Plus culotté, à cul ne botter, qu'un Voltaire qu'on fait taire


Genevois


Je ne vois
qu’un espoir
pour
que l’histoire
de Genève
se relève
de son fascisme
de l’élitisme
sourd,
et des ravages
d’un copinage
en vigueur
qui écœurent
«alpagueurs» et moqueurs:
……..
 Genevois,
je ne vois
qu’un espoir
de n’vous voir, hélas,
 la tasse boire:
 Que vous trouviez,
vite découvriez
 que vit ici,maintenant,
 si maintenu,
 non-parvenu:
Tenant
de Poétique exceptionnelle
(non chaotique ou pire:
de sbires du Ciel
  qui lassent, las, à la Haldas):
Que découvriez
un peu mieux
que feu Bouvier:
 
 Baroudeur à grand cœur,
… plus culotté, à cul ne botter,
qu’un Voltaire
  qu’on fait taire.
 
……..
 
Genevois,
je ne vois
de sauvetage de ton image
qui ne se fasse
sans que tu ne chasses
pour leurs écarts
 de leur placard:
Pourris aigris,
si vicieux et méchants
silencieux,
 empêchant:
Révélation à Sensation
de l’existence de malsaine,
obscène absence
de Reconnaissance
d’une Valeur à cote haute
  en couleurs.
………
 Genevois,
je ne vous «harcèle»
que pour le recel
que, friqués, pratiquez
 en pieuvre qui s’étend:
d’Œuvre Majeure et rare
qui n’attend que l’Heure du départ,
du malheur de son auteur et moteur
pour se voir: (Reine pleine de Gloire:
Number One des libraires de Terre entière),
Patrimoine littéraire
… genevois …

Je ne vous voue hargne, vous épargne,
mais soutenez la Destinée
d’une Genève qui se relève,
non d’une ville
dont les édiles sont d’imbéciles,
dangereux, déplaisants cul-terreux
 méprisant
  par manie le génie!
 

Genevois, je n’entends

pas ta voix de repentant!

 

Genève, le 21 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.