03/2008

Légalisation bénéfique en tous points. CQFD

Le PUBLIC, s'il n'est pas désinformé, votera un jour intelligemment en effet pour faire baisser aussi les coûts de la Lamal dus aux conséquences de produits trafiqués non contrôlés.

19:47 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

DEALERS GRATIFIES PAR PROHIBITION

Mes remerciements à Joe Cool pour sa réponse très complète à Geo (mes commentateurs) concernant le club des hashischins, selon toute vraisemblance n’ayant rien à voir avec l’image d’assassins fumeurs de joints rendant tellement service aux  esprits rigides et superficiels, camés aux préjugés non fondés. Pour ma part je suis bien trop actif en qualité d’apprécié fonctionnaire d’Etat et artiste pluridisciplinaire pour perdre mon temps, dans l’un de mes six blogs sur serveurs et catégories différents, à deviser de stériles parallèles tirés entre deux produits à effets radicalement opposés par un théoricien privé d’expérience personnelle relative à ce qu’il défend. Que ce Monsieur fasse au moins un sondage auprès des fumeurs. Qu’il leur propose d’accomplir un petit acte délictueux avant et après avoir fumé un joint, voler un chocolat ou le journal. (Qu’ils le remettent en place après). Je vous affirme formellement que la majorité commettra le délit de sang froid mais tous, admettons à une rare exception de délinquant dans l’âme près, y renonceront après avoir fumé. Des pensées bien plus nobles les envahiront automatiquement, visant au mieux-être d’autrui et non à spolier son prochain ou prendre des risques nécessitant une concentration et une attention incompatibles avec l’agréable léger lâcher-prise que provoque le cannabis. Observez les journaux, à chaque fois vous verrez écrit ..  L’individu était sous l’effet du haschich -et de médicaments- ou -et d’alcool-, ce qui n’a plus rien à voir avec la simple fumette. Dont se contentent toute leur vie des millions d’êtres sans propension à l’addiction, sans besoin de tester « plus haut ». A ce sujet encore, concernant ma mauvaise foi d’alcoolo dépendant et camé qui défend son paradis artificiel, dont parle Alain Fernal: Effectivement, j’étais alcoolo dépendant il y a dix ans. J’ai arrêté quand l’ai voulu mais avec aide médicale, risquant de ne plus avoir de vie sociale, professionnelle, amicale, dont le ciment est trop souvent le poison alcool. Ne m’en suis jamais porté mieux. Et oui, je défend mon usage modéré de cannabis avec toute bonne foi, pour avoir parfois arrêté d’une seconde à l’autre d’y toucher durant des semaines, sans le moindre souci ni la plus petite difficulté. Regagnant plus de plaisir encore ensuite à m’élever volontairement au-dessus de la stupidité néfaste de puristes mal informés. Quant à l’indispensable mise à disposition sur ordonnance médicale de cannabis, la Lamal a tout à y gagner. Moins de frais pour conséquences sociales du stress, de la violence et d’agressions, des douleurs en général soit beaucoup moins de dépenses en calmants, médicaments en général, dégâts du tabac dont la consommation diminue énormément dans les heures suivant un joint, (même mélangé, ce qu’il faut éviter)  moins de ravages dus à l’alcool par le fait que la majorité des fumeurs évitent d’additionner les deux produits et en restent au cannabis s’ils ont le choix, sinon se rabattent malheureusement parfois sur une bouteille, et apport d’impôts sur le chanvre de surcroît. Un gain assuré sur tous les plans pour la communauté. Et dire que cette saine légalisation sous conditions est sabotée par de prétendus bien-pensants, drogués à leurs on-dit fossilisés, n’ayant pas la force d’arrêter leur addiction au plaisir de disserter sur des sujets dont ils ne maîtrisent pas tous les tenants. Pathétique. J’ai donc bien mieux à faire que de me commettre à polémiquer au sujet d’une cause dont le fondement logique et bénéfique saute aux yeux, et m’abstiendrai à l’avenir de flatter d’aucuns neinsager en leur consacrant vainement plus de temps.

17:09 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

11/03/2008

Malsain prohibitionnisme en vigueur

à Alain Fernal ... dont le commentaire, diablement déplacé, est représentatif de la confusion mentale en laquelle sont maintenus les adeptes du tout-répressif inutile et nuisible au plus grand nombre, profitable uniquement à certains de ces prohibitionnistes de métier. J’emploierai votre ton narquois, Alain Fernal. Vous avez raison .. comparaison est sagesse- même. Il n’y avait aucun malade de l’alcool durant la prohibition, aucun drame familial, ni crime ni accident dû à l’alcool, aucun jeune qui n’y touchait, la prohibition solutionnait tous les problèmes. Personne ne risquait bêtement sa vie ou sa réputation en se commettant de temps à autre par obligation avec des gangsters, pour acheter au fond d’un bouge la bouteille de champagne ou de whisky, même dangereusement frelaté, sans laquelle une nuit de noces aurait manqué de piquant. Vraiment, punir les consommateurs fut un succès. Malheureusement, de méchants gendarmes tuèrent Al Capone et une majorité imbécile libéra la vente de l’alcool. Drame. Plus personne n’eût à se faire descendre, voler, blesser pour acheter son alcool ou mourir à cause de poisons mis lors de sa fabrication. Tombèrent au chômage de nombreux policiers, médecins, croque-morts … Non, Alain Fernal, la prohibition n’a rien arrangé et la légalisation n’a fait qu’apaiser un peu le cortège de  misère que traîne de toute manière ce produit avec lui. A l’opposé du chanvre indien qui, lui, ne rend jamais violent, bien au contraire, ne relègue au rang de cas sociaux que les consommateurs qui, avec ou sans chanvre, ont des problèmes relationnels. Produit naturel ne provoquant jamais d’état comateux ou de mort par abus. Ne troublant la vision qu’à une dose si puissante que le coût d’un tel «voyage» reste prohibitif pour le commun des mortels. De toute manière, celui qui avalerait telle quantité de H (le fumer est moins puissant) ne demanderait qu’à rester cloîtré durant douze heures pour passer son trip en toute quiétude, ayant bien assez à faire avec ses mouvements cervicaux intérieurs pour ne pas souhaiter se confronter aux périls extérieurs. En l’occurrence, la même gauche qui prône la légalisation de l’herbe et un durcissement en matière d’alcool ne contredit aucunement ses principes réfléchis, visant au réel mieux-être de notre Société. L’alcool est une drogue dure, entraînant dépendance physique et souvent déchéance, drames, confusion, suicides… Un fléau à contenir, combattre sans l’interdire pour mieux le contrôler. (Croyez-en qui n’en consomme plus, même dans du parfum sur la peau depuis dix ans, miraculé rare rescapé de l’enfer éthylique). A l’inverse, le cannabis, drogue douce, est un divertissement sans conséquences sociales désastreuses, dont il suffit d’une bouffée pour chasser momentanément les idées noires et renoncer à passer à l’acte fatal. Des millions de personnes, comme qui vous écrit, en consomment depuis des décennies, (bientôt 40 ans pour ma part), s’en passent du jour au lendemain sans manque physique aucun, demeurent bien intégrés dans la Société et ne perdent jamais leur faculté de jugement comme avec une drogue dure, ni leur amis, ni leur famille ni leur emploi pour cause de gueule de bois répétée (quasiment nulle) due à scandaleuses beuveries cannabiques, en règle générale. La plupart des fumeurs de longue date finissent généralement par arrêter simplement leur consommation, sans besoin d’aide aucune ni de volonté particulière. Aussi, Alain Fernal, vous prierai-je à l’avenir de vous abstenir de commentaires si maladroits, démontrant à quel point il vous suffit de parcourir superficiellement un avis pour influencer négativement vos pairs tueurs de libertés en vous prononçant sur un sujet dont vous ignorez les principales lignes. D’autant plus que, si vous m’aviez lu correctement,  vous auriez compris que je ne suis pas pour une légalisation sans restrictions, mais pour une mise à disposition de produits «propres» sur ordonnance médicale pour adultes avertis et socialement équilibrés. C’est tout différent. Bien qu’il soit vrai que la fumée endommage la santé et qu’il ne soit pas recommandé de fumer, qu’il est préférable de s’en passer et surtout de ne jamais commencer. Mais si le caractère du consommateur l’y pousse, qu’il fume de l’herbe douce pure, plutôt que de subir les âffres de la drogue dure –tabac- qui jamais ne lui procurera de rigolos effets calmants et le tuera bien plus rapidement. Je vous laisse à votre satanée haine d’un produit naturel dont les effets curatifs pour certaines maladies ne sont plus à démontrer. Dans l’espoir que des gens réfléchis finissent enfin par voter de manière saine et sensée

18:51 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |

05/03/2008

DEALERS RECONNAISSANTS

DEALERS RECONNAISSANTS

Par leur porte-parole indépendant: les membres de la communauté hétéroclyte des dealers de hashisch en Suisse tiennent à remercier vivement leurs alliés du Conseil Fédéral, National et des Etats leur permettant, en balayant toute possibilité de légalisation de la consommation du chanvre, de continuer à faire fleurir les affaires interdépendantes. Ainsi peut perdurer la vente au marché noir, à prix démesuré, de chanvre souvent impropre à la consommation, hors de tous contrôles sanitaires; Vente illégale effectuée évidemment dans des conditions dangereuses, prétenduement loin de la présence des forces de l’ordre, gagnantes sur tous les tableaux. Une Task Force chanvre, démesurée va de soi, prend peu de risques et rapporte gros. Amende est soutirée aux acheteurs et aux vendeurs, ces derniers taxés en fonction du chiffre d’affaire global estimé, la marchandise séquestrée est sans doute revendue au secteur médical, et surtout, la prohibition d’un produit naturel non traité justifie énormément d’inutiles salaires et besoins matériels, salaires de politiciens pro-traficants, de policiers et juges anti-joints bien campés dans le secteur pépère de la répression cannabique. Vous êtes député(e)s vous avez voté en notre faveur. Merci. D’innombrables honorables pères ou grand-pères, parfaitement intégrés et appréciés continueront à se faire égorger ou plus couramment arnaquer, à la recherche périlleuse de leur fumette commémorative occasionnelle ou soutenue mais sans néfastes conséquences sociales. Votre soutien majoritaire dans notre lutte permanente contre toute légalisation sous conditions qui ruinerait nos commerces respectifs, ne renflouerait que votre caisse avec l’impôt sur le hashisch et nous laisserait désoeuvrés, votre appui dans la tâche de régulation du flux de clients petits fumeurs, que nous menons par adjonction de verre pilé ou toutes autres saloperies dans notre pâte à 15.- le gramme, afin aussi de donner un semblant de logique à l’imbécile prohibition, votre autorisation de perpétuer l’absence de contrôle des produits vendus et de leur usager, sa respectabilité, est pour nous une aubaine inattendue. Certes, nous savons pertinemment que: selon le principe incontournable du plagiat fédéral d’idées américaines datant d’un quart de siècle auparavant, devenues risibles déjà au lieu de leur origine, vers 2033 l’un de vos enfants député « inventera » le distributeur d’herbe à clients médicalement autorisés. Nous perdrons alors une part de marché et comptons par avance vous prier de nous constituer un fonds de soutien, en accentuant déjà fortement la répression contre le cannabis. Excepté évidemment à l’encontre de vos employés traficants. Continuez ainsi à nous servir fidèlement et n’oubliez pas, rien de tel avant une bonne interpellation, un Conseil ou un verdict à rendre, que deux-trois bleues bien légales pleuvant sur sucre dégoulinant entre les pointes d’une fourchette. Un régal à savourer sans retard, avant entrée programmée à l’asile. À votre bonne Santé.

Germain TENANT – Parti Railleur d’Extrême-Centre

Genève, le 26 février 2008

15:12 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

All the posts