05/03/2008

DEALERS RECONNAISSANTS

DEALERS RECONNAISSANTS

Par leur porte-parole indépendant: les membres de la communauté hétéroclyte des dealers de hashisch en Suisse tiennent à remercier vivement leurs alliés du Conseil Fédéral, National et des Etats leur permettant, en balayant toute possibilité de légalisation de la consommation du chanvre, de continuer à faire fleurir les affaires interdépendantes. Ainsi peut perdurer la vente au marché noir, à prix démesuré, de chanvre souvent impropre à la consommation, hors de tous contrôles sanitaires; Vente illégale effectuée évidemment dans des conditions dangereuses, prétenduement loin de la présence des forces de l’ordre, gagnantes sur tous les tableaux. Une Task Force chanvre, démesurée va de soi, prend peu de risques et rapporte gros. Amende est soutirée aux acheteurs et aux vendeurs, ces derniers taxés en fonction du chiffre d’affaire global estimé, la marchandise séquestrée est sans doute revendue au secteur médical, et surtout, la prohibition d’un produit naturel non traité justifie énormément d’inutiles salaires et besoins matériels, salaires de politiciens pro-traficants, de policiers et juges anti-joints bien campés dans le secteur pépère de la répression cannabique. Vous êtes député(e)s vous avez voté en notre faveur. Merci. D’innombrables honorables pères ou grand-pères, parfaitement intégrés et appréciés continueront à se faire égorger ou plus couramment arnaquer, à la recherche périlleuse de leur fumette commémorative occasionnelle ou soutenue mais sans néfastes conséquences sociales. Votre soutien majoritaire dans notre lutte permanente contre toute légalisation sous conditions qui ruinerait nos commerces respectifs, ne renflouerait que votre caisse avec l’impôt sur le hashisch et nous laisserait désoeuvrés, votre appui dans la tâche de régulation du flux de clients petits fumeurs, que nous menons par adjonction de verre pilé ou toutes autres saloperies dans notre pâte à 15.- le gramme, afin aussi de donner un semblant de logique à l’imbécile prohibition, votre autorisation de perpétuer l’absence de contrôle des produits vendus et de leur usager, sa respectabilité, est pour nous une aubaine inattendue. Certes, nous savons pertinemment que: selon le principe incontournable du plagiat fédéral d’idées américaines datant d’un quart de siècle auparavant, devenues risibles déjà au lieu de leur origine, vers 2033 l’un de vos enfants député « inventera » le distributeur d’herbe à clients médicalement autorisés. Nous perdrons alors une part de marché et comptons par avance vous prier de nous constituer un fonds de soutien, en accentuant déjà fortement la répression contre le cannabis. Excepté évidemment à l’encontre de vos employés traficants. Continuez ainsi à nous servir fidèlement et n’oubliez pas, rien de tel avant une bonne interpellation, un Conseil ou un verdict à rendre, que deux-trois bleues bien légales pleuvant sur sucre dégoulinant entre les pointes d’une fourchette. Un régal à savourer sans retard, avant entrée programmée à l’asile. À votre bonne Santé.

Germain TENANT – Parti Railleur d’Extrême-Centre

Genève, le 26 février 2008

15:12 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

Commentaires

La drogue gangrène tous les milieux, aisés et pauvres, ceux de gauche comme ceux de droite. Donc il y a une demande.

Si on cassait l’approvisionnement on faisant mieux que des interventions de façade, on retournerait aux scènes ouvertes des années 70 et 80 avec toute la criminalité supplémentaire engendrée par un coût d’approvisionnement exorbitant.

L’idéal serait d’avoir un monopole d’état pour toutes les drogues (filière d’approvisionnement non délictuelle, contrôle de qualité, imposition des intermédiaire, taxation de la marchandise pour financer la prévention, etc.).

Mais comme la population ne saisit pas réellement le problème, on continue avec le statut quo : les dealers sont à l’aide sociale, on leurs met à disposition un logement, ils sont exonérés d’impôt car officiellement ils ne gagnent rien, pas de taxe ni tva sur la marchandise, qualité douteuse, frais de prévention à la charge de la collectivité, etc.)

Écrit par : Josef Loetscher | 05/03/2008

Mais oui légaliser arrangera tous les problèmes de drogue, comme c'est déjà le cas avec l'alcool puisqu’il est parfaitement légal d'en vendre, acheter et consommer:

- L'alcoolisme n'est plus un problème de santé publique et les coûts liés ne pèsent pas sur la lamal, l’AI, perte de gain et autre.
- Il n'existe plus de drames familiaux liés à l'alcool.
- Il n'y a pas de violence, crime ou mort sur la route causé par l'alcool.
- Aucun jeune ne se saoul la gueule puisque la vente est interdite au moins de 16 ans…

Il est d’ailleurs assez ironique que bien souvent la même gauche qui propose la légalisation du cannabis propose en même temps des mesures restrictives à la vente d’alcool.

AF

Écrit par : Alain_Fernal | 05/03/2008

Les commentaires sont fermés.